Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Volkswagen : La Polo dans sa 4e dimension

Volkswagen : La Polo dans sa 4e dimension

Trente ans après sa création, la Polo dans sa quatrième génération s'offre un facelift en adéquation avec l'arrivée de la Fox dans la gamme de Volkswagen. Pas de révolution, mais un restyling parcimonieux qui lui confère une tout autre dimension. Notoriété, maturité, la Polo s'affirme comme une...

...valeur sûre du constructeur.

Depuis des mois déjà, le syndrome Logan suscite quelques velléités populaires chez les constructeurs. Getz, Kalos, Aygo, C1, 107, la lutte que se livrent les différentes marques pour proposer des véhicules à moins de 10 000 euros n'a peut-être jamais été aussi âpre. Et le client, lui, ne peut que s'en réjouir. Sur les cendres d'une Lupo en mal de reconnaissance, la Fox a, ces dernières semaines, redonné un coup de fouet au bas de gamme de Volkswagen. Dans le sillage de ce nouveau modèle, le lancement d'une Polo simplement restylée aurait donc pu passer inaperçu. Pourtant, la manœuvre réalisée par Volkswagen s'avère des plus convaincantes. Non, la Polo ne se cache pas pour mourir. Bien au contraire. Dans l'ombre de ses sœurs, la Golf et la Fox, elle trouve l'opportunité de renforcer davantage son identité. Car la citadine du segment B tire parti de la connotation "bon marché" véhiculée par la Fox pour légitimer et renforcer son positionnement dans la gamme du constructeur allemand en tant qu'alternative de choix entre deux produits à forte personnalité tarifaire. Pour son trentième anniversaire, la Polo atteint ainsi la maturité, affirme son caractère et se place comme un véhicule incontournable de la marque. L'occasion choisie par le constructeur pour faire muer sa Polo. Un lifting de rigueur qui se révèle, d'ailleurs, pour le moins réussi. Toujours aussi sobre dans son espace intérieur, la Polo affiche aujourd'hui de nouvelles prétentions et se dote en effet d'une apparence plus racée qu'à l'accoutumée. La Polo restylée se veut plus dynamique, plus sportive. En témoigne cette face avant entièrement revue. La Polo aborde désormais un capot plongeant orné d'une nouvelle calandre en V qui traduit parfaitement cet esprit volontiers plus énergique du modèle. Ce même parti pris qui a amené le constructeur à revoir l'ensemble de ses optiques de phares. Volkswagen donne en effet à sa Polo une apparence classique en matière de dispositif d'éclairage, laissant de côté ces feux séparés que l'on pouvait observer sur la précédente version. Du reste, le profil des feux arrière a, lui aussi, été revu. La Polo s'inspire à présent des optiques circulaires déjà observées sur la dernière Golf 5, et ajoute des inserts chromés à l'intérieur même de ses feux. Mais l'évolution stylistique du côté verso de la Polo ne s'arrête pas là. Elle se traduit également par le V qui dessine le bas de la lunette arrière. Et cette légère modification du dessin semble installer définitivement le mouvement dans la charte esthétique du véhicule, décidément orientée vers le dynamisme. Elaborée sur le même châssis que son aînée, la Polo restylée bénéficie même de suspensions raffermies qui renforcent l'aspect sportif de la conduite. Ce qui donne au conducteur des sensations aussi agréables en ville que sur autoroute. Et c'est peut-être ce qui caractérise le mieux les nouvelles résolutions de la Polo.

