Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
VW continue sa mutation

Le board de la marque Volkswagen lors de la présentation des résultats financiers le 13 mars 2019.

VW continue sa mutation

La marque allemande, qui a fait de l'électrification et de la digitalisation ses fers de lance, continue de s'adapter. Pour réussir ce renouveau, elle doit retrouver une rentabilité plus forte et revoir à la baisse ses effectifs.

 

La transformation de la marque Volkswagen, à l'image de celle du groupe, est en marche et va encore prendre un nouveau tournant dans les mois à venir. En attendant, les résultats de l'exercice 2018 ont été de bonne facture pour la marque avec plus de 6,24 millions de véhicules livrés à travers le monde, dont plus de 3,1 millions en Chine. Le chiffre d'affaires a ainsi grimpé de 7 %, à 84,6 milliards d'euros, et le résultat opérationnel a atteint 3,2 milliards, soit une marge de 3,8 % contre 4,2 % un an plus tôt. Après avoir pris en compte 1,9 milliard d'éléments exceptionnels, principalement lié au dieselgate mais aussi au cycle WLTP qui a plombé les comptes du 3e trimestre, le résultat opérationnel retombe à 1,3 milliard d'euros.

 

Un résultat pas suffisant pour les dirigeants et pas à même de financer les bouleversements que sont l'électromobilité et la digitalisation. Même si "le pacte pour le futur", lancé en 2016, porte ses fruits, avec notamment 2,4 milliards d'euros d'économies annuelles déjà réalisées sur les 3 milliards visés à échéance du plan en 2020, Ralf Brandstätter, le COO de la marque VW, a dévoilé une nouvelle série de mesures. Ainsi, sur la période 2020-2023, la marque doit renouer avec une marge opérationnelle de 6 % (4 à 5 % en 2019), soit 5,9 milliards de résultat opérationnel, afin d'avoir les moyens de ses ambitions.

 

D'ici 2023, toutes les usines de la marque devront gagner, chaque année, 5 % d'efficacité. La simplification de l'offre reste au programme comme en témoigne déjà la réduction de 25 % des combinaisons moteur/boite disponibles. L'arrivée de la plateforme MEB devrait aussi permettre de générer des économies d'échelle avec la montée en puissance des modèles électriques dans le groupe. Il y a ensuite un volet emploi. Si le plan de 2016 comptait sur 23 000 non renouvellement de postes d'ici 2020 (plus de 18 000 départs ont déjà eu lieu en 2017 et 2018), pour l'échéance suivante, en 2023, la marque souhaite réduire de 15 % les contrats extérieurs et le personnel administratif. Selon la marque, qui a travaillé sur le sujet avec le comité d'entreprise, cela pourrait représenter 5 000 à 7 000 départs à la retraite qui ne seraient pas remplacés. VW précise également que le potentiel des départs en retraite ou retraite partielle atteint 11 000 personnes sur la période. La main d'œuvre attachée à la production n'est pour l'heure pas ciblée mais il paraît difficile qu'elle soit épargnée à l'avenir compte tenu de l'impact industriel des VE qui demandent notamment moins de pièces et de temps à produire.

 

Les métiers traditionnels semblent donc mis sous tension avec la montée de la digitalisation dans l'entreprise qui embauche et embauchera par ailleurs des nouveaux profils (2 700 depuis 2016 et 2 000 nouveaux d'ici 2023). Une digitalisation galopante où VW va investir 4,6 milliards d'euros. Cette enveloppe fait partie d'un vaste plan de 19 milliards destinés à l'électrification et à la digitalisation de la marque. Rappelons que la marque VW va lancer 20 modèles électriques dans les 10 prochaines années et ainsi atteindre une production cumulée sur la période de 10 millions de VE.

 

L'aventure VE va concrètement commencer à l'occasion de du Salon de Francfort avec la présentation de l'ID. dont la production va débuter durant le dernier trimestre dans l'usine de Zwickau où l'investissement a été de 1,2 milliard d'euros. Ce site va produire, à terme, six modèles électriques pour trois marques du groupe (VW, Seat, Audi). Sa capacité annuelle maximale annoncée est de 330 000 unités.

 

L'ID. sera une réalité commerciale à partir du 8 mai 2019, jour de l'ouverture d'un site Internet où les futurs acheteurs pourront réserver une période de production. Ce sera aussi le début de la valorisation de l'écosystème connecté Volkswagen WE. Un nouveau business qui pourrait représenter 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires d'ici 2025 selon Jürgen Stackmann, responsable des ventes, du marketing et de l'après-vente. Des services additionnels qui seront aussi disponibles dans les véhicules plus traditionnels comme la huitième génération de la Golf qui sera dévoilée à la toute fin de l'année 2019.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
L'incontournable mais problématique vente en ligne

La majorité du parcours client est déjà digitalisé mais l'ultime acte, l'achat, peine encore à être dématérialisé. Tous les constructeurs traditionnels mènent des expérimentations pour faire

L'arrêt des voitures thermiques coûtera plusieurs centaines de milliards d'euros

En 2040, le gouvernement a prévu la fin de la commercialisation des voitures thermiques. Mais le coût de cette décision est-il bien mesuré ? Un rapport parlementaire parle de plusieurs centaines de milliards

Renault nomme en France, en Europe et en Chine

La France, l'Europe mais aussi la Chine et la zone Pacifique sont au centre des nominations que Renault vient d'annoncer.

Carlos Tavares, PSA :

Le patron de PSA prévoit un impact sur l’ensemble de la filière automobile dès la mise en œuvre des normes d’émission de CO2 en 2021. Le groupe pilote d’ores et déjà ses niveaux de stocks

Les immatriculations 2018 de véhicules diesel ont encore baissé en Europe

Les dernières statistiques de l'Acea montrent un recul de 18,3 % des immatriculations de véhicules diesel dans l'Union européenne en 2018, au plus grand bénéfice de l'essence. La part des véhicules

Electromobilité : les points à retenir du rapport reçu par l'Elysée

Quatre mois après avoir confié une mission sur les nouvelles mobilités et les véhicules autonomes à Patrick Pelata et Xavier Mosquet (BCG Consulting), Emmanuel Macron a présenté les conclusions

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page