Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Olivier Fernandes, BCAuto Enchères :

Olivier Fernandes, directeur général de BCAuto Enchères

Olivier Fernandes, BCAuto Enchères : "2019 a marqué une bascule en France"

Créditée d'une croissance de 13 %, à 418 millions d'euros, et d'un volume de 100 700 unités, BCAuto Enchères n'a pas seulement dominé le segment des ventes de VO en 2019. La société a aussi régné en maître sur le secteur des enchères en France.

 

Olivier Fernandes, le directeur général de BCAuto Enchères, la filiale nationale de BCAuction, ne cache sa fierté devant le bilan 2019 publié par le Conseil des ventes, le 26 mars 2020. Prenant alors acte d'une croissance de 13 % avec un montant d'adjudications de 418 millions d'euros, en ne travaillant qu'avec des professionnels, il interprète cette progression comme le résultat de tout le travail fourni pour accompagner les concessionnaires qui ont décidé de mettre des moyens sur le VO.

 

"Nous avons développé une capacité de reprise et d'approvisionnement qui leur permet une plus grande efficacité et une complémentarité avec ce que leur proposent les constructeurs", souligne le directeur général. Une observation qui se fait à l'échelle hexagonale, où l'opérateur collabore avec 52 groupes de distribution, mais également à celle européenne, puisque l'enseigne BCAuction et ses filiales ont intégré les process de 18 des 50 plus grands concessionnaires. "Cela a été plus tardif, mais 2019 a marqué une bascule en France", retient-il.

 

L'enjeu de la taille critique

 

En 2019, le secteur a connu une nouvelle vague de concentration, matérialisée par des rachats. Ce qu'Olivier Fernandes perçoit comme un signe de structuration et le commencement d'une nouvelle ère. "Nous ne sommes pas des enchéristes, mais des places de marché automobile. Il faut désormais une taille critique capable d'accompagner des groupes de distribution qui sont de plus en plus gros", commente-t-il. De son avis, un opérateur doit disposer non seulement d'une liste de clients à l'international, mais aussi de structures de vente à l'étranger et d'une solide logistique transfrontalière.

 

Parlant de logistique, la filiale veut s'inspirer des structures britanniques et allemandes pour épauler davantage les constructeurs dans leurs besoins, notamment de reconditionnement des véhicules et le remarketing. La plateforme VO développée pour Nissan, dont le lancement doit intervenir en avril de cette année, constitue un premier exemple des idées que nourrit le directeur général de BCAuto Enchères. "Au Royaume-Uni, le reconditionnement nous rapporte autant que l'activité de vente", rappelle-t-il le ratio. Il n'en sera pas question à court terme, en France, mais le cap est fixé et les constructeurs sont prévenus.

 

Le Covid-19 interrompt le sprint final

 

Le bilan du Conseil des ventes fait foi, mais BCAuto Enchères s'appuie sur un autre calendrier fiscal, s'achevant au 31 mars. Prenant cette base, la filiale estime que l'année 2019/20 totalisera environ 125 700 adjudications de VO. "Nous étions sur un rythme de croissance à deux chiffres, dit Ollivier Fernandes, mais l'épidémie de Covid-19 a marqué un coup d'arrêt sur les 15 derniers jours et nous n'allons certainement croître que de 7 % finalement. Une performance en demi-teinte alors qu'un an auparavant, il rendait une copie affichant une hausse de 13,4 %, à 117 295 unités.

 

Toujours selon le bilan interne à boucler au 31 mars 2020, il apparaît que la filiale a facturé 98 000 véhicules d'occasion environ, lors des ventes ouvertes. Le montant des adjudications s'élevant en moyenne à 4 150 euros. Les quelque 27 500 autres véhicules ont été revendus dans des sessions fermées pour le compte de clients tels que Renault, Nissan, Hyundai ou Kia. Un volume qui ne comprend pas, notons-le, les opérations pour Alphabet, dont le périmètre n'a pas été révélé.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Chômage partiel : comment ça marche ?

Quelles sont les conditions de mise en oeuvre du dispositif de chômage partiel ? Quels sont les motifs acceptés et qui peut en bénéficier ? Le CNPA a analysé l'ensemble des ordonnances parues au Journal

25 ordonnances pour la sauvegarde de l'activité économique

Le gouvernement a annoncé les 25 mesures qui viennent compléter l'état d'urgence sanitaire. Report de charges, étalement des dépenses, fonds de solidarité... Voici le détail des solutions économiques

Automobile : dans l'attente du décret sur le chômage partiel

Les réparateurs qui ne peuvent ouvrir faute de clients ou de protections suffisantes pourront-ils prétendre au chômage partiel ? L'inquiétude grandit dans les réseaux en attendant le décret d'application.

Deux tiers des entreprises de l'artisanat auto ont fermé leurs portes

D'après la FNA, 67 % des entreprises ont été contraintes de stopper leur activité et les trois quarts de leurs salariés ont été placés en chômage partiel. Le CNPA déplore quant à lui le manque

Le marché pourrait perdre trois quarts de son volume en mars 2020

Avec 59 493 immatriculations enregistrées au 17 mars 2020, celles-ci pourraient chuter de plus de 70 % sur le mois complet. En mars 2019, 225 818 cartes grises avaient été enregistrées.

Coronavirus : les groupes de distribution à l’arrêt

Suite aux mesures de confinement annoncées par Emmanuel Macron lundi 16 mars 2020, les groupes de distribution ont organisé un arrêt total de leur activité. Ils comptent bien utiliser tous les leviers

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page