Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Nissan Juke Nismo : Nismo s’attaque au Juke

Le Juke est le premier modèle de grande diffusion à passer entre les mains de Nismo. Le 370Z Nismo suivra dès cet été.

Nissan Juke Nismo : Nismo s’attaque au Juke

Nissan élargit le spectre de son département compétition. Premier opus badgé Nismo destiné à nos routes, ce Juke annonce aussi la montée en puissance de ce blason.

Nissan Motorsports veut sortir de l’ombre. Nismo, le label hautes performances du Japonais, veut en effet toucher un plus large public. Seuls quelques initiés, aussi bien physiques que virtuels, connaissent bien les effets que produisent ces cinq lettres sur un véhicule ou une mécanique. En effet, Nismo, dont l’aventure a débuté avec la Skyline 2000GT en 1964, est incontournable en compétition, notamment dans le championnat Super GT japonais, le V8 Supercar en Australie, mais aussi l’endurance et les 24 Heures du Mans où un bloc Nissan a équipé 15 des 18 voitures de la catégorie LMP2 de l’édition 2013, dont notamment l’Alpine A450 engagée par Signatech. De plus, c’est aussi Nismo qui développa et fit courir la Delta Wing. Autant d’exemples qui témoignent des compétences disponibles pour faire de ce nouveau chapitre un succès. A l’image des AMG, Quattro, M et même Renault Sport, Nismo va aujourd’hui jeter son dévolu sur les modèles de la gamme Nissan. Et le premier est déjà sur nos routes : il s’agit du Juke Nismo.

Premier étage de la fusée Nismo

Pourquoi donc s’attaquer en premier à ce crossover urbain ? Pour une large diffusion, explique le constructeur. En effet, le Juke Nismo va pourvoir tirer profit du formidable succès du Juke des villes qui s’est déjà vendu à plus de 330 000 unités en Europe depuis son lancement en 2010. En France, le chiffre atteint 50 000 unités et il s’agit du deuxième modèle le plus vendu, derrière l’indétrônable Qashqai. Ainsi, dans l’Hexagone, Nissan estime que le Juke Nismo pourrait représenter jusqu’à 3 % du mix, soit environ 600 immatriculations. Une bonne base de départ, car ce crossover vitaminé ne va pas longtemps rester seul au catalogue du constructeur. En effet, dès le mois de juillet, le 370Z Nismo (344 ch contre 328 ch pour le 370Z) sera disponible, devançant, en fin d’année, un nouveau Juke encore plus radical. Comme si le Juke Nismo était, en reprenant la nomenclature Mini, une version Cooper S avant de proposer la John Cooper Works. Nismo a donc transformé le Juke en un modèle plus sportif, aussi bien dans ses traits que face au chrono, mais sans perdre de vue une utilisation quotidienne. Le récent accord avec Williams, l’écurie de F1, nous donne peut-être une idée de ce futur modèle.

Une alternative crédible dans l’univers sportif du segment B

Ce Juke Nismo gagne donc en personnalité au premier coup d’œil avec, par exemple, de nouveaux boucliers, dont celui de l’arrière, qui accueille un extracteur type F1. A l’intérieur, même traitement où le noir et le rouge prennent le pouvoir avec l’agrément d’Alcantara, d’aluminium et d’équipements dernier cri comme le Nissan Connect 2.0 et le “Google Send to Car”. Sous le capot, pas de grosse surprise avec le bloc 1.6 Turbo injection directe qui a toutefois vu passer sa puissance de 190 à 200 ch. Pas phénoménal, dans la norme des récentes petites sportives comme la Clio RS ou la 208 GTi, mais largement suffisant pour prendre du plaisir. Les accélérations sont là, comme l’agrément grâce à une courbe de couple (250 Nm) quasiment plate de 2 400 à 4 800 tr/min. Ainsi le 0 à 100 km/h est abattu en 7,9 s et la vitesse de pointe atteint 215 km/h. Ces valeurs sont celles de la version deux roues motrices boîte manuelle qui devrait représenter 80 % du mix du modèle. La version All-Mode, quatre roues motrices avec une boîte CVT mais aussi la vectorisation du couple sur le train arrière, s’adjugeant le reste. Dans les deux cas, le châssis a été traité de la même manière, avec une rigidité des suspensions augmentée de 10 %, ou encore un large travail sur l’aéro qui permet d’obtenir 37 % d’appui supplémentaire. Autant d’ajustements et de modifications qui offrent à ce modèle la capacité de venir bouleverser le marché des sportives du segment B. En effet, comme le Juke en 2010, cet opus Nismo se présente comme une alternative sérieuse, et pourrait créer la surprise.

-------------
En bref - Le Juke Nismo

Date de lancement
Disponible
Segment de marché
Crossovers urbains sportifs
Objectif 2013
600 unités en France
3 % du mix
Principaux concurrents du Juke Nismo 200 ch : 26 490 €
• Peugeot 208 GTi 200 ch : 24 500 €
• Clio RS 200 ch : 24 990 €
• Mini Countryman Cooper S 184 ch : 28 800 €
Prix
de 26 490 à 29 790 €

 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le partenariat VO entre GGP et Norauto prend forme

La collaboration entre le groupe GGP et le réseau de centres autos se précise avec le lancement du panneau "Les Occasions Norauto". L’enseigne recrute en effet ses futurs commerciaux dans près d’une

Le CNPA réclame le maintien des VO et du diesel dans le système de prime à la conversion

A l'occasion du comité stratégique de la filière automobile, Francis Bartholomé, président du CNPA, a lancé une alerte au Premier ministre et dénonce une communication difficilement lisible. La stabilité

Damien Pichereau, député :

Damien Pichereau figure dans le Top 50 des députés les plus influents dans le secteur du transport. Cet élu LaREM dans la Sarthe, a été très actif lors des discussions de la loi LOM. CO2, malus...

Rebondissement dans le litige qui oppose le groupe Midi Auto à PSA

Alors que la procédure sur l'exécution du contrat de distributeur de pièces de rechange PSA du groupe Midi Auto n'est pas encore terminée, Me Renaud Bertin, avocat de MA pièces Auto Bretagne, produit

Juin 2019 : deux jours ouvrés de moins font trébucher le marché VP

En facial, les immatriculations ont chuté de 8,4 % sur le mois de juin 2019. En réalité, la baisse est bien moins importante car juin 2019 offrait deux jours ouvrés de moins qu'en 2018. Sur le semestre,

Gemy ouvre un centre de reconditionnement VO dans le Var

L’opérateur mayennais conforte sa présence dans le Sud et sa stratégie VO en ouvrant un deuxième centre de reconditionnement d’une capacité de 30 000 unités par an.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page