Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Chevrolet Trax : le cousin

Chevrolet Trax : le cousin

Après l’Opel Mokka et les Français Captur et 2008, Chevrolet lance son Trax. Le véhicule devra lutter pour se faire une place au soleil. Mais les arguments sont là.

Et un de plus ! Après l’Opel Mokka et les deux nouveaux Français Renault Captur et Peugeot 2008, sans oublier les Qashqai ou Juke, le désormais très convoité segment des SUV urbains se voit enrichi d’un nouvel arrivant avec le Chevrolet Trax. En attendant d’autres, ces prochains mois. Si, pour l’Europe et la France, le Trax constitue une réelle nouveauté, il s’agit d’un simple retour aux sources pour la marque américaine. “Les SUV sont dans l’ADN de la marque. Je rappelle qu’il y a soixante-dix-huit ans, Chevrolet lançait le Carryall Suburban et inventait par la même occasion un nouveau type de véhicule. Il est donc naturel que nous continuions cet héritage”, a notamment expliqué Ludovic Dirand, président de la marque en France. Si Chevrolet rattrape son histoire, le Trax vient surtout compléter une gamme qui s’est considérablement étoffée de plus d’une dizaine de produits en l’espace de trois ans, entre réelles nouveautés et restylages. Des lancements de produits qui ont permis à la marque de terminer 2012 avec une progression de 4,4 %, à 23 708 unités, quand le marché français s’écroulait de 13,9 %. On pensait voir Chevrolet s’offrir un destin doré sur la scène automobile française, mais depuis, le vent a tourné. La marque accuse un recul de 47,7 % à la fin avril et de 39,5 % depuis le début de l’année. Si Ludovic Dirand avait rassuré son monde à Genève (JA n° 1179), reconnaissant que ces “reculs s’expliquaient par le manque d’approvisionnement lié au cycle produit”, le dirigeant compte sur de bonnes commandes et des livraisons dès le mois de juin. A commencer par celles du Trax qui, à peine lancé, porte déjà quelques espoirs en lui.

Bien placé

Conçu sur la même plateforme que son cousin d’Opel, fabriqué au Mexique pour le marché américain et en Corée pour les marchés asiatique et européen, le Trax reste très proche du Mokka. Néanmoins, la marque lui a conféré une image plus sympathique que celle de l’Allemand, avec une calandre à double étage, des flancs musculeux rappelant les gros SUV “Made in America”. Malgré ses 4,25 mètres de longueur, le Trax reste plus court (de 3 cm) que le Mokka, mais aussi plus long que les nouveautés du segment (4,16 m pour le 2008 et 4,12 m pour le Captur). Avec une hauteur de 1,67 m, le Chevrolet demeure aussi très compact sans empiéter pour autant sur l’habilité intérieure. Tout comme sa modularité, d’ailleurs, qui, avec une banquette fractionnable, permet un volume de chargement allant jusqu’à 1 370 litres. Au final, l’ensemble est réussi.

Vive l’essence !

Côté motorisations, pas de surprise. A l’instar du Mokka (JA n° 1173), le Trax est proposé avec deux blocs essence, le 1,6 l 115 ch et le 1,4 l Turbo de 140 ch, et un Diesel, le 1,7 l VCDI de 130 ch. On retiendra plus volontiers le 1,4 l Turbo très agréable et souple. Quant à la version Diesel, ses défauts sont identiques à ceux rencontrés sur le Mokka : bruyant et creux à bas régime. A une époque où le Diesel n’est plus en odeur de sainteté, Chevrolet a prévu la riposte : la marque offre le montant du malus, 400 euros, à tout client optant pour la version essence. Malheureusement, le Trax, comme le prévoit la marque, devrait s’écouler à 80 % en version Diesel, soit un peu moins que l’ensemble du segment (90 %). Quant à ses ambitions sur le marché national, entre 3 500 et 4 000 unités pourraient venir aider la marque à tenir son rang en 2013 après un premier trimestre difficile.

-------------
Le Chevrolet Trax en bref

Date de lancement
Mai
Segment de marché
SUV urbain
Objectif 2013
3 500-4 000 unités (dont 80 % en version Diesel)*
Principales Concurrentes
du Trax 1.7 VCDi 130 ch S&S LT : 21 290 €

• Nissan Juke 1.5 dCi 110 FAP Tekna : 22 490 €
• Opel Mokka 1,7 CDTI 130 ch Edition 4*2 : 22 140 €
• Renault Captur 1.5 Dci 90 Zen : 19 600 €
• Peugeot 2008 1.6 e-Hdi 92 ch Active : 19 700 €
Prix
Essence : de 17 990 à 23 290 €
Diesel : de 19 990 à 23 290 €


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Faurie rachète les affaires VW, Seat et Audi du groupe Dargelos

Le groupe de distribution corrézien vient d’annoncer la reprise d’une partie des affaires du groupe Dargelos dans les Landes et le Lot-et-Garonne.

Le groupe LS ouvrira son showroom McLaren en octobre

C’est confirmé : le groupe Lamirault Schumacher ouvrira les portes du showroom McLaren en octobre 2019. En attendant, l’atelier recevra ses premiers clients dès le 1er août.

PSA : moins de business, plus de profits

Malgré une baisse de ses ventes et de son chiffre d’affaires au premier semestre 2019, le groupe PSA est parvenu à améliorer sa marge opérationnelle et son résultat net.

Les services connectés, nouvel eldorado des distributeurs Mercedes ?

Mercedes-Benz dévoile ses ambitions autour des services connectés. Une potentielle manne financière pour le constructeur…et pour les distributeurs ?

La filière automobile abasourdie par la nouvelle prime à la conversion

Mesure brutale, absence de concertation et manque de vision globale : industriels et distributeurs dénoncent un texte illisible qui rend impossible les projections sur le devenir de la prime à la conversion.

Les véhicules diesel d'occasion exclus de la nouvelle prime à la conversion

La prime à la conversion, en vigueur au 1er août 2019, se recentre sur les VE et les foyers modestes. Seuls les modèles neufs et VO émettant moins de 117 g de CO2 pourront bénéficier d'une aide tout

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page