Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Mitsubishi Grandis : Grandeurs et espérances

Mitsubishi Grandis : Grandeurs et espérances

Avec l'arrivée d'une mécanique Diesel, le Grandis va enfin sortir de l'ombre. D'autant que ce 2 litres de 136 chevaux, d'origine Volkswagen, est bien aidé par un design fort et un positionnement judicieux. Le Grandis n'est plus vraiment une nouveauté, car il a été commercialisé...

...au Japon en mai 2003 puis dans certains pays d'Europe en avril 2004, mais il en demeure une en France. Pourquoi ? La réponse tient en un seul mot : Diesel. En effet, Mitsubishi a préféré attendre l'implantation d'une mécanique Diesel sous le capot du Grandis avant de le lancer dans l'Hexagone et sur les marchés fortement diésélisés. Une arrivée prévue depuis l'accord de fourniture signé avec Volkswagen qui avait été annoncé le 10 septembre 2003, durant le dernier Salon de Francfort. Dix-huit mois plus tard, le Grandis D-ID trône sur le stand du constructeur à Genève et aujourd'hui, il est en concession aux côtés de la version essence livrable depuis avril dernier. Le Grandis D-ID reprend donc le bloc 2 litres TDI injecteur-pompe du constructeur allemand développant ici 136 chevaux. Un moteur que l'on retrouvera également sur d'autres productions de la firme aux diamants. Il s'agit là d'un incontestable atout qui fait du Grandis un monospace performant et agréable mais malheureusement assez sonore.

ZOOM

Mitsu et PSA ont signé

Après la lettre d'intention signée en février dernier, la coopération entre Mitsubishi et PSA, pour la fabrication d'un SUV compact, est officielle. L'accord final a été signé le 11 juillet 2005. Le futur Outlander de Mitsubishi, qui apparaîtra au Japon dès cette année, sera la base de cette coopération. Les versions Peugeot et Citroën, ainsi que celle de Mitsubishi destinée à l'Europe, devraient être présentées durant l'édition 2007 du Salon de Genève. Les deux marques du groupe PSA disposeront de 30 000 unités par an selon les termes de l'accord. Le constructeur japonais fournira la motorisation essence alors que le groupe français se chargera du Diesel avec un moteur HDi équipé du filtre à particules.


Etre différent tout en restant rationnel

Les designers de Mitsubishi n'ont pas voulu ajouter un nouveau monospace à la longue liste déjà existante, d'autant que le constructeur ne se considère pas comme un généraliste. Il a voulu faire souffler sur le Grandis un vent d'exclusivité rompant avec l'ennui et la monotonie de ce segment. Un mélange des genres. Le concept du crossover est une fois de plus mis en avant : plaisir de conduire d'une berline, praticité d'un monospace ou encore l'espace et l'élégance d'un break… Le Grandis est donc un peu tout cela à fois, donc différent, avec toutefois une rationalité bien ancrée. Mitsubishi n'a pas joué la carte du superflu comme en atteste la planche de bord ou la modularité. Cette dernière s'appuyant sur les 7 places possibles, n'offre pas un nombre incalculable de possibilités qui, de toutes façons, ne seraient jamais utilisées. Ajoutez à ce monospace, un rapport prix/équipements judicieux lui permettant d'évoluer tant sur le segment des monospaces compacts que sur celui des grands monospaces et vous comprendrez pourquoi Mitsubishi France compte en immatriculer 1 800 en année pleine. Un optimisme que l'on retrouve également au niveau global puisque malgré ses difficultés le constructeur semble plus ambitieux que jamais.

Un résultat d'exploitation positif en Europe

Lâché par DaimlerChrysler en avril 2004, Mitsubishi Motors vise toutefois l'équilibre pour fin 2006. Et ce malgré une perte nette de 3,5 milliards d'euros sur son dernier exercice clôturé fin mars dernier. Les mauvais résultats de la marque sur les marchés japonais et américain expliquent cette aggravation. L'Europe avec un résultat opérationnel de 53 millions d'euros n'a évidemment pas pu inverser la tendance. Mais le Vieux Continent reste toutefois une satisfaction pour le constructeur nippon. Et Mitsubishi affiche un moral d'acier avec des nouveautés qui vont s'enchaîner à un rythme soutenu jusqu'en 2007. Francfort sera le premier rendez-vous, puis ensuite le Salon de Tokyo nous réserve encore plusieurs surprises tout comme celui de Bruxelles qui aura la primeur de la Colt CC et l'on nous promet un modèle phare au prochain Salon de Bologne.

Christophe Jaussaud

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
BPI France et la PFA poussent les entreprises automobiles à accélérer

24 entreprises automobiles viennent d'être sélectionnées par la PFA et BPI France pour intégrer le programme d'accélération de la filière automobile. Une première étape qui doit permettre à 150 PME à fort

Renault nomme en France, en Europe et en Chine

La France, l'Europe mais aussi la Chine et la zone Pacifique sont au centre des nominations que Renault vient d'annoncer.

Carlos Tavares, PSA :

Le patron de PSA prévoit un impact sur l’ensemble de la filière automobile dès la mise en œuvre des normes d’émission de CO2 en 2021. Le groupe pilote d’ores et déjà ses niveaux de stocks

Les immatriculations 2018 de véhicules diesel ont encore baissé en Europe

Les dernières statistiques de l'Acea montrent un recul de 18,3 % des immatriculations de véhicules diesel dans l'Union européenne en 2018, au plus grand bénéfice de l'essence. La part des véhicules

Electromobilité : les points à retenir du rapport reçu par l'Elysée

Quatre mois après avoir confié une mission sur les nouvelles mobilités et les véhicules autonomes à Patrick Pelata et Xavier Mosquet (BCG Consulting), Emmanuel Macron a présenté les conclusions

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des plus importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page