Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Audi TT : Plus Audi que jamais

Audi TT : Plus Audi que jamais

Apparu en 1998, le TT est rapidement devenu un incontournable. Pour sa deuxième génération, Audi a mis les petits plats dans les grands avec, à la clé, un festival technologique. "Nos clients souhaitaient une évolution pas une révolution". Audi les a entendus....
...Mais ne vous y trompez pas. Si la marque d'Ingolstadt n'a pas bouleversé l'image du TT son génome n'a strictement plus rien à voir avec la génération précédente. Un premier TT qui avait créé la sensation au Mondial 1998, trois ans après le concept-car dévoilé à Francfort en 1995. Plus de 269 000 clients à travers la planète, dont plus de 9 000 en France, ont été séduits par ce coupé et sa variante Roadster. Egalement produit dans l'usine hongroise de Györ, le nouveau TT veut une fois de plus faire honneur à la devise de la marque : "Avancer par la technologie". Si côté mécanique il n'y a pas de surprise, même un brin de déception avec le "vieux" V6 3,2 l, pour le reste ce nouvel opus du coupé aux anneaux a mis le paquet. Cette fois-ci, le TT ne doit rien à des cousines du groupe (le TT de 1998 utilisait une plate-forme de Golf), il est plus Audi que jamais. Aluminium, suspension semi pilotée et

LE TT EN BREF

  • Date de lancement :
    7 septembre
  • Objectifs de ventes :
    700 unités en 2006. 2 000 en année pleine
  • Les principales concurrentes du TT V6 à 40 870 euros :
    - Nissan 350Z Pack 300 ch :
    39 100 €,
    - BMW Z4 Coupé 3.0 Si 265 ch :
    40 600 €,
    - Mercedes SLK 350 272 ch :
    47 800 €
  • Les prix* :
    34 180 € 2.0 TFSi 200 ch
    40 870 € V6 3.2 Quattro 250 ch

    *Boîte S Tronic : 2 370 €

  • freins avant à double disque sont des exemples de cette émancipation. Ainsi, avec 69 % d'aluminium la coque du TT reprend le concept Audi Space Frame (ASF) déjà présent sur l'A8 et l'A2. Une technologie qui permet notamment de contenir le poids mais aussi d'offrir une meilleure rigidité (+ 50 %). Tout ça au service du plaisir. Et le TT n'est pas avare avec une mention spéciale pour le 2,0 TFSi 200 chevaux. Plus léger, plus vif et moins cher que le V6 250 chevaux automatiquement associé au Quattro, le "petit" TT devrait dominer les ventes avec 70 % du mix. Deux motorisations également disponibles avec l'excellente boîte DSG qui s'appelle dorénavant S Tronic. Une dernière parenthèse sur