Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Mercedes-Benz CLA Shooting Brake : break de style

Mercedes-Benz lance la deuxième génération de son CLA Shooting Break, encore plus habitable.

Mercedes-Benz CLA Shooting Brake : break de style

Mercedes-Benz soigne sa présence sur un segment qui fait de la résistance, celui des breaks, grâce à la deuxième génération de son CLA Shooting Brake. Outre un design affirmé, le véhicule muscle son bagage technologique et son habitabilité.

 

La déferlante de SUV ferait presque oublier que d’autres carrosseries existent et défendent d’ailleurs vaillamment leur place dans le cœur des automobilistes. Les breaks en font partie. Mercedes-Benz en fait la démonstration en commercialisant la deuxième génération de son CLA Shooting Brake. Lancé en 2015, le modèle a été produit à fin 2018 à plus de 750 000 exemplaires, tandis que le cap symbolique du million sera probablement dépassé d’ici la fin de l’année. En France, il représente un peu moins de 2 400 unités écoulées en année pleine, soit autant que de versions coupé quatre portes. Loin d’afficher les volumes de la Classe A, best-seller sur lequel il est basé, le modèle n’en revêt pas moins une importance stratégique pour l’allemand qui conforte sa présence sur le marché des breaks avec cette proposition entrée de gamme.

 

Les trois raisons d’achat du CLA Shooting Brake ? Le design, la réputation, et enfin le volume du coffre. C’est donc tout logiquement que la marque a mis l’accent sur ces trois points pour cette seconde génération. Ce qui passe, tout d’abord, par une évolution stylistique : feux avant effilés, ligne de toit fuyante, nouvelle calandre plongeante ou encore vitres sans encadrement, à l'instar du coupé, caractérisent le nouveau CLA Shooting Brake qui séduit avec son design élancé et élégant, également permis par une évolution significative de ses dimensions.

 

Des dimensions revues pour plus d’habitabilité 

 

Le CLA Shooting Brake gagne ainsi près de cinq centimètres de long pour atteindre exactement le même gabarit que la version coupé quatre portes, soit 4,688 mètres. A noter également une largeur en croissance de près de 6 cm, qui combinée à une hauteur très légèrement abaissée de 22 mm, procure un air plus affuté au véhicule. Mais pas que.

 

Ses nouvelles dimensions lui donnent également l’opportunité de gagner en praticité, avec une habitabilité pour les passagers à l’arrière accrue, mais surtout, un volume de coffre augmenté de 45 l par rapport à la génération précédente, soit 505 l. Malgré la ligne coupée du modèle, cette capacité s’avère souvent bien supérieure à celle des autres breaks premium de son gabarit, même si, son seul vrai concurrent à silhouette identique, le Kia Pro Cee’d, offre tout de même 89 l supplémentaires. Outre le volume, c’est aussi l’accès au coffre qui a fait l’objet d’améliorations. La ligne de vitre arrière plus haute facilite l’accès à l’arrière du véhicule tandis que l’ouverture de chargement s’avère nettement plus large grâce aux feux arrière désormais en deux parties.

 

Un bagage technologique conséquent

 

3e pilier des acheteurs du CLA Shooting Brake, la réputation. Sous-entendu, le caractère premium du modèle. WLTP oblige, la marque à totalement revu l’agencement de sa gamme. Avec, à la clé, deux uniques finitions, l’entrée de gamme Progressive et l’AMG Line. Cette dernière devrait d’ailleurs représenter environ 70 % des immatriculations du modèle en France. Quoi qu’il en soit, le bagage technologique de la finition Progressive s’avère déjà très complet intégrant la climatisation automatique bi-zone, le hayon à ouverture électrique, les feux full LED, l’écran tactile de 10’’ avec système de navigation, l’instrumentation numérique de 7’’. Deux écrans qui ne manquent pas de donner de l’allure à un intérieur très soigné, grâce à des matériaux de qualité. Même si le cockpit pourrait être, pour certains, un peu trop chargé, l’ensemble a été toutefois pensé de façon ergonomique, grâce à l'ajout notamment du Touchpad.

