Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Bentley Continental Flying Spur : Les ailes du renouveau

Bentley Continental Flying Spur : Les ailes du renouveau

Avec la Continental Flying Spur, une berline 4 portes Grand Tourisme, Bentley vient se positionner idéalement entre le haut de gamme et le grand luxe. Le nouveau joyau britannique marque par ailleurs un tournant pour la marque qui renaît véritablement de ses cendres. Bentley poursuit...

...sa marche en avant et, pourtant, nombreux sont ceux qui se questionnaient sur l'avenir de la célèbre marque britannique. En effet, après le divorce avec Rolls Royce et l'entrée dans le giron du groupe Volkswagen, considérée comme un véritable crime de lèse-majesté outre-Manche, nul n'aurait parié sur le retour du succès pour la marque au "B ailé". Et pourtant. Dès sa prise en main par le groupe Volkswagen, la marque britannique relance et modernise son Arnage (JA n° 823). Pour remettre Bentley au goût du jour, Volkswagen a dû consentir un investissement de 500 millions de livres sterling afin que la marque et surtout l'Arnage regagnent le cœur des têtes couronnées et des stars du show-biz à travers le monde. Mais le constructeur de Wolfsburg ne s'est pas arrêté là. Désireux de donner une identité propre à sa marque de prestige, Volkswagen décide alors d'orienter Bentley vers un chapitre plus sportif. D'abord en engageant la marque aux mythiques 24 Heures du Mans puis plus récemment avec la Continental GT (JA n° 888). Ce monstre de puissance et de grâce est tout simplement devenu "le coupé 2 portes 4 places le plus rapide du monde". Lancée en 2004, la sportive aristocrate arbore un moteur de 6,0 l W12 bi-turbo développant 560 ch. Véritable phénomène, la Continental GT a tout simplement dopé les ventes de la marque à travers le monde. De 1 017 unités commercialisées en 2003, les ventes ont atteint 6 576 l'an passé. Pour une marque que l'on disait intimiste…

Un positionnement rare, entre le luxe et le prestige

C'est justement ce qui a fait la force de Bentley jusqu'ici. Si l'Arnage reste une voiture d'exception et vient affronter directement les Rolls Royce Phantom et autres Maybach, elle reste malgré tout "plus accessible" avec son prix de 235 000 euros. Même constat pour l'époustouflante Continental GT qui reste, à 170 000 euros, presque "abordable" par rapport à ses concurrentes. Avec la Continental Flying Spur, le troisième opus de la marque, Bentley réédite "un coup". Inspirée et très proche par son aspect du coupé, la Flying Spur, berline 4 portes Grand Tourisme, dessinée également par Dirk van Braekel, exprime d'un signe fort le renouveau de la légendaire marque britannique. D'autant plus que l'impressionnante berline se retrouve quasiment seule. En effet, on a beau chercher, berline capable de dépasser les 300 km/h (312 km/h) et dont le prix de 175 000 euros est trop élevé pour les hauts de gamme allemands (Classe S, Série 7 et Audi A8) et bien en deçà des voitures d'exception comme sa grande sœur l'Arnage ou les Maybach et autres Rolls Royce, la Flying Spur se retrouve dénuée de concurrence. "C'est volontairement que la Flying Spur est à ce prix. Une Bentley offrant de telles capacités et un tel luxe pour un prix de 175 000 euros devrait nous permettre de conquérir une clientèle qui n'ose peut-être pas franchir le pas vers notre marque et nous positionne ainsi idéalement entre marques haut de gamme et marques de prestige", a déclaré Christophe Georges, directeur des ventes de Bentley pour l'Europe continentale. En clair, ce sont les clients des Mercedes Classe S qui sont visés. Tout le travail consistera à le faire admettre à cette clientèle. Bref, quelles que soient l'approche et les méthodes, la Flying Spur devrait permettre à la marque d'augmenter ses ventes de 20 % dès cette année.

