Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Nissan, en panne de croissance, va supprimer 12 500 emplois

Nissan, en panne de croissance, va supprimer 12 500 emplois

La crise couve chez le constructeur automobile japonais dont le bénéfice net s’est effondré de 95 % entre les mois d’avril et juin 2019. Un passage à vide qui va entraîner la suppression de 12 500 emplois.

 

Nissan est-il en train de s’empêtrer dans la crise ? Le constructeur japonais, qui sort d’un exercice fiscal 2018/2019 particulièrement décevant, attaque de la plus mauvaise des manières l’exercice suivant. Au terme du premier trimestre, couvrant la période d’avril à juin, l’allié de Renault au sein de l’Alliance a vu son bénéfice net fondre de près de 95 %, à 6,4 milliards de yens, soit 52 millions d’euros environ, et son chiffre d’affaires reculer de 12,7 % à 2 372,4 milliards de yens (19,8 milliards d’euros). Le profit d'exploitation est lui proche de zéro, chutant de 98,5 % à 1,6 milliard de yens (13,3 millions d’euros).

 

"Nous reconnaissons que les résultats sont très médiocres", a affirmé Hiroto Saikawa au cours d’une conférence de presse au siège du groupe, à Yokohama. "Nous devons admettre que ces chiffres sont en deçà de nos estimations, mais nous pensons que nous pouvons nous redresser au cours des prochains trimestres. Nos actions portent leurs fruits", a estimé le patron de Nissan.

 

12 500 suppressions de postes

 

Le constructeur n'a pas changé ses prévisions annuelles, visant toujours un bénéfice net de 170 milliards de yens (-46,7 %) et un chiffre d’affaires de 11 300 milliards de yens (-2,4 %). Nissan invoque l'essoufflement du marché automobile mondial mais il fait aussi les frais de son revirement stratégique, dans la foulée de l'arrestation de Carlos Ghosn pour malversations financières présumées. Blâmant la course aux volumes menée par l'ancien magnat de l'automobile, qui a hissé l'alliance Renault-Nissan au premier rang mondial, le constructeur a décidé de "normaliser ses ventes" en réduisant les mesures incitatives et campagnes de promotion.

 

En attendant, Nissan a annoncé la suppression de 12 500 emplois dans le cadre d'une profonde restructuration de son activité de production. Le groupe a déjà commencé à mettre en œuvre ces mesures dans huit différents sites, comme en Espagne et en Indonésie, portant sur 6 400 salariés au cours des mois passés, a déclaré Hiroto Saikawa. Ce plan va se poursuivre en six autres endroits d'ici à 2022/23 avec la fermeture d’usines ou de lignes afin de parvenir à une baisse de la production de 10 % au total. "Les lignes non rentables, et surtout à l'étranger, vont être touchées", a précisé le responsable, sans vouloir dire exactement où. La région latino-américaine est notamment dans le viseur, selon les médias japonais. (avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Faurie rachète les affaires VW, Seat et Audi du groupe Dargelos

Le groupe de distribution corrézien vient d’annoncer la reprise d’une partie des affaires du groupe Dargelos dans les Landes et le Lot-et-Garonne.

Le groupe LS ouvrira son showroom McLaren en octobre

C’est confirmé : le groupe Lamirault Schumacher ouvrira les portes du showroom McLaren en octobre 2019. En attendant, l’atelier recevra ses premiers clients dès le 1er août.

PSA : moins de business, plus de profits

Malgré une baisse de ses ventes et de son chiffre d’affaires au premier semestre 2019, le groupe PSA est parvenu à améliorer sa marge opérationnelle et son résultat net.

Les services connectés, nouvel eldorado des distributeurs Mercedes ?

Mercedes-Benz dévoile ses ambitions autour des services connectés. Une potentielle manne financière pour le constructeur…et pour les distributeurs ?

La filière automobile abasourdie par la nouvelle prime à la conversion

Mesure brutale, absence de concertation et manque de vision globale : industriels et distributeurs dénoncent un texte illisible qui rend impossible les projections sur le devenir de la prime à la conversion.

Les véhicules diesel d'occasion exclus de la nouvelle prime à la conversion

La prime à la conversion, en vigueur au 1er août 2019, se recentre sur les VE et les foyers modestes. Seuls les modèles neufs et VO émettant moins de 117 g de CO2 pourront bénéficier d'une aide tout

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page