Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Kia XCeed : nouveau fer de lance

Avec 6 000 unités attendues en 2020, le XCeed représentera plus de la moitié des ventes de la gamme Ceed.

Kia XCeed : nouveau fer de lance

Avec le XCeed, Kia joue une nouvelle carte sur le segment des SUV-crossovers compacts. Ce modèle est appelé à devenir un incontournable dans la gamme, d’autant plus qu’il pourra compter sur une version hybride rechargeable début 2020.

 

Kia France est en route pour établir un nouveau record de vente en 2019. Ce sera le quatrième consécutif. Naturellement, les SUV de la marque expliquent en grande partie ces résultats, mais la gamme Ceed apporte aussi son écot avec une croissance de 69 % ! Qui plus est sur un segment en baisse de 13 %. La berline, le break traditionnel (SW) et celui plus stylé (ProCeed) totalisent près de 4 500 unités après huit mois d’activité et cette gamme n’a pas fini de contribuer à la croissance de Kia.

 

En effet, avec l’arrivée du XCeed, les volumes devraient encore grimper et dépasser les 10 000 pièces dès 2020. Le seul XCeed devrait s’adjuger 6 000 unités. Il faut dire que ce crossover va évoluer sur un segment C SUV qui devrait frôler 18 % du marché français en 2019, avec environ 380 000 immatriculations. Un volume d’ailleurs doublé en cinq années.

 

Plus qu'une berline baroudeuse

 

Kia, déjà bien équipé sur ce segment avec les SUV Niro et Sportage, va plus loin que la berline baroudeuse avec le XCeed. Certes, il s’agit bien, techniquement, d’une Ceed mais pour le style, seules les portes avant sont communes. L’esthétique étant le principal critère d’achat pour 64 % des clients, l’équipe de Grégory Guillaume, vice-président du design chez Kia Europe, a travaillé la personnalité de ce nouvel entrant.

 

En revanche, dans l’habitacle, les similitudes sont nombreuses, mais le XCeed inaugure un écran 10,25’’, ainsi que des services connectés gratuits pendant 7 ans, comme les mises à jour. Un tout qui fait dire à Marc Hedrich, le directeur général de Kia Motors France, que le XCeed est « une offre unique sur le marché ». Il est vrai qu’à l’image du ProCeed, seul break de chasse dans l’univers des constructeurs généralistes, le XCeed se prévaut aussi de cette relative rareté, même si des berlines sont parfois grimées en baroudeuses.

 

Un XCeed plug-in début 2020

 

Fabriqué dans l’usine de Zilina, en Slovaquie, comme les autres Ceed, le XCeed en reprend donc les principaux éléments techniques. Les trains roulants ont toutefois été ajustés pour contrer la garde au sol supérieure de 4,4 cm (18,4 cm) et ainsi conserver un comportement routier dynamique. Les ingénieurs ont revu le tarage des suspensions, avec une variation de 4 à 7 % à la baisse selon la motorisation embarquée, ou encore monté des amortisseurs avant à butée hydraulique.

 

Sous le capot, pas de surprise, avec le petit 3 cylindres 1.0 de 120 ch en entrée de gamme. Viennent ensuite les 4 cylindres 1.4 T-GDi (140 ch) et 1.6 T-GDi (204 ch). L’offre diesel repose sur le 1.6 CRDi en versions 115 et 136 ch. Les émissions de CO2 allant de 124 à 143 g/km pour la gamme essence et de 109 à 117 g/km pour celle diesel. Mais en début d’année 2020, arriveront le XCeed et la Ceed SW hybrides rechargeables d’une puissance combinée de 141 ch. Grâce à une batterie de 8,9 kWh, Kia annonce environ 60 km d’autonomie en zéro émission.

 

Des véhicules électrifiés qui représentent d’ores et déjà 17 % des ventes de la marque en France, avec 5 066 livraisons (3 408 hybrides et 1 658 EV) enregistrées depuis le début de l’année, soit une croissance de 57 %. Sans contrainte de production, Marc Hedrich estime que ce volume aurait pu être bien supérieur notamment sur les 100 % électriques.

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Prime à la conversion, bonus... le plan de relance entre en vigueur

Le décret précisant les nouveaux bonus et conditions d'accès à la prime à la conversion est paru le 30 mai 2020 pour une mise en application dès ce lundi 1er juin. En voici les détails...

Renault : 2 milliards d'euros d'économies d'abord, la relance viendra plus tard

Renault confirme un plan drastique d'économies qui aboutira à la suppression de 14 600 emplois dans le monde dont 4 600 en France. Le groupe doit baisser ses coûts et redimensionner son outil industriel

Nissan revoit ses priorités

Après que le constructeur a dévoilé une perte nette de 5,7 milliards d'euros pour l'exercice 2019-2020, son plan stratégique prend un relief tout particulier. D'ici 2023, l'heure est aux économies

Quels changements pour l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

Terminée la course aux volumes, l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a dévoilé sa nouvelle stratégie de leader-follower sur les plateformes, les technologies et les régions. D'ici 2025, l'Alliance

Bonus, primes, bornes, subventions... l'Etat casse sa tirelire pour l'auto

Emmanuel Macron promet 8 milliards d'euros d'aide au secteur pour que la France devienne un grand pays de production de voitures propres. Parmi les mesures annoncées, un bonus de 5 000 euros accordé

Louis-Carl Vignon, Ford France :

A l'heure de la réouverture des showrooms, Louis-Carl Vignon, le directeur général de Ford France, revient sur cette reprise tant attendue. Les premiers retours sont bons et éclairent, un peu, une fin d'année

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page