Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Audi Q3 :  vocation familiale affirmée

Audi Q3 : vocation familiale affirmée

Lancé il y a déjà 8 ans, le Q3 bénéficie d'un gros coup de jeune. Pour cette seconde génération, Audi fait grandir son SUV pour plus d’habitabilité et lui offre aussi une mise à jour technologique afin de répondre aux standards premium.

 

8 ans, c’est le temps qu’il a fallu pour qu’Audi offre une seconde génération à son Q3. Un renouvellement qui a son importance pour l’Allemand, alors que le SUV compact a su se placer parmi ses meilleures ventes dans le monde. 1,1 million d’exemplaires ont ainsi été écoulés depuis 2011, dont 55 000 en France. Seulement, s’il y a 8 ans, la concurrence était encore contenue, aujourd’hui, le Q3 doit se battre contre une myriade de rivaux, dont les principaux, les BMW X1 et Mercedes-Benz GLA mais aussi les Volvo XC40, Jaguar E-Pace sans oublier son cousin le Tiguan. Ce qui explique la lente érosion constatée des ventes : en France, l’an passé, le Q3 a même terminé sous la barre des 6 000 unités.

 

Ce renouvellement apportera, à coup sûr, un bol d’air frais à la marque dont l’année 2018 n’a pas été parmi les meilleures. Avec 1,18 million d’unités écoulées, Audi a connu un recul de 3,5 % par rapport à 2017, principalement à cause d’un fort recul sur le Vieux Continent. « Entre le cycle WLTP, le renouvellement de véhicules à fort volume et la bascule entre le diesel et l’essence qui est venue perturber nos capacités de livraison, l’année 2019 a été pleine de challenges pour Audi », énumère le porte-parole de la marque.

 

Plus habitable et modulable

 

Si le restylage avait déjà été convaincant en 2015, Audi n’a de nouveau pas été avare en nouveautés, surtout au niveau des dimensions du SUV. Plus long de près de 9,7 centimètres, le Q3 atteint désormais 4,485 mètres, soit le parfait compromis entre le Q2 et le Q5. Sa largueur, accrue de 1,8 centimètre, combinée à une hauteur abaissée de 5 millimètres, lui permet de s’affirmer, bien campé sur ses jantes de 17 à 20 pouces. Son empattement atteignant 2,68 mètres lui donne aussi l’occasion de s’améliorer sur un point qui lui était souvent reproché : le manque d’habitabilité. Celui qui se considère aujourd’hui volontiers comme un SUV familial peut désormais se targuer d’offrir davantage d’espace pour les genoux, une meilleure garde au toit et un espace pour les coudes accru.

 

Sans parler du volume de coffre compris entre 530 et 675 litres. Ce qui garantit ainsi 70 litres supplémentaires par rapport à la précédente génération et 25 l de plus que son grand concurrent le X1. La modularité n’a pas été oubliée : sièges arrière rabattus, le volume de coffre passe d’ailleurs à 1 525 litres et offre un mètre d’ouverture en largueur. Autre bénéfice, un espace arrière généreux pour les deux passagers qui disposent d’une largeur aux épaules plus confortable mais aussi, de série, d'une banquette coulissante sur 15 cm avec dossiers inclinables selon sept positions.

 

Mise à jour technologique

 

Comme tous les autres modèles Quattro, le Q3 se pare de la calandre octogonale. Autres façons d’affirmer son dynamisme : des passages de roues plus marqués, une ligne sur le capot moteur rehaussant le véhicule et une nouvelle signature lumineuse full LED ou Matrix LED selon les finitions. A bord, la nouvelle planche de bord rappelle la calandre Singleframe avec l’écran allant de 8,8 à 10,1‘’ -de série dès l’entrée de gamme- intégré dans un bandeau noir octogonal. C’est aussi à travers cet intérieur que l’évolution la plus significative apparaît : le SUV compact est ainsi le dernier véhicule de la gamme à recevoir, de série, dès le deuxième niveau de finition, le Virtual Cockpit, inauguré par le TT en 2014. Avec, selon les quatre finitions, un écran de 10,25 à 12,3 pouces.