 

Côté ADAS, la panoplie est déjà bien garnie avec le freinage d’urgence, l’assistant franchissement de ligne actif, la lecture des panneaux de signalisation, la détection de somnolence, le régulateur/limiteur de vitesse, la caméra de recul. La seconde finition apporte surtout des éléments esthétiques avec la sellerie en similicuir noir avec doubles surpiqûres rouges, des sièges sport à l'avant et un volant sport multifonction à 3 branches en cuir Nappa. Pour davantage d’ADAS, qui permettront d’ailleurs la conduite semi-autonome de niveau deux, il faudra piocher dans les packs d’options.

 

Break dynamique

 

Une fois que les cases esthétisme et praticité ont été cochées, que vaut le CLA Shooting Brake sur les routes ? Sous le capot, le modèle adopte trois moteurs essence avec le 4 cylindres de 136 à 224 ch, -sans oublier la version AMG de 306 ch- et autant de diesel, carburant qui devrait peser pour pas moins de 70 % des immatriculations. Une proportion logique, sachant que 60 % de ses immatriculations seront réalisées auprès des professionnels. Sont ainsi disponibles, les 180 d, 200 d et 220 d de respectivement de 116, 150 et 190 ch. C’est au volant d’un CLA Shooting Brake de 190 ch que nous avons pris les routes de l’arrière-pays toulonnais. Bien aidé par une boîte automatique 8 rapports performante, ce bloc au caractère linéaire a pu offrir sur les routes vallonnées de bonnes relances, en toute discrétion. L’agilité du modèle, ses réactions précises, combinées à un touché de route remarquable, font du break un excellent modèle de tous les jours, qui peut se révéler non pas sportif mais nerveux si besoin, notamment avec l’activation du mode Sport. Le tout, pour une consommation relevée de de 6,5 l/100 km.

 

Côté tarifs, comptez 1 200 euros supplémentaires par rapport à la version coupé quatre portes. Prix pour l’entrée de gamme en essence : 36 480 euros avec le bloc 136 ch et boîte manuelle six rapports à 55 700 euros pour la version 35 AMG de 306 ch. En diesel, le ticket d’entrée a été fixé à 37 750 euros, avec le 180 d de 116 ch et boîte manuelle six rapports.

 

 

Crédit photos : Adrien Cortesi

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Hyundai : le pari payant de l'électrification

Le constructeur a connu depuis le déconfinement un volume d'activité qualifié d’extraordinaire. La conséquence d'une stratégie décidée pendant la crise : miser plus que jamais sur ses modèles

Carlos Gomes à la direction générale de BYmyCAR

Le groupe BYmyCAR ouvre pour la première fois de son histoire son capital au management et accueille à cette occasion un nouvel homme fort, Carlos Gomes, qui en devient directeur général.

Daimler souhaite vendre l'usine d'Hambach

Le groupe allemand, qui fabrique des Smart depuis 1998 en Moselle, vient d'annoncer son intention de vendre le site d'Hambach. Cette usine devait pourtant produire des modèles électriques de Mercedes.

Ivan Segal, Renault :

En juin 2020, le groupe Renault a gagné 1,5 point de part de marché avec 71 612 immatriculations, en hausse de 6,5 %. Les marques Renault et Dacia profitent pleinement de la prime à la conversion qui pèse

PSA Retail ferme 11 sites sur sa plaque parisienne

La filiale de distribution du groupe PSA annonce une réorganisation de sa présence en région parisienne. 11 sites seront fermés et les salariés redéployés dans les 25 succursales en périphérie

Peugeot condamné en Autriche pour abus de position dominante

Le tribunal des ententes de Vienne a condamné Peugeot pour abus de position dominante et restriction de la liberté de prix, face à un concessionnaire de la marque. Le constructeur devrait faire appel

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page