Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Opel Insignia et Mokka : Les Diesel repassent sur le métier

En Europe, 40 % des Mokka et 83 % des Insignia vendus cachent un moteur Diesel sous le capot.

Opel Insignia et Mokka : Les Diesel repassent sur le métier

En plus du 1.6 CDTi qui débarque enfin sous le capot du Mokka, Opel offre à l’Insignia un tout nouveau bloc 2.0 Diesel. Dans les deux cas, il s’agit d’une réussite qui replace Opel et ses modèles dans la course.

Il est bien loin le temps du concept GT Diesel. Depuis 1972, du gazole a coulé dans les réservoirs, mais surtout les blocs capables de le brûler ont bien changé. Pourtant, pendant longtemps, Opel n’a pas été à la fête sur ce terrain. Depuis la collaboration avec Fiat, cela s’était déjà amélioré et, aujourd’hui, le blitz n’a plus rien à envier à nombre de ses concurrents. Il faut dire qu’il a décidé d’investir massivement sur les mécaniques puisque pas moins de 17 nouveautés en la matière, tant essence que Diesel, ont été programmées entre 2014 et 2018. Le bloc 1.6 CDTi, apparu fin 2013 sur le Zafira Tourer, fait partie de ce programme et arrive enfin sous le capot du Mokka. Et autant le dire tout de suite, on ne regrettera pas le 1.7 CDTi ! En plus d’être largement plus silencieux, le 1.6, dans cette version 136 ch offre bien plus d’agrément avec son couple de 320 Nm et se montre largement plus efficient. En effet, la consommation moyenne baisse de 0,5 litre aux 100 km (4,1 l contre 4,6 l), faisant ainsi passer les émissions de CO2 de 120 à 109 g/km. De quoi conforter le succès de ce SUV maintenant fabriqué dans l’usine espagnole de Saragosse.

De l’importance du Diesel

Même si le Diesel a été pris en grippe en France, souvent pour des raisons dogmatiques, il n’empêche que ce type de mécanique reste incontournable. Ainsi, 40 % des 350 000 Mokka vendus en Europe depuis son lancement roulaient au gazole. Le taux d’équipement atteint même 72 % en Espagne, 85 % au Portugal ou 86 % en Irlande. Commercialement, le Mokka s’est adjugé 17 % du segment sur le continent avec notamment des pics en Allemagne (26 %) ou en Autriche (24 %). En France, avec 15 800 immatriculations en 2014, le double de l’année précédente, le Mokka a représenté 10 % du segment, alors qu’il faut se souvenir que la part de marché VP de la marque était seulement de 3,4 %. Avec l’arrivée de ce nouveau 4 cylindres Diesel, produit en Hongrie dans l’usine de Szentgotthard, Opel a donc de nouvelles ambitions pour son Mokka. Et il n’en manque pas non plus pour l’Insignia qui inaugure le tout nouveau 2.0 CDTi 170 ch.

Conforter le succès de l’Insignia

Bien que l’appellation soit identique, 2.0 CDTi, ce moteur n’a finalement rien de commun avec le précédent. Bloc, culasse, gestion thermique, admission, turbo avec actionneur électrique, tout est nouveau. Développé à Turin par le centre d’ingénierie GM Powertrain, avec l’appui de celui de Pontiac aux Etats-Unis, ce 2 litres produit à Kaiserslautern replace Opel dans la course et son modèle parmi les références. En effet, avec 170 ch (+ 7 %), et surtout un couple de 400 Nm (+ 14 %) et des émissions de CO2 limitées à 114 g/km, il offre à l’Insignia un atout stratégique car les mécaniques Diesel représentent 83 % des ventes du modèle. On comprend donc mieux pourquoi Opel a particulièrement soigné ce quatre cylindres, et donc sa berline dont il se dit d’ailleurs très fier. Il faut dire que le succès est au rendez-vous. En effet, 750 000 berlines ont pris la route depuis son lancement, dont 160 000 unités rien que pour la dernière génération apparue à l’été 2013. Sur le seul exercice 2014, la gamme Insignia a représenté plus de 100 000 ventes (+ 19 %) malgré un segment en recul. Avec 15 % du segment en Europe, deuxième derrière la VW Passat, elle est devenue le quatrième modèle le plus vendu de la marque. Elle est même leader au Royaume-Uni avec 39 % du segment, aux Pays-Bas avec 27 % ou en Espagne avec 23 %. En France, les chiffres sont moins spectaculaires, du fait de l’omniprésence des marques françaises, mais les résultats sont également là. Avec 3 840 immatriculations en 2014 (+ 8 %), la familiale allemande a affiché une part de segment de 6,2 %, en croissance de 1,5 point.

---------
EN BREF - L’Insignia

Date de lancement

Disponible
Segment de marché
Berline et break familiaux
Objectif*
4 500 unités
Principales concurrentes de l’Insignia 2.0 CDTi 170 Cosmo Pack : 37 300 €
• Ford Mondeo 2.0 TDCi 180 Titanium : 33 500 €
• Volkswagen Passat 2.0 TDi 150 Carat : 37 300 €
• Peugeot 508 2.0 BlueHDi 150 Féline : 38 350 €
Prix
Essence - de 26 260 à 33 450 €
Diesel - de 29 290 à 40 100 €

*Estimation JA


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Opel Corsa : honneur à l’électrique

La nouvelle génération de la citadine arrive sur le marché dotée d’une motorisation électrique de 136 ch affichant une autonomie de 330 kilomètres en cycle WLTP. Les versions thermiques arriveront

Essence et SUV rendent le malus plus lucratif que jamais

Jamais le malus n’avait autant rapporté depuis sa création. Les effets croisés d’un dispositif plus sévère et de la montée en puissance des véhicules essence, dont les SUV, ont boosté les recettes.

Kroely transforme sa concession Mercedes de Mulhouse

L'opérateur alsacien est le deuxième en France, après Como, à inaugurer les nouveaux standards Mercedes-Benz, dans sa concession de Mulhouse. Au programme : parcours client repensé et processus d'achat

Le groupe Dugardin se renforce avec Ford dans le Pas-de-Calais

Le distributeur vient de notifier à l’Autorité de la concurrence son intention de racheter le groupe Delesalle, ajoutant à son réseau Ford cinq concessions et une agence, principalement situées

Marc Lechantre, PSA :

Fin annoncée des multiples labels VO dans les points de vente. Le groupe PSA va progressivement s'appuyer sur deux références, à travers l'Europe, dont le nouveau Spoticar. Décryptage de la stratégie

Jean Lain s’investit dans le développement de l’hydrogène

Le distributeur, représentant notamment Toyota et Hyundai, s’est engagé dans le projet Zero Emission Valley. Son but : créer un réseau de stations hydrogène dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page