Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page

Mitsubishi dégaine sa Colt

Mitsubishi sort quelque peu de son image de spécialiste 4x4 pour arborer une nouvelle tunique, celle de généraliste. Le constructeur lance la Colt sur un segment B où la concurrence est acharnée. Pour des ambitions toutefois limitées. Sans se défaire de son image de spécialiste 4x4, Mitsubishi...

...Motors veut désormais se diriger vers celle de constructeur plus généraliste, comme d'autres marques asiatiques l'ont fait auparavant. "Aujourd'hui, notre mix se compose de 70 % de véhicules 4x4, une tendance qui devrait à l'avenir s'équilibrer avec les modèles généralistes", nous confiait récemment Dirk Pissens, président de MMC France (JA n° 892). Dès 2005, le constructeur se dotera du Grandis, un grand monospace qui viendra étoffer la gamme Mitsubishi, en attendant le lancement d'une dizaine de nouveautés d'ici 2007.
Pour l'heure, c'est au tour de la Colt d'être lancée dans le grand bain. Le constructeur n'a cependant pas choisi la facilité pour son premier modèle "à vocation généraliste". La Colt (en version 3 et 5 portes) n'en reste pas moins une citadine et vient directement se positionner sur le segment B. Un segment, primordial en France puisqu'il représente 28 % du marché VP. La concurrence y est acharnée malgré un podium inaccessible. Les reines du segment ne sont autres que les 206 (163 170 immatriculations en 2003) et Clio (125 679 immatriculations en 2003), loin devant la C3 (76 380 immatriculations en 2003) ! Heureusement pour la petite japonaise que le constructeur ne la place pas en concurrence directe avec ces monstres du marché… Non, Mitsubishi préfère positionner la Colt en face des Mazda2 et Honda Jazz qui ont respectivement été commercialisées à 1 709 et 1 456 exemplaires l'an passé. Des chiffres qu'aimerait bien atteindre le constructeur avec la Colt (en 3 et 5 portes) d'ici la fin de cette année. Sans se prononcer sur des objectifs en année pleine…

Des atouts à faire valoir

Face à une concurrence sévère où la hiérarchie semble établie, mieux vaut avoir des atouts à faire valoir. Et la Colt n'en manque pas. Mitsubishi lance un modèle équipé de quatre motorisations dont une Diesel. "Nous ne pouvions lancer la Colt sans motorisation Diesel alors que le segment prend peu à peu cette tendance avec 53 % de moteurs Diesel", s'est justifié le constructeur. Le nouveau bloc 1,5 Di-D de 95 ch, un trois cylindres de 12 soupapes d'origine DaimlerChrysler, se montre efficace et puissant. La Colt Diesel se retrouve à l'aise sur les moyennes distances et même sur autoroutes. Seule ombre au tableau : le bruit, trop présent à l'oreille, notamment lors des accélérations. Quant aux motorisations essence, le constructeur en propose trois. Du 1,1 l 75 ch agréable et intéressant en ville au puissant 1,5 l 109 ch, retenons l'homogène 1,3 l 95 ch qui reste un bon compromis. D'autant plus que cette motorisation existe par ailleurs en boîte automatique (Allshift).
D'une manière générale, excepté le 1,1 l, la Colt, quelle que soit sa motorisation, reste plus timide en milieu urbain qu'à plein régime. Surprenant.
C'est un qualificatif qui convient également pour la vie à bord du véhicule.
D'une longueur de 3,87 m et d'une hauteur de 1,55 m, la Colt n'a pas à rougir de sa taille notamment avec une garde au toit avantageuse pour les grands gabarits. Résultats : l'intérieur reste spacieux. L'ambiance intérieure a aussi été soignée. On retiendra essentiellement la qualité des matériaux, le design réfléchi comme cette planche de bord et cette console centrale dont une partie est translucide.
Au bout du compte, on a bien du mal à savoir si la nouvelle Mitsubishi est uniquement une citadine ou si elle n'est pas, plutôt, une polyvalente ?
Dans ce deuxième cas de figure, saura- t-elle résister à la vague des minispaces et au débarquement des 1007 et autres Modus ?

Tanguy Merrien

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Luca de Meo promet la révolution chez Renault

Le directeur général du groupe Renault a dévoilé son plan de relance, baptisé Renaulution. Des économies, moins de plateformes, une quasi-disparition du diesel mais 24 lancements de produits d'ici

Jean Rouyer s'attaque au marché des flottes avec sa filiale Loc'oto

Le distributeur a donné le top départ de Loc’oto, filiale proposant aux entreprises des formules de location moyenne et longue durées. 350 mises à la route sont visées pour cette première année

Renault : des ventes sous la barre des 3 millions de véhicules en 2020

Le groupe français a immatriculé 2,949 millions de véhicules dans le monde en 2020, un volume en baisse de 21,3 %. Sa forte exposition dans les pays les plus touchés par la pandémie explique ce recul.

Laurent Thézée, Mazda France :

Trois mois après sa nomination à la présidence de Mazda France, Laurent Thézée présente la feuille de route de la marque en France, dont la trajectoire vers le segment du premium se construit en partenariat

Guillaume Couzy, Peugeot :

Au coude à coude avec Renault sur les ventes aux particuliers, Peugeot réalise une belle année 2020 dans un contexte de marché inédit. La marque débute l'année 2021 avec un portefeuille de commandes

La fusion PSA-FCA validée par les actionnaires

A peine plus d'un an après l'annonce de la fusion entre PSA et FCA, les actionnaires des deux groupes ont donné leur aval, lundi 4 janvier 2021. Stellantis, le futur troisième groupe mondial en chiffre

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page