Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Opel Combo Cargo : le retour aux affaires

Opel Combo Cargo : le retour aux affaires

La marque au blitz revient sur le devant de la scène du segment des fourgonnettes avec le nouveau Combo Cargo, le cousin des Peugeot Partner et Citroën Berlingo. L’utilitaire profite d’une gamme complète et d’équipements de dernière génération.

 

Il était temps pour Opel de tourner la page de sa collaboration avec Fiat sur le segment des fourgonnettes. La quatrième génération du Combo Cargo, en concessions depuis 2011, n’a jamais réellement trouvé sa place sur le marché français. Le moins que l’on puisse dire est que son parcours ne fera pas date dans l’histoire de la marque. Le Combo Cargo se traînait en fond de classement sur son segment avec seulement 774 immatriculations au compteur en 2016 et 645 en 2017.

 

Avec l’arrivée de la cinquième génération, fruit d’un développement commun avec Peugeot et Citroën, Opel compte revenir dans le jeu face aux outsiders de la catégorie que sont le Mercedes-Benz Citan, le Fiat Doblo, le Volkswagen Caddy ou le Ford Transit Connect. Mais la marque au blitz en a-t-elle les moyens ? Son produit est-il à la hauteur ?

 

Des équipements innovants

 

Avant les impressions de conduite, il convient de se pencher sur le catalogue du nouveau Combo Cargo. Il bénéficie d’une gamme complète avec une version courte de 4,40 mètres offrant 650 ou 1 000 kg de charge utile et un volume de chargement allant de 3,3 à 3,8 m3, puis une version longue de 4,75 mètres allant jusqu’à 4,4 m3 de capacité de chargement. Le Combo Cargo se montre également flexible sur le nombre de passagers qu’il peut accueillir. Tant en version courte qu’en version longue, Opel propose au choix deux ou trois places à l’avant. Il est ensuite possible de monter jusqu’à cinq passagers en optant pour la version cabine approfondie.

 

Un autre atout du Combo Cargo est sa dotation en équipements. Le plus innovant, et sans doute le plus pertinent, est l’indicateur de surcharge mesurant automatiquement la masse présente à bord du véhicule. Un bouton lumineux situé dans le compartiment de charge permet de savoir si le poids total admissible en charge est dépassé ou non. La limite du système est qu’il n’y a pas d’avertisseur automatique de surcharge. C’est au conducteur de faire la démarche d’appuyer sur le bouton.

 

On peut également citer le rétroviseur numérique qui vient se placer dans les versions tôlées, à l’endroit normalement prévu pour le rétroviseur intérieur. Ce dispositif permet de diffuser une vue arrière permanente du véhicule ou une vue latérale droite grâce à des caméras. Au total, le Combo Cargo bénéficie de 19 systèmes d’assistance, la plupart étant proposés en option.

 

Van of the Year

 

Pour notre essai, nous avons opté pour une version courte animée par le bloc 1,5 l diesel de 130 ch en boîte mécanique (une boîte auto à 8 rapports est disponible). Il s’agit pour le moment du seul bloc conforme aux dernières normes antipollution. Fort d’un couple de 300 Nm, il procure au Combo Cargo un certain dynamisme, y compris lorsque le compartiment arrière est chargé. Autre élément appréciable, ses vocalises sont parfaitement contenues grâce à une bonne insonorisation de l’habitacle.

 

Plus globalement, il faut souligner le confort de conduite du Combo Cargo, digne d’une voiture particulière. Reste maintenant au nouveau venu de muscler son jeu en termes de motorisations, notamment avec le 1,2 l PureTech essence de 110 ch dont la disponibilité ne sera pas effective avant le troisième trimestre 2019…

 

D’ici là, le Combo Cargo a un réel potentiel pour s’affirmer sur le marché français. Il devrait être aidé en cela par le gain du prix prestigieux "International Van of the Year 2019", au même titre que ses cousins, le Peugeot Partner et le Citroën Berlingo.

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le Peugeot 3008 reste le véhicule le plus produit en France

Pour la deuxième année consécutive, le SUV Peugeot est le véhicule le plus produit dans l'Hexagone. Avec 245 932 exemplaires, il devance la Toyota Yaris et le Peugeot 2008.

Les comptes de Renault dans le rouge en 2019

Le groupe français a annoncé une perte de 141 millions d'euros au titre de l'année 2019. Pour la première fois depuis la crise de 2009, le constructeur perd de l'argent et doit mettre en place un vaste

Gilles Le Borgne, élu Homme de l'année automobile

Directeur de l'ingénierie du groupe Renault et membre du comité exécutif, Gilles Le Borgne a remporté l'élection de l'Homme de l'année, organisée par le Journal de l'Automobile. Les membres du jury

350 000 primes à la conversion accordées en 2019

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a tiré le bilan de la prime à la conversion en 2019. Résultat : un nombre record de dossiers, malgré le resserrement des conditions d'attribution,

Les usines automobiles bientôt en panne de pièces venant de Chine ?

L'épidémie de Coronavirus se fait également sentir dans les usines hors de Chine. Après que Hyundai, Toyota, Volkswagen et FCA ont suspendu la production de certains sites, les équipementiers de la Fiev

LS Group ouvre son showroom Bugatti

Le groupe Lamirault-Schumacher conforte son pôle luxe en ouvrant officiellement, à Neuilly-sur-Seine, les portes de la seule et unique concession française Bugatti. La marque de luxe revient dans la capitale

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page