Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
La Mercedes Classe B fait de la résistance

C'est la troisième génération de la Mercedes Classe B.

La Mercedes Classe B fait de la résistance

À l’heure où l’ensemble des constructeurs automobiles ne jure que par les SUV, insister avec un monospace dans sa gamme relève de la gageure. Ce n’est pas ce qui effraie Mercedes. Loin de là.

 

Alors que le marché automobile est fasciné par les SUV, un petit segment d’irréductibles monospaces compacts résiste encore et toujours à l’envahisseur…La comparaison avec une célèbre bande dessinée et son héros gaulois s’arrêtera là. Difficile pourtant de ne pas succomber à la tendance actuelle : en 2018, sur le marché français, le segment des SUV, avec 788 194 unités neuves écoulées, a encore progressé de 16 %, pour désormais représenter 36 % de pénétration.

 

À l’opposé, et sur la même période, le segment des monospaces compacts, pourtant naguère considéré comme une référence dans l’Hexagone, reculait à nouveau de 24 % à 111 038 VN pour une pénétration nationale de 5 %, contre encore 7 % un an auparavant. Le monospace compact serait-il donc révolu ? Pas du tout pense Mercedes qui a décidé de proposer une troisième génération de sa Classe B.

 

Lancé en 2005, le modèle a été vendu à plus de 1,5 million d’exemplaires dans le monde. "Nous avons créé le segment des monospaces compacts premium, nous y croyons encore fermement", s’est défendue la marque lors de la présentation de la Classe B. Cette dernière, avec sa petite sœur Classe A, fait partie de la stratégie de Mercedes qui compte sur sa doublette A et B pour sa gamme compacte.

 

Une tactique payante : depuis le lancement du duo Classe A et B, 6 millions d’unités ont été écoulées. En 2018 et avec un modèle vieillissant, la Classe B a été le 6e modèle le plus vendu de la gamme en France avec 6 512 VN. Raison de plus pour croire donc en cette troisième génération. Esthétiquement, Mercedes a peu changé la silhouette de sa Classe B

 

Malgré un toit plus abaissé, des lignes plus rondes et une grande surface vitrée : « Le design a légèrement été revu pour lui donner un caractère plus sportif », s’accorde à dire la marque. En revanche, à l’intérieur, les évolutions sont plus significatives. En effet, la Classe B se dote de la planche de bord avant-gardiste constituée d’un double écran comme sur la Classe A. Côté innovations, la Classe B dispose du système MBUX, personnalisable, qui fonctionne tel un assistant vocal à l’aide du mot-clé « Hey Mercedes ». Question habitabilité, la Classe B est un vrai monospace compact fidèle à la philosophie Mercedes pour l’aspect premium et pour l’ambiance et les finitions.

 

À noter notamment que les sièges peuvent coulisser sur 14 cm, avec celui du passager avant rabattable ou un volume de coffre variant entre 455 et 705 l et pouvant monter jusqu’à 1 540 l. Sous le capot, la Classe B propose, comme sa petite sœur, deux moteurs essence de 136 et 163 ch et trois diesel : le 1,5 l de 116 et 150 ch et le 2 l de 190 ch. Ce dernier est couplé à une boîte automatique double embrayage à 8 rapports. Il faudra, en revanche, attendre pour l’hybridation.

 

Etude des valeurs futures de :

 

Mercedes Classe B 200 d 7-G DCT Sensation : 36 300 euros

 

Mois

KM

Valeur vente (en %)

Valeur vente (en euros)

12

20 000

71,50

25 955

24

40 000

61,70

22 398

36

60 000

52,20

18 945

48

80 000

44,40

16 106

Source Autovista

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Nissan revoit ses priorités

Après que le constructeur a dévoilé une perte nette de 5,7 milliards d'euros pour l'exercice 2019-2020, son plan stratégique prend un relief tout particulier. D'ici 2023, l'heure est aux économies

Quels changements pour l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

Terminée la course aux volumes, l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a dévoilé sa nouvelle stratégie de leader-follower sur les plateformes, les technologies et les régions. D'ici 2025, l'Alliance

Bonus, primes, bornes, subventions... l'Etat casse sa tirelire pour l'auto

Emmanuel Macron promet 8 milliards d'euros d'aide au secteur pour que la France devienne un grand pays de production de voitures propres. Parmi les mesures annoncées, un bonus de 5 000 euros accordé

Louis-Carl Vignon, Ford France :

A l'heure de la réouverture des showrooms, Louis-Carl Vignon, le directeur général de Ford France, revient sur cette reprise tant attendue. Les premiers retours sont bons et éclairent, un peu, une fin d'année

Bilan mitigé pour les distributeurs du groupe Volkswagen

Le réseau Volkswagen souligne la réactivité du groupe en matière de mesures de sauvegarde des affaires et en faveur de la reprise. Toutefois, quelques maladresses ont pu entacher la communication entre

Le réseau Mercedes salue le pragmatisme de la marque

L'activité semble repartir dans le réseau Mercedes avec un bon niveau pour cette première semaine post-confinement. Les distributeurs reconnaissent une grande sagesse du constructeur dans les discussions

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page