Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Electrification du parc : Volkswagen adapte son activité après-vente

Un véhicule électrique représente un panier moyen en après-vente moins important de 50 à 70 % par rapport à un véhicule thermique.

Electrification du parc : Volkswagen adapte son activité après-vente

Pour pallier le manque à gagner induit par des coûts d’entretien moindres sur les véhicules électriques, le constructeur prévoit de s’appuyer sur des processus digitalisés pour fidéliser les clients et réduire le travail administratif de ses ateliers.

 

Pour tous les constructeurs et leurs réseaux, l’activité après-vente constitue l’un des piliers de leur profitabilité voire la principale source de bénéfices. L’entretien et la réparation, au cœur des services de l’après-vente, vont néanmoins engendrer moins de revenus pour les professionnels si l’on se réfère aux projections des analystes du marché.

 

Selon une étude datant de 2018 du cabinet Deloitte, réalisée auprès de constructeurs, un véhicule électrique représente un panier moyen en après-vente moins important de 50 à 70 % par rapport à un véhicule thermique. Volkswagen évalue des coûts d’entretien inférieurs d’au moins 20 % pour cette motorisation.

 

Même si le parc roulant électrique demeure encore peu étendu -196 000 véhicules légers 100 % électriques* sur les quelque 32 millions voitures en circulation- le déploiement de la motorisation alternative s’accélère. La transition énergétique souhaitée par les autorités a enjoint les constructeurs à électrifier leur offre, à l’instar du groupe Volkswagen. Ce dernier prévoit de lancer 70 modèles entièrement électriques à l’horizon 2028. Il évalue ainsi à 10 à 15 % la part de ses VE écoulés dans une dizaine d’années.  

 

Dans ce contexte, le constructeur allemand entend adapter son activité après-vente pour pallier le manque à gagner en aftermarket. Pour ce faire, la branche Partenaires Service de Volkswagen va renforcer sa fidélisation client grâce à la digitalisation des contacts.

« L’après-vente numérique est notre réponse à la transformation de l’industrie automobile. Nous interagirons de manière beaucoup plus individuelle avec nos clients », commente lmelda Labbé, directrice du département après-vente du groupe. Le constructeur travaille notamment à informer les clients des dates d’entretien via son téléphone portable ou directement par le système d’info-divertissement intégré au véhicule.

 

Le numérique au service de la rentabilité

 

Pour réaliser des économies, Volkswagen mise, en outre, sur la digitalisation des processus administratifs en atelier. Selon le constructeur, l’intervention sur un véhicule implique en moyenne 1h20 de tâches administratives. Il entend les réduire de 80 % grâce à un système entièrement numérisé et unifié, en cours de développement, pour que les professionnels puissent consacrer le temps gagné au conseil client, pour favoriser des ventes additionnelles par exemple.

 

Enfin, Volkswagen mise sur le volume pour compenser les coûts réduits d’entretien liés à l’électrique. Revendiquant un parc roulant de 100 millions de véhicules dans le monde, le constructeur table sur une augmentation de celui-ci de 50 % à l’horizon 2030.

 

Certes les solutions du groupe ne semblent pour le moment pas révolutionnaires, mais la transition énergétique qui s’accélère chaque mois un peu plus, via notamment les mesures incitatives, enjoint dès à présent les fabricants et les concessionnaires à se poser la question de maintenir la rentabilité de l’après-vente de demain.

 

*Source : l’Avere (Association nationale pour le développement de la mobilité électrique)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Maurin prend le panneau Ford en Belgique

L’opérateur nîmois ne s’arrête plus et enchaîne les opérations de croissance externe. Selon l’Autorité de la concurrence belge, le groupe serait en passe d’acquérir deux concessions Ford

Renault s'associe à Mobivia pour racheter Exadis

La maison mère de Norauto a confirmé l’information. Elle s’associe au constructeur en vue d’acquérir les 9 plateformes de pièces de rechange d’Exadis, filiale du groupe Laurent.

Livraison de pièces de rechange : Renault en porte-à-faux

Depuis le début de l’été, la plateforme principale du groupe Renault n’arrive pas à assurer les livraisons de ses pièces de rechange, provoquant la colère de son réseau. Renault répond.

Le groupe Maurin poursuit son offensive dans le réseau Volvo

L’opérateur a officialisé son intention de reprendre les affaires Volvo et Honda, situées à Aix-en-Provence. Une acquisition qui lui permettrait d'entrer dans le top 3 des distributeurs Volvo et d’ajouter

CO2 : l’industrie automobile à l’aune des 95 grammes

Les constructeurs sont désormais aux portes du défi imposé par l’Europe pour abaisser leur moyenne d’émissions de CO2. Bond du parc électrique, achat de crédits pollution, fusion…les spéculations

Le groupe GCA bâtit sa flotte d’ateliers mobiles

Le distributeur déploie sur sa zone de chalandise une flotte de camions aménagés en ateliers. Objectif, effectuer plus efficacement les campagnes de rappel et toucher une clientèle peu habituée des showrooms.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page