Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Mazda CX-3 : C’est du sérieux !

Mazda CX-3 : C’est du sérieux !

Avec son CX-3, Mazda avance de très solides arguments, esthétiques et techniques, qui font de lui un réel challenger. Il porte aussi tous les espoirs de reconquête de la marque.

Mazda poursuit son opération de reconquête. Après avoir revisité le CX-5 et la Mazda6 cette année, puis renouvelé la Mazda3 avant de lancer en mars la Mazda2 sur le segment B, et en attendant le mythique MX-5, la marque japonaise accentue ses efforts et continue d’étoffer sa gamme en venant se frotter sur le très concurrentiel et encore récent segment des SUV urbains. Mazda souhaite en effet profiter de la tendance actuelle et surfer sur un segment très porteur en France (9 % du marché) comme en Europe (+ 56 % de progression, à 625 000 unités en 2014), où “ce type de véhicule pourrait monter jusqu’à 800 000 unités à l’horizon 2017”, prévoit ainsi la marque. En France, le segment est monopolisé par les Renault Captur et Peugeot 2008, modèles qui ont déjà été vendus à 75 801 unités sur l’ensemble du premier semestre 2015 et totalisent à eux deux 7,5 % de part de marché sur l’ensemble du segment B.

Fer de lance en devenir

C’est donc logiquement que Mazda aimerait aussi goûter à ce gâteau et espère ainsi peser avec cette nouvelle offre à hauteur de 4 500 unités sur une année pleine. Ambitieux ? En réalité, le CX-3 est appelé à devenir le fer de lance de la gamme Mazda dès 2016, la marque souhaitant y atteindre les 13 000 VN vendus en France. Un niveau plus conforme à son rang : “De 2008 à 2013, les ventes de la marque sont passées de 15 000 à 5 000 unités”, rappelle notamment Philippe Geffroy, président de Mazda France. Un nouveau cap est donc fixé pour la marque nipponne, qui compte dès cet exercice s’approcher des 10 000 unités. A mi-parcours, Mazda est en retard sur ses temps de passage avec 3 714 VN écoulés au premier semestre, et ce malgré une progression de 17,68 % sur la période. Le second semestre sera donc déterminant dans l’objectif de Mazda, lequel dépendra en grande partie des premiers pas du nouveau CX-3.

Bien né

De prime abord, le petit SUV développé sur la même plate-forme que la 2 a toutes les qualités pour réussir ce pari. Il est déjà bien né. En effet, il avait été désigné au dernier salon de Los Angeles comme la “Voiture la plus Cute”. Ensuite, le CX-3 arbore toutes les qualités soulignées sur l’ensemble des modèles de la gamme du Japonais et en reprend les principaux ingrédients, comme le design Kodo, la technologie Sky Activ, la technologie embarquée (MZD Connect) ou toutes les aides à la conduite (I-Activ Sense). Si cela semble presque normal, tous ces attributs sont encore plus visibles et appréciables sur ce SUV urbain qui se distingue des modèles du segment. Le peu de surface vitrée, les passages de roues noirs, son long capot, son style dynamique lui donnent cet air de baroudeur des villes avec le côté chic en plus. En outre, le CX-3 se différencie, et c’est peut-être là son véritable plus, par sa taille : en effet, avec ses 4,27 mètres, il est un des plus imposants de la catégorie (4,12 mètres pour le Captur) et autorise un coffre d’une capacité de 350 litres.

De quoi se démarquer par rapport à la concurrence

Côté motorisations, Mazda laisse peu de choix et n’a pas souhaité proposer de versions plus “light” : un Diesel 1,5 litre de 105 chevaux ou deux essence de 2.0 litres de 120 et 150 chevaux. Si on préférera les versions essence, le Diesel, qui devrait concerner plus de 50 % des ventes, est un très bon compromis en termes d’efficacité, de sobriété et de rendement. Quel que soit le moteur choisi, le plaisir de conduire est évident et permet même au CX-3 de sortir de son rôle urbain pour rester agréable, voire surprenant sur les sentiers battus et autres grands chemins. A noter enfin une version 4x4 disponible autant en version Diesel qu’essence sur les finitions hautes (Selection) et qui ajoute un peu de piment Premium sur ce segment. Là, aussi il se démarque.

-------------
EN BREF - Mazda CX-3

Date de lancement
Septembre
Segment de marché
Segment B SUV (9 % du marché français)
Objectif
4 500 (année pleine)
Principales concurrentes de la Mazda CX-3 1,5 l 105 ch Dynamique : 24 550 €
• Nissan Juke 1, 5 dCi 110 Connect Edition : 22 750 €
• Honda HR-V 1,6 i-DTEC Executive 120 ch : 25 120 €
Prix
Diesel - de 22 650 à 28 550 €
Essence - de 20 650 à 27 150 €

 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Faurie rachète les affaires VW, Seat et Audi du groupe Dargelos

Le groupe de distribution corrézien vient d’annoncer la reprise d’une partie des affaires du groupe Dargelos dans les Landes et le Lot-et-Garonne.

Le groupe LS ouvrira son showroom McLaren en octobre

C’est confirmé : le groupe Lamirault Schumacher ouvrira les portes du showroom McLaren en octobre 2019. En attendant, l’atelier recevra ses premiers clients dès le 1er août.

PSA : moins de business, plus de profits

Malgré une baisse de ses ventes et de son chiffre d’affaires au premier semestre 2019, le groupe PSA est parvenu à améliorer sa marge opérationnelle et son résultat net.

Les services connectés, nouvel eldorado des distributeurs Mercedes ?

Mercedes-Benz dévoile ses ambitions autour des services connectés. Une potentielle manne financière pour le constructeur…et pour les distributeurs ?

La filière automobile abasourdie par la nouvelle prime à la conversion

Mesure brutale, absence de concertation et manque de vision globale : industriels et distributeurs dénoncent un texte illisible qui rend impossible les projections sur le devenir de la prime à la conversion.

Les véhicules diesel d'occasion exclus de la nouvelle prime à la conversion

La prime à la conversion, en vigueur au 1er août 2019, se recentre sur les VE et les foyers modestes. Seuls les modèles neufs et VO émettant moins de 117 g de CO2 pourront bénéficier d'une aide tout

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page