Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Daimler de nouveau rattrapé par les logiciels truqueurs

Daimler a reconnu être visé par une enquête des autorités de régulation allemandes le soupçonnant d’avoir installé des logiciels sur certains véhicules afin de sous-estimer volontairement leur niveau d’émissions.

Daimler de nouveau rattrapé par les logiciels truqueurs

Le groupe allemand est visé par une enquête des autorités de régulation allemandes. Il est soupçonné d’avoir doté certains de ses véhicules de logiciels permettant de sous-estimer leurs émissions.

 

Plus de trois ans après sa révélation, le scandale Dieselgate n’en finit pas d’avoir des répercussions. Alors que l’ancien patron du groupe Volkswagen, Martin Winterkorn, vient d’être inculpé pour avoir dissimulé le trucage de millions de véhicules diesel pour les faire paraître moins polluants, la foudre s’abat en même temps sur un autre groupe allemand, Daimler.

 

Ce dernier a lui-même annoncé dans un communiqué être visé par une enquête des autorités de régulation allemandes le soupçonnant d’avoir installé des logiciels sur certains véhicules afin de sous-estimer volontairement leur niveau d’émissions. Daimler confirme ainsi une information parue dimanche dans le journal Bild am Sonntag, qui faisait état du lancement de cette enquête de la part de la KBA.

 

Daimler « examine les faits »

 

 "Nous coopérons totalement avec le KBA et nous sommes en train d'examiner les faits", a souligné Daimler dans ce communiqué en précisant qu'il "présentera son point de vue" le moment venu. Selon le Bild, quelque 60 000 unités du GLK 220 CDI, fabriquées entre 2012 et 2015, sont concernées. Equipés d’un logiciel réduisant les émissions de particules nocives durant la période des tests, ces véhicules dégageraient toutefois sur la route des quantités d'émissions nocives au-dessus des limites réglementaires.

 

L’actualité est donc décidemment bien chargée pour ces deux groupes automobiles allemands, qui, avec BMW, sont aussi dans le collimateur de la Commission européenne. Soupçonnés d’avoir enfreint les règles en matière de pratiques anticoncurrentielles entre 2006 et 2014, ils se seraient entendus afin de limiter le développement et le déploiement de technologies de réduction des émissions.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault inaugure sa première plateforme PR avec Bodemer

Le groupe Bodemer a inauguré, le 23 avril 2019, sa nouvelle plateforme de pièces de rechange en Bretagne. Une première dans le réseau du constructeur au losange qui donne ainsi le coup d’envoi de la refonte

Valeo, Faurecia et Plastic Omnium claquent la porte de la Fiev

Rien ne va plus au sein de la Fiev. Après le départ inattendu de son ancien président Jacques Mauge, la fédération vient de voir Valeo, Faurecia et Plastic Omnium quitter ses rangs.

Le groupe RCM fait sa première acquisition en Europe

Le groupe de distribution RCM vient de faire l'acquisition du groupe Piret en Belgique qui distribue Mercedes. Une croissance externe qui permet à RCM de s'implanter en dehors de la France.

Car Avenue reprend Ital Group, distributeur Nissan et Toyota, en Belgique

Le groupe Car Avenue poursuit son développement en Belgique avec la reprise d'Ital Group, un important distributeur Nissan et Toyota, présent en Wallonie. Le groupe français compte désormais plus de 80 concessions

La chute du diesel s’accentue

Les immatriculations de voitures particulières roulant au diesel ont dévissé de 17,1 % au mois de mars, tombant ainsi à moins de 34 % de part de marché. Un déclin accéléré dont profitent les autres

Fort recul de la demande des particuliers au premier trimestre 2019

Les constructeurs automobiles n'ont pas fait le plein d'immatriculations chez les particuliers. Ce segment de marché est en baisse de presque 5 % sur les trois premiers mois de l'année 2019 et pèse

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page