Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page

Mercedes : Classe aff’R

Taillée pour les Etats-Unis, la nouvelle Classe R va toutefois débarquer en Europe dès février 2006. Disponible en deux dimensions, cet ovni automobile trouvera-t-il sa clientèle ?  Longtemps Mercedes a été qualifié de constructeur traditionnel, ne voulant pas bousculer...

...une clientèle très conservatrice, mais heureusement pour lui, il a su faire sa révolution sans la dérouter. S'il fallait retenir un événement, un modèle, qui a véritablement lancé la métamorphose de Mercedes, le SLK est sans doute celui là. En effet, depuis le lancement de ce coupé-cabriolet en 1996, mais aussi de la Classe A en 1997, le constructeur de Stuttgart n'a cessé d'évoluer tout en élargissant sa gamme avec des modèles "à volume" et de niches. La Classe R en est le dernier exemple en date dans cette catégorie. Luxueuse comme une limousine, spacieuse comme un monospace et affublée d'une transmission intégrale comme un SUV, la Classe R est une nouvelle illustration du mélange des genres. Cette niche des crossover, encore un peu "fourre-tout" pour l'heure, tend à se structurer et Mercedes veut naturellement y occuper la partie la plus haute. Pour ce faire, le constructeur n'a pas lésiné. Déjà, le gabarit du modèle force le respect ! Avec près de 5,15 mètres de long, quasiment 2 mètres de large et plus de 1,65 mètre de haut, la Classe R est hors normes. Ses dimensions sont celles de la version longue, "américaine", qui a été complétée durant le Salon de Francfort par une version à l'empattement plus court de 23,5 cm que l'on baptisera "européenne". Mercedes a décidé d'offrir deux possibilités à la clientèle car après de nombreuses études, une seule dimension n'aurait pu convenir à tous les continents.

Un gros travail avec les clients potentiels

Le concept Vision R, découvert au Mondial de Paris en 2004, était en fait la version courte d'aujourd'hui et il est apparu "trop petit" pour les américains avec ses 4,92 mètres ! Le constructeur est arrivé à ce constat après une véritable relation avec les clients potentiels tant en Europe qu'aux Etats-Unis. En effet, grâce à une grande campagne sur le Net, le constructeur a noué près de 100 000 contacts. Par la suite, durant plus d'une année, Mercedes a travaillé plus en profondeur avec un panel de 120 clients potentiels. C'est ici que les dimensions européenne et américaine ont été confirmées comme la quasi obligation d'offrir une transmission intégrale. Ce dernier point a effectivement été mis en avant par le panel interrogé, non qu'il voulait faire de cette nouveauté un 4x4 mais cet équipement lui est apparu indispensable à ce niveau de prestations et de prix. Mercedes s'est exécuté, la Classe R dispose de la transmission 4ETS du ML. Toujours comme le ML mais aussi la Classe S, la Classe R dispose également du Pré-Safe. Cependant, si ce travail a donné des indications sur la définition du produit et sur son potentiel de séduction, le constructeur débarque toutefois sur un nouveau segment de marché rendant les prévisions difficiles. Comme l'a souligné le constructeur lors de cette présentation, il se trouve, avec la Classe R, dans une situation proche de celle avec le Classe M en 1997. A l'époque, les prévisions de ventes de ce SUV de luxe avaient été sous-estimées, notamment en Europe, comme l'avait confié François le Clec'h lors du lancement de la nouvelle version au printemps dernier. Les Classe R sortiront des chaînes de l'usine de Vance, dans l'Alabama, qui produit aussi le Classe M.

Sans véritable concurrence

C'était en Suisse, dans la région de Zurich, que nous avons pris le volant de la Classe R, version américaine. D'ailleurs, pour nous plonger dans l'ambiance, le constructeur proposait une flotte de R 350 et R 500 immatriculée dans l'état de l'Illinois. Mais les routes suisses n'ont bien évidemment rien à voir avec celles d'outre-Atlantique. Cependant, la Classe R a bien tiré son épingle du jeu. Malgré son gabarit, la Classe R n'a rien d'un char d'assauts. Son comportement est sain, bien aidé sur nos véhicules d'essai, par la suspension Airmatic qui gomme les lourdeurs induites par les 2,2 tonnes de la bête. Les moteurs participent également à la bonne impression générale. On retrouve sous le capot des mécaniques brillantes tels le V6 3,5 litres développant 272 chevaux et le V8 5 litres de 306 chevaux. Toutefois, pour ceux qui en voudraient encore plus, Mercedes a dévoilé à Francfort, sous forme de concept, la Vision R 63 AMG équipée du V8 6,3 litres développant 510 chevaux avec un couple de 630 Nm. Une mécanique que l'on retrouve également sur le ML 63 AMG. Quid du Diesel ? Concernant l'Europe, la Classe R sera bien évidemment disponible avec le V6 3,2 litres de 224 chevaux et ce dès le lancement au mois de février, mais aux Etats-Unis la décision n'est pas encore prise. Les résultats commerciaux de la Classe E 320 Cdi, lancée il y a peu sur le marché américain, détermineront sûrement sa commercialisation ou non. Quoi qu'il en soit, même si cette version Diesel n'arrive jamais en Amérique, la Classe R fait figure d'ovni dans le paysage automobile mondial entraînant une quasi absence de concurrence frontale. Vendue environ 10 % plus cher qu'un Classe M, la Classe R pourra aussi bien faire du tort au segment des SUV (ML, X5, Cayenne, Q7, etc.) qu'au segment des berlines de prestige telles la Classe S, la Série 7 ou encore l'Audi A8. Face à ces dernières, la Classe R n'a pas à rougir, elle fait même de l'agencement de son espace intérieur un réel atout. Avec ses 6 sièges indépendants, placés sur trois rangées, la Classe R est un peu le reflet de la première classe sur les vols transcontinentaux.

Christophe Jaussaud

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault donne le coup d'envoi de la Software République

Le projet présenté et soutenu par Luca de Meo, le directeur général de Renault, qui associe Atos, Dassault, Thalès et STMicroelectronics est désormais officiel. La Software République accueillera

François Larher, Audi :

En charge de l'activité occasion chez Audi France depuis octobre 2020, François Larher fait le point sur les dernières évolutions du label Audi Occasion:Plus et sur les ambitions de la marque aux anneaux

Renault affiche une part de marché en baisse mais se dirige vers des ventes saines

Renault continue de réorienter sa stratégie commerciale avec une baisse des immatriculations tactiques, ce qui explique sa part de marché en retrait depuis le début de l'année 2021. Une phase difficile

Le réseau Opel n’accepte plus les objectifs inatteignables !

Pour la première fois, le réseau Opel a affiché, en 2020, une rentabilité négative qui s'est encore fortement détériorée depuis le début de l'année. Michel Maggi, président du GNCO, va réunir

La Cour suprême autrichienne juge illégaux les contrats de distribution Peugeot

En Autriche, Peugeot vient de perdre en dernière instance face à un concessionnaire qui accusait le constructeur d'abus de position dominante. La Cour suprême de Vienne donne trois mois à Peugeot pour

Seres, l'autre marque chinoise qui veut se déployer en France

Seres, la marque chinoise appartenant à Dongfeng, poursuit son développement en France. Deux modèles électriques seront proposés en 2021 pour un objectif de 80 distributeurs sur le territoire.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page