Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le Duster toujours sans concurrence

Depuis son lancement en 2010, le Duster, sous badge Dacia, s'est déjà vendu à plus de 1,1 million d’unités, dont plus de 274000 en France.

Le Duster toujours sans concurrence

Dans les showrooms en janvier prochain, la nouvelle génération de Duster a tout pour poursuivre sa formidable carrière et même l'amplifier à l'heure de fidéliser un parc de plus de 270000 unités en France.

 

Dévoilé en septembre dernier lors du salon de Francfort, le nouveau Dacia Duster sera dans les concessions françaises à la mi-janvier. Apparu en février 2010, puis restylé en octobre 2013, le Duster reste un SUV du segment C sans véritable concurrence frontale. Cette année, même en fin de cycle, il représente encore 32779 immatriculations VP sur les 106905 (+6,1%) de Dacia à fin novembre. A l'échelle des 44 marchés où la marque est distribuée, le Duster représente 1,1 million des 4,8 millions de Dacia vendues depuis 2004. Il est même le 3e SUV le plus vendu en Europe sur le canal des particuliers. Rappelons que Dacia réalise 85% des ventes auprès des particuliers.

 

Porté par la croissance des ventes des SUV du segment C (15,7% du marché), multipliées par 2,5 entre 2010 et 2017, le SUV roumain, car toujours exclusivement produit dans l'usine de Pitesti lorsqu'il porte le blason Dacia (capacité de 200000 Duster par an), a encore de très beaux jours devant lui tant cette deuxième génération est probante. L'esprit et l'ADN qui ont contribué au succès du modèle sont toujours là même si plus aucune pièce de carrosserie n'est identique. C'était d'ailleurs un chapitre important du cahier des charges des designers qui se devaient de renouveler le style sans pour autant bouleverser les fondamentaux. Challenge réussi bien que les changements soient nombreux comme, par exemple, un pied de pare-brise avancé de 10cm ou une ceinture de caisse plus haute de 40mm.

 

Une continuité que l'on retrouve également au chapitre technique puisque le Duster repose sur la même plateforme. Cela étant, des améliorations ont été apportées notamment sur la partie avant avec des renforts sur les longerons ou encore un nouveau berceau pour que ce bloc avant soit plus rigide. Un bon point pour la sécurité, mais aussi pour réduire les vibrations. L'acoustique a également été soignée avec une meilleure isolation du tablier et des vitres avant plus épaisses de 0,35mm. Logiquement, les blocs proposés sont les mêmes avec les dCi 90 et 110ch et les SCe 115 et TCe 125. Tous peuvent recevoir la transmission 4x4 (25% des ventes), à l'exception du petit Diesel. En revanche, seul le dCi 110 4x2 peut profiter de la boîte à double embrayage EDC. Un choix assumé par Dacia, qui ne peut se disperser technologiquement et doit s'assurer d'avoir un certain volume pour que cela reste rentable. Malgré la montée en puissance de l'essence sur le marché français, Dacia s'attend encore à ce que le Diesel reste majoritaire.

 

Si l'extérieur et les mécaniques ne vont pas surprendre les habitués de la marque, l'intérieur est en revanche complétement nouveau. Là comme ailleurs, Dacia a écouté et répondu aux demandes de ses clients. Ces derniers souhaitaient une meilleure qualité perçue, plus de confort et plus d'équipements. Ainsi, les matériaux de la planche de bord ont évolué, l'écran du système d'infodivertissement a été réhaussé de 7,5cm, l'assise des sièges est plus longue de 2cm, la climatisation peut devenir régulée, et la fermeture et le démarrage peuvent maintenant se faire sans clé. Un enrichissement qui ne vient toutefois pas vraiment grever le prix, puisque la gamme française débute à 11990€ pour culminer à 20650€, ni le poids puisqu'une version 4x4 pèse seulement 10kg de plus et une version 4x2 affiche seulement 20kg supplémentaires.

 

Le Duster reste bel et bien sans véritable concurrence. Une situation concurrentielle conjuguée à la pertinence du produit qui laisse augurer d'un nouveau succès commercial. En France, par exemple, le cap des 40000 unités semble pouvoir être franchi à nouveau puisque, en plus d'un taux de conquête toujours élevé, Dacia va pouvoir travailler sur la fidélisation d'un parc roulant de Duster VP de plus de 270000 unités dans l'Hexagone. Une fidélisation qui pourrait représenter près de 25% des ventes.

Quant au Pick-up Duster, vendu sous le badge Renault et baptisé "Oroch" en Amérique du Sud, son arrivée en Europe n'est pas prévue pour l'heure. Naturellement, l'état-major de Dacia a étudié la question, mais le potentiel pour un tel modèle en Europe (estimé à 15000 unités), comme au Maghreb, n'est pas suffisant.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Vers une usine de batteries PSA dans le Nord

Tous les voyants sont au vert pour l'implantation de l'usine de batteries PSA à Douvrin. Le conseil régional des Hauts-de-France vient de confirmer son soutien financier à un projet qui pourrait générer

Le conseil d'administration de Renault choisit Luca de Meo

Le constructeur français souhaite que Luca de Meo, actuel patron de Seat, soit son futur directeur général. Le conseil d'administration, réuni le 10 décembre 2019, s'est prononcé en ce sens.

Gérard Detourbet nous a quittés

Gérard Detourbet, considéré comme le père de la gamme low cost du groupe Renault avec les modèles Logan, Sandero, Duster ou Kwid, est décédé à l'âge de 73 ans. La nouvelle a été annoncée,

Paul Kroely inaugure son site Mercedes de Metz

Le groupe originaire d'Alsace-Lorraine a inauguré, le 5 décembre 2019, son nouveau site Mercedes de Metz (57). Véritable fleuron du groupe dirigé par Paul Kroely, il devient la référence du programme

Un malus déplafonné pour aider la filière automobile

Le ministre de l’Economie a profité de la journée de la filière automobile pour annoncer la création de deux fonds de soutien, dotés de 50 millions d’euros au global. Ils seront dotés grâce

Luc Chatel, PFA :

Le président de la PFA revient sur les défis de l’industrie automobile française au cours des prochaines années. Autant de sujets qui seront abordés à l’occasion de la Journée de la filière

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page