Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Hyundai Sonata : une jolie mélodie

Hyundai Sonata : une jolie mélodie

Un an après la version essence, Hyundai équipe sa berline familiale d'une motorisation Diesel de 2 litres 140 ch, seul moyen d'exister sur le segment. Il aura fallu attendre un peu plus d'un an pour que Hyundai équipe enfin la 5e génération de la Sonata d'une motorisation...

...Diesel. Presque impensable aujourd'hui quand on sait que sur le segment des berlines familiales (Segment D) qui compte 12 % des immatriculations en France, les motorisations Diesel représentent près de 90 % des ventes.
C'est donc un 2 litres CRDI de 140 ch qui équipe la grande berline coréenne au même titre d'ailleurs que le Tucson. Un moteur qui viendra à n'en pas douter soutenir les ventes d'une marque qui se veut chaque fois plus ambitieuse en France. Avec près de 30 000 unités pour objectif cette année,

LA SONATA DIESEL EN BREF

  • Date de lancement :
    disponible
  • Segment de marché :
    segment D, 12 % du MTM en 2005
  • Principales concurrentes :
    - Honda Accord Sport 2.2 CDTI 140 ch (25 850 euros),
    - Opel Vectra 1.9 CDTI Cosmo 150 ch (27 600 euros),
    - Toyota Avensis 150 D-4D Sol (26 500 euros)
  • Objectifs de vente :
    1 240 en 2006
    2 500 en 2007
  • Prix :
    25 390 € Pack Confort
    27 490 € Pack Luxe
  • Hyundai doit compter sur toutes ses armes. Même si la Sonata ne sera vraisemblablement pas le pilier des ventes de la marque coréenne. Lancée dès le second semestre, les objectifs font état de 1 250 unités pour atteindre en année pleine 1 % de pénétration soit 2 500 ventes. Mais nous n'en sommes pas encore là. La Sonata diésélisée doit encore faire ses preuves.
    Celle-ci a d'ailleurs beaucoup d'arguments à faire valoir. Ce nouveau moteur Diesel laisse une bonne impression. Souple, le moteur ne laisse transmettre que très peu de vibrations ce qui donne une voiture silencieuse aussi bien à petite qu'à grande vitesse. Les 140 chevaux ne seront pas de trop pour lancer les 1,6 tonne de la Sonata sur l'autoroute. C'est d'ailleurs sur ce terrain que la berline coréenne s'exprime le mieux. Dotée de suspensions modernes, l'agrément de conduite est excellent et une fois la sixième enclenchée, on n'a plus qu'à se laisser guider. En outre, sa consommation en cycle extra-urbain (5 litres aux 100) rassure.
    En revanche, la Sonata peine en milieu urbain. Si la voiture, malgré sa taille (près de 5 mètres) reste très agile et maniable, ses rapports gâchent un peu cette première bonne impression. En effet, la première courte et les rapports supérieurs longs obligent le conducteur à multiplier les changements. De surcroît, sa consommation en milieu urbain (8,2 litres) souffre de la comparaison par rapport à ses concurrentes, voire même l'ensemble des voitures de ce segment. Quant à choisir entre la boîte automatique 4 rapports et la boîte manuelle à 6 rapports, il conviendra de choisir la seconde pour toutes ces raisons.
    Mêmes remarques que pour la version essence (JA n°914), la Sonata jouit d'un style à bord des plus agréables. Spacieuse, confortable, elle est vraiment conçue pour les longs trajets. Trois personnes de grande taille peuvent aisément s'installer à l'arrière et son immense coffre (523 litres) permet de charger le véhicule.
    Existant en version Pack Luxe et Pack Confort, cette grande coréenne n'est pas non plus dépourvue d'équipements de série (ESP, ABS, régulateur de vitesse, antibrouillards, radar de recul, toit ouvrant, sellerie cuir…) sans non plus rivaliser avec certaines luxueuses concurrentes du segment.
    Son principal atout reste malgré tout son prix : disponible dès 25 390 euros, la Hyundai reste un très bon compromis qualité/prix. D'autant plus que la marque propose un capital de reprise de 3 000 euros pour l'achat d'une Sonata.

    Tanguy Merrien

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Luca de Meo promet la révolution chez Renault

    Le directeur général du groupe Renault a dévoilé son plan de relance, baptisé Renaulution. Des économies, moins de plateformes, une quasi-disparition du diesel mais 24 lancements de produits d'ici

    Jean Rouyer s'attaque au marché des flottes avec sa filiale Loc'oto

    Le distributeur a donné le top départ de Loc’oto, filiale proposant aux entreprises des formules de location moyenne et longue durées. 350 mises à la route sont visées pour cette première année

    Renault : des ventes sous la barre des 3 millions de véhicules en 2020

    Le groupe français a immatriculé 2,949 millions de véhicules dans le monde en 2020, un volume en baisse de 21,3 %. Sa forte exposition dans les pays les plus touchés par la pandémie explique ce recul.

    Laurent Thézée, Mazda France :

    Trois mois après sa nomination à la présidence de Mazda France, Laurent Thézée présente la feuille de route de la marque en France, dont la trajectoire vers le segment du premium se construit en partenariat

    Guillaume Couzy, Peugeot :

    Au coude à coude avec Renault sur les ventes aux particuliers, Peugeot réalise une belle année 2020 dans un contexte de marché inédit. La marque débute l'année 2021 avec un portefeuille de commandes

    La fusion PSA-FCA validée par les actionnaires

    A peine plus d'un an après l'annonce de la fusion entre PSA et FCA, les actionnaires des deux groupes ont donné leur aval, lundi 4 janvier 2021. Stellantis, le futur troisième groupe mondial en chiffre

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page