Pas de Polo sans Turbo

Sous couvert de facelift, la Polo semble bien prendre du galon. Et pareil repositionnement ne pourrait d'ailleurs se cantonner à quelques retouches au niveau du galbe. Si l'intérieur du véhicule ne subit pas de modification majeure, Volkswagen a en effet flanqué sa Polo d'apparats de premier ordre, même dans sa version la plus dépouillée. Un exemple : celui des répétiteurs clignotants intégrés dans les rétroviseurs. Leur présence paraît banale, mais elle est pourtant révélatrice du taux d'équipement conféré au véhicule. Un taux significativement supérieur à sa précédente version, à tarif égal. Loin de se satisfaire d'une attaque franche, et uniquement basée sur ses atours, la Polo cherche à séduire tous azimuts. "Des jeunes aux seniors", annonce-t-on chez Volkswagen. L'approfondissement de la gamme va d'ailleurs dans ce sens. La Polo se décline aujourd'hui en quatre finitions, soit deux de plus que pour la dernière version. La Trend, la Confort, la Sport et la Carat composent désormais la nouvelle offre. La marque allemande enregistre ici le retour de la finition Carat, abandonnée en avril 2004, et propose donc de nouveau une version haut de gamme pour cette nouvelle Polo. Et le constat d'élargissement est identique en ce qui concerne carrosseries et motorisations. Volkswagen offre en effet huit versions différentes : quatre essence et quatre Diesel pour une Polo disponible en trois ou cinq portes. On note par ailleurs la disparition totale du moteur SDI dans la palette du constructeur. Toutes les motorisations Diesel sont donc désormais équipées du Turbo. Pourtant, selon Volkswagen, c'est bien le moteur essence 1.2 l 65 ch qui devrait s'accaparer la grande majorité des ventes. Le constructeur estime que 60 % de son volume de ventes sera généré par les motorisations essence. Une estimation surprenante au regard des dernières tendances du marché*. Du reste, seul le moteur essence 1,4 l 75 ch peut prétendre s'équiper d'une transmission automatique. Et même si le constructeur promet déjà de développer la boîte DSG pour les autres modèles de sa gamme dans un avenir plus ou moins proche, ce sont bien les versions essence que le constructeur a choisi d'équiper en premier lieu. Avec cette nouvelle approche, Volkswagen ne fait pourtant pas rimer évolution avec révolution. Notamment en terme de tarification. Le constructeur a, en effet, décidé de calquer ses prix sur les mêmes bases que celles de la précédente version. Une continuité qui montre bien que la Polo n'opte en aucun cas pour la rupture. D'ailleurs, pour la sortie du véhicule, la marque allemande ne jouera toujours pas la carte du rabais exclusif. Celle-ci a en effet décidé d'accompagner ce restylage d'une série de packages promotionnels pour le lancement du véhicule. Jusqu'à la fin de l'année, le constructeur propose ainsi d'opter pour le Pack Climatic à un euro de plus sur la Trend, pour le Pack Confort à un euro sur les modèles Confort, ou pour le Pack Sport destiné aux versions du même nom. Lignes, équipements, tarifs, la Polo montre aujourd'hui le visage serein et dynamique que son âge lui assure. Alors que, dans son dos, périt la Lupo et que, sur ses flancs, point l'appétence naturelle de la petite Fox pour la clientèle modeste, la Polo nouvelle, elle, garde le cap. Peut-être une question restera-t-elle en suspend. Que vaudra le restylage d'un modèle trentenaire face à la prochaine arrivée des Clio 3 et 207, concurrentes désignées de cette nouvelle Polo ?

David Paques

*En 2004, 69,2 % des véhicules vendus en France étaient équipés d'une motorisation Diesel (source CCFA).

Voir aussi :

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ouverture des commerces : un espoir pour le 28 novembre 2020

Le gouvernement a réuni les fédérations pour envisager la prochaine ouverture des commerces, selon des règles sanitaires strictes. Le CNPA estime que les discussions vont dans le bon sens. Pour l'instant,

Affaire Hory contre PSA : la Cour de cassation ordonne la reprise du contrat de DOPRA

La Cour de cassation vient d'annuler l'arrêt de la cour d'appel de Rennes, qui ordonnait la résiliation du contrat entre la plateforme de pièces de rechange du groupe Hory et PSA. Résultat : le constructeur

Jacques-Edouard Daubresse bientôt directeur de DS France

Selon nos informations, la direction générale de DS France devrait prochainement être confiée à Jacques-Edouard Daubresse, directeur pièces et services de PSA.

Le groupe Amplitude va ouvrir quatre sites MG

L’opérateur deviendra l’un des premiers investisseurs privés représentant MG. Quatre concessions devraient ouvrir leurs portes d'ici la fin de l'année 2020, en Seine-et-Marne et dans l'Oise.

Confinement : les règles du commerce restent inchangées jusqu’au 1er décembre 2020

Sans grande surprise, Jean Castex, Premier ministre, a annoncé, suite au Conseil de défense, le maintien des règles actuelles du confinement et la fermeture des commerces non essentiels, dont l'automobile,

Bridgestone dit non au plan de continuation proposé par l'Etat

Le scénario présenté par le gouvernement pour sauver l'usine de Béthune n'a pas été approuvé par Bridgestone qui confirme donc la fermeture. Les pouvoirs publics veulent toutefois trouver une autre

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page