Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Honda : le HR-V se met au sport

Honda : le HR-V se met au sport

En plus d’avoir revisité son petit SUV, Honda lui offre une version Sport forte de 182 ch. À l’heure de l’électrification de la gamme, ce HR-V vitaminé a pour vocation de cultiver, sur un nouveau segment, la fibre sportive de la marque.

 

Après avoir complètement renouvelé son CR-V et en attendant la petite citadine électrique, Honda a fait évoluer son HR-V. Lancée dans le monde en 2013, cette génération a déjà séduit 2,7 millions de clients. En Europe, où le SUV compact nippon est seulement apparu en 2015, il totalise 93 000 ventes dont 9 000 en France. Le HR-V fait partie du top 3 des ventes de la marque, mais avait besoin d’une relance après un premier trimestre 2019 en repli de 30 %. Avec cette mise à jour, le HR-V gagne également une version Sport équipée du 1.5 VTEC Turbo développant 182 ch qu’avait inauguré la Civic actuelle. Un bloc qui représente d’ailleurs près de la moitié des ventes de la berline. « C’est le reflet du positionnement de la marque » souligne Christophe Decultot, vice-président de Honda Motor France.

 

Ce HR-V Sport va ainsi continuer à nourrir les ventes sportives (Jazz Dynamic, Civic Type R, NSX) de la marque qui représentent tout de même 1/4 des volumes en Europe. Quel sera son apport en France ? « Il y a un marché, même petit, pour un petit SUV puissant » assure le dirigeant. Conscient d’évoluer sur une niche (de 160 à 199 ch) pesant au total 7 000 unités, Honda France vise 7 % de part de segment avec 500 unités par an.

 

Des suspensions améliorées

 

Bien que l’électrification de la gamme soit la priorité, le CR-V hybride en témoigne, Honda assume complètement cette offre sportive. « Elle est également importante pour la satisfaction des clients » explique Christophe Decultot. À l’usage, le HR-V Sport, comme les autres, conserve son habitacle malin et généreux et y ajoute un comportement amélioré pour plus de plaisir et de sensations au volant. Aux amortisseurs à double valve, de série sur tous les HR-V, les ingénieurs ont ajouté une direction à pas variable et un nouveau système baptisé Performance Damper.

 

Il s’agit d’une sorte d’amortisseurs transversaux, fixés à la caisse à l’avant et à l’arrière, qui permettent de diminuer les mouvements latéraux de celle-ci, d’améliorer encore la rigidité, ainsi que de réduire les vibrations qui pourraient parasiter la direction. Le résultat est à la hauteur des ambitions sportives du modèle, tout en gardant à l’esprit qu’il s’agit d’un SUV et pas d’une Type R.

 

Plus de personnalité

 

Le HR-V Sport soigne aussi son apparence avec une personnalité plus affirmée. Des touches de noir piano, sur les rétroviseurs ou la calandre notamment, viennent agrémenter le design extérieur. L’intérieur se veut également plus exclusif avec des sièges noir et rouge qui ne sont pas sans rappeler la S2000. La planche de bord reprend cet esprit bicolore et bénéficie de matériaux de meilleure qualité, ainsi que d’une meilleure insonorisation. Quant aux Adas, la liste est longue et complète.

 

La connectivité est également au rendez-vous avec Honda Connect. Facturé 29 190 euros, ce HR-V Sport peut légitimement jouer les trouble-fêtes sur le segment des petits SUV vitaminés. Honda le propose en LOA, avec la Box Honda, où l’entretien est offert, au prix de 279 euros en BVM et à 289 euros en CVT. Il faudra toutefois ajouter 353 euros de malus pour le premier (135 g/km) et 473 euros (137 g/km) pour le deuxième. En revanche, avec le WLTP (151 et 162 g/km), si la grille du malus n’est pas revue en 2020, le HR-V Sport, comme de nombreux modèles, aura du mal à rester sur le marché. Mais ça, c’est une autre histoire.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Vers une usine de batteries PSA dans le Nord

Tous les voyants sont au vert pour l'implantation de l'usine de batteries PSA à Douvrin. Le conseil régional des Hauts-de-France vient de confirmer son soutien financier à un projet qui pourrait générer

Le conseil d'administration de Renault choisit Luca de Meo

Le constructeur français souhaite que Luca de Meo, actuel patron de Seat, soit son futur directeur général. Le conseil d'administration, réuni le 10 décembre 2019, s'est prononcé en ce sens.

Gérard Detourbet nous a quittés

Gérard Detourbet, considéré comme le père de la gamme low cost du groupe Renault avec les modèles Logan, Sandero, Duster ou Kwid, est décédé à l'âge de 73 ans. La nouvelle a été annoncée,

Paul Kroely inaugure son site Mercedes de Metz

Le groupe originaire d'Alsace-Lorraine a inauguré, le 5 décembre 2019, son nouveau site Mercedes de Metz (57). Véritable fleuron du groupe dirigé par Paul Kroely, il devient la référence du programme

Un malus déplafonné pour aider la filière automobile

Le ministre de l’Economie a profité de la journée de la filière automobile pour annoncer la création de deux fonds de soutien, dotés de 50 millions d’euros au global. Ils seront dotés grâce

Luc Chatel, PFA :

Le président de la PFA revient sur les défis de l’industrie automobile française au cours des prochaines années. Autant de sujets qui seront abordés à l’occasion de la Journée de la filière

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page