Une autre voiture d'exception

Le lancement de la Flying Spur un an après celui du coupé n'est pas anodin. Les dirigeants ont voulu marquer les esprits avec la GT. Comme rappelé plus haut, les deux voitures sont très proches l'une de l'autre puisqu'elles ont été conçues et développées en parallèle aux studios de design de Bentley et dans les usines de Crewe afin de garantir une synergie parfaite. Quelle différence ? La Flying Spur est plus longue de 50 cm pour atteindre 5,30 m. La berline dispose ainsi d'un volumineux coffre de 475 litres qui laisse au véhicule une proue proéminente siglée du "B ailé". L'avant de la Bentley est toujours aussi déroutant comme le veut cette calandre grillagée qui laisse une forte impression de puissance et d'agressivité. Mais n'allez guère chercher plus loin. Ce véritable palace roulant, pardon, ce véhicule, reste malgré tout sobre et l'absence de rainures dégage un ensemble homogène. C'est aussi la marque de fabrique de Bentley. En effet, déjà sous l'ère Rolls Royce, les véhicules étaient préférés à leurs cousines par leur design non ostentatoire. Aujourd'hui encore, la discrétion est toujours de mise, malgré tout. Ce qui n'est pas le cas de l'intérieur du véhicule. Rien d'étonnant. Les clients et habitués de la marque retrouveront le confort, la finesse et ce souci du détail qui font d'une Bentley une voiture différente des autres. Comme le veut la tradition, les boiseries, omniprésentes, la sellerie cuir, cousue main, certaines touches de design ingénieuses, les places à l'arrière comme à l'avant, laissent au passager une impression de voyager dans un cottage ambulant ! Pour la conduite, la facilité de pilotage d'un tel monstre de puissance, malgré ses 2,5 tonnes, laisse pantois… Comme sa petite sœur la Continental GT, la Flying Spur est dotée du tonitruant moteur Volkswagen de 6,0 l W12 bi-turbo. Ses performances sont étourdissantes : il ne suffit que de cinq petites secondes pour atteindre les 100 km/h, et les 200 km/h (inavouable aujourd'hui) sont atteints d'une seule impulsion du pied ! Mélange de puissance, de sobriété, de classe, cette Flying Spur s'offre une voie royale et installe Bentley dans l'ère du renouveau. La marque se prépare d'ailleurs à lancer un programme de développement de futurs modèles. Alléchant, isn't it ?

Tanguy Merrien

Voir aussi :

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Carwest entre dans le réseau Suzuki

L'opérateur, qui vient de se séparer de la marque Alfa Romeo, a pris en lieu et place, dans sa concession de Rambouillet, le panneau Suzuki. Le site devrait être à l'origine de la vente de 70 à 90 véhicules

Un malus déplafonné pour aider la filière automobile

Le ministre de l’Economie a profité de la journée de la filière automobile pour annoncer la création de deux fonds de soutien, dotés de 50 millions d’euros au global. Ils seront dotés grâce

Luc Chatel, PFA :

Le président de la PFA revient sur les défis de l’industrie automobile française au cours des prochaines années. Autant de sujets qui seront abordés à l’occasion de la Journée de la filière

L’impact du cycle WLTP sur les véhicules électriques

Jato s’est penché sur les caractéristiques de 23 modèles électriques avant et après l'entrée en vigueur du cycle WLTP. Sans surprise, leur autonomie a souvent été pénalisée, avec de fortes

Vers un rachat des sites Peugeot et Citroën du groupe Choux par JMJ

Le groupe dirigé par Jean-Marc et Jacques Dubois souhaite reprendre les trois concessions Peugeot et Citroën du groupe Choux. En jeu également, la société de location courte durée de l'opérateur

La Loi d'orientation des mobilités : enfin adoptée !

L'Assemblée nationale a approuvé, par 116 votes pour, la Loi d'Orientation des Mobilités. Une enveloppe de 13,4 milliards d'euros est dédiée à la mobilité au sens large, jusqu'en 2022. Mais de nombreux

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page