Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Opel Grandland X Hybrid4 : l’atout CO2

Avec le Grandland X Hybrid4, Opel propose son premier modèle hybride rechargeable procurant 59 kilomètres d’autonomie en tout électrique.

Opel Grandland X Hybrid4 : l’atout CO2

Le SUV compact, relativement discret depuis son arrivée sur le marché en 2017, compte se démarquer grâce à ses nouvelles motorisations hybrides. La première mèche est allumée par la version Hybrid4 développant 300 ch pour des rejets de CO2 limités à 36 g/km.

 

Afin d’atteindre les objectifs CO2 fixés par l’Union européenne via la réglementation CAFE, et par la même occasion échapper à des amendes se chiffrant en millions voire milliards d’euros, les constructeurs automobiles n’ont d’autre choix que d’accélérer le mouvement sur l’électrification. C’est le cas d’Opel qui a mis sur pied le plan OpelGoesElectric prévoyant que tous ses modèles bénéficient d’une déclinaison électrifiée d’ici 2024. Une marche forcée vers l’électrique qui se matérialisera par la présence de huit véhicules alternatifs au catalogue dès 2021. En agissant de la sorte, la marque l’affirme haut et fort, elle ne payera aucune amende et atteindra ses objectifs fixés par l’instance européenne.

 

59 km en tout électrique

 

L’offensive prend forme aujourd’hui avec la citadine 100 % électrique Corsa-e et deux versions hybrides rechargeables du Grandland X. Trois propositions ouvertes à la commande qui arriveront en concessions au cours des prochaines semaines. Concernant précisément le Grandland X, la déclinaison Hybrid4 ouvre le bal avec un déploiement courant février dans le réseau. Le menu est alléchant avec une puissance cumulée de 300 ch procurée par le moteur essence 1,6 Turbo de 200 ch en renfort duquel viennent deux moteurs électriques, l’un de 81 kW sur l’essieu avant, l’autre de 83 kW sur l’essieu arrière. Un surplus de puissance utile pour déplacer son poids conséquent de 1 885 kg, soit 450 kg de plus qu’une version diesel de 130 ch. Le tout permet au SUV compact de réaliser le 0 à 100 km/h en seulement 6,1 secondes et d’atteindre la vitesse maximale de 235 km/h, mais aussi d’évoluer en quatre roues motrices lorsque les conditions météorologiques l’exigent.

 

Evidemment, rouler en hybride rechargeable n’implique pas d’avoir le pied collé au plancher dès que l’occasion se présente. Au contraire. Comme pour une électrique pure, le conducteur a meilleur temps de gérer sa consommation d’énergie, en particulier celle de son électricité stockée dans une batterie de 13,2 kWh procurant une autonomie en tout électrique de 59 kilomètres (cycle WLTP).

 

Cette gestion passe par l’adoption du mode de conduite adapté à son type de déplacement. En milieu urbain, le mode Electrique permet d’évoluer sans consommer la moindre goutte de carburant. Le mode Hybride, qui gère automatiquement l’ensemble de l’architecture technique, est conseillé dans les autres cas, plus que les modes Sport, gourmand en énergie, ou 4WD qui ne se justifie que dans des conditions particulières. Ce dernier mode s’est notamment avéré précieux lors de notre essai sur routes enneigées.

 

Notons par ailleurs qu’il est possible d’activer la fonction e-Save afin de conserver l’énergie stockée dans la batterie pour une utilisation ultérieure et d’enclencher un système de récupération d’énergie au freinage et à la décélération.

 

A partir de 49 350 euros

 

Dans cette nouvelle configuration hybride, le Grandland X devient un choix pertinent, surtout pour les entreprises. Le SUV est homologué à seulement 36 g/km de CO2 et 1,6 l/100 km. Des valeurs qui permettent d’échapper à bien des contraintes fiscales tout en bénéficiant d’un véhicule de 300 ch. Mais comme tout hybride rechargeable, ce produit ne présente d’intérêt que s’il est rechargé régulièrement, sans quoi ses 1 885 kg se traduiront par une note de carburant salée…

 

En attendant la version de 225 ch disponible en avril prochain à moindre coût – à partir de 41 700 euros contre 49 350 euros pour le Grandland X Hybrid4 –, Opel mise sur cette première proposition pour donner un début de visibilité à son SUV, lui qui en manque tant sur un marché particulièrement saturé. L’ambition de la marque au blitz est d’écouler 20 % de Grandland X en versions hybrides, dont 30 % d’Hybrid4.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles

Le choc est total pour le réseau français Mitsubishi. Après une période d'euphorie durant laquelle le constructeur multipliait les nominations, vient le temps de la désolation. Le japonais a annoncé

Mitsubishi gèle le lancement de ses modèles pour le marché européen

Coup dur pour les distributeurs européens Mitsubishi. Le conseil d’administration du constructeur japonais a pris une série de décisions dans le cadre de son plan de rationalisation. Le fil rouge

La newsletter du Journal de l'Automobile revient le 24 août 2020

Toute l’équipe du groupe Le Journal de l’Automobile vous souhaite de passer un bel été et vous donne rendez-vous dès le lundi 24 août 2020.

Renault a perdu un tiers de ses ventes mondiales au premier semestre 2020

La pandémie de Covid-19, et ses conséquences sur l’industrie et le commerce, ont fait perdre au groupe Renault plus d’un tiers de son volume de ventes mondial sur les six premiers mois de l’année

Jean-Philippe Imparato :

Alors que Peugeot a vu ses ventes reculer de 42 % dans le monde sur le premier semestre 2020, son directeur avance une hausse de 42 % des commandes sur le seul mois de juin, dont 17 % concernent les modèles

Central Autos reprend la marque Seat du groupe Magris à Vienne

Seat sera désormais distribuée par Central Autos, qui a repris le fonds de commerce au groupe Magris. La société, dirigée par Jean-Patrick Coquillat, implante la marque dans le pôle automobile au sud de Vienne,

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page