 

D’ailleurs, soulignons la dotation dès l’entrée de gamme Design (Q3, Design, Business Line, S Line et design Luxe) plutôt complète. Le SUV se pare notamment, comme pré-cité du Virtual Cockpit, de la banquette arrière coulissante et rabattable, des projecteurs Full LED mais aussi de la climatisation automatique, de la fonction navigation via Appel CarPlay ou Android Auto, du système MMI. L’offre est considérable côté ADAS : régulateur de vitesse, alerte de franchissement de lignes, assistant de démarrage en côté, Audi parking system et avertisseur de colissions composent l’armada de base. En France, la finition S Line devrait être la plus vendue, comprenant notamment des distinctions d’ordre esthétique (pack S line extérieur et intérieur, pack alu intérieur), mais aussi l’Audi Drive Select avec les différents modes de conduite ou encore la climatisation automatique deux zones et le réglage électrique des sièges avant.

 

L’essence désormais privilégié

 

Si, sur la première mouture, la majorité des ventes était réalisée en essence, aujourd’hui, la donne a changé. Et cela s’en ressent sur la composition du catalogue : cap sur l’essence donc, pour la marque qui compte bien anticiper les besoins de ses clients et ne plus se retrouver dans les problématiques de livraisons qui ont plombé ses résultats l’an passé. Au menu pour l’entrée de gamme en essence, le TFSI 1.5 l de 150 ch couplé, pour le moment uniquement, à la boîte automatique S Tronic, offre le dynamisme nécessaire à ce Q3, du moins pour les fonctions familiales qui lui sont conférées. Ce bloc devrait d’ailleurs représenter la majorité des ventes en France. Mais plus globalement, et dans n’importe quelle configuration et motorisation, ce Q3 s’est avéré agile et même habile.

 

Sans pour autant se permettre des folies, ce bloc entrée de gamme permet une conduite vive, le châssis offrant une précision de conduite bienvenue sur les routes parfois chaotiques du Maroc. Un constat exacerbé avec la configuration Quattro, disponible sur les deux autres offres en essence, 2.0 l décliné en 190 ou 230 ch et couplés la boîte S tronic. Cette transmission intégrale, à titre d’information, a été choisie sur 45 % des ventes pour le première génération. Reste pour les flottes -composant environ 42 % des ventes globales de ce Q3 - un diesel au catalogue, le 2.0l 150 ch Quattro, ou non, et boîte manuelle ou automatique et le 190 ch en Quattro S tronic.

 

A partir de 33 760 euros

 

Et le prix dans tout ça ? Il reste raisonnable, mais premium, en considérant la motorisation et les équipements, et ce par rapport à ses concurrents. Ainsi, en configuration essence 150 ch et boite manuelle six rapports, le Q3 est proposé à partir de 33 670 euros auxquels il faut ajouter un malus de tout de même 473 euros. Dans la configuration qui devrait constituer le plus gros des ventes, soit le TFSI 150 ch boîte S tronic en version S Line, le SUV compact se négocie à 42 470 euros.Ticket d'entrée en diesel, essentiellement choisi par les professionnels, 38 300 euros avec le 150 ch boîte automatique et son petit malus de 50 euros.

 

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Opel Corsa : honneur à l’électrique

La nouvelle génération de la citadine arrive sur le marché dotée d’une motorisation électrique de 136 ch affichant une autonomie de 330 kilomètres en cycle WLTP. Les versions thermiques arriveront

Essence et SUV rendent le malus plus lucratif que jamais

Jamais le malus n’avait autant rapporté depuis sa création. Les effets croisés d’un dispositif plus sévère et de la montée en puissance des véhicules essence, dont les SUV, ont boosté les recettes.

Kroely transforme sa concession Mercedes de Mulhouse

L'opérateur alsacien est le deuxième en France, après Como, à inaugurer les nouveaux standards Mercedes-Benz, dans sa concession de Mulhouse. Au programme : parcours client repensé et processus d'achat

Le groupe Dugardin se renforce avec Ford dans le Pas-de-Calais

Le distributeur vient de notifier à l’Autorité de la concurrence son intention de racheter le groupe Delesalle, ajoutant à son réseau Ford cinq concessions et une agence, principalement situées

Marc Lechantre, PSA :

Fin annoncée des multiples labels VO dans les points de vente. Le groupe PSA va progressivement s'appuyer sur deux références, à travers l'Europe, dont le nouveau Spoticar. Décryptage de la stratégie

Jean Lain s’investit dans le développement de l’hydrogène

Le distributeur, représentant notamment Toyota et Hyundai, s’est engagé dans le projet Zero Emission Valley. Son but : créer un réseau de stations hydrogène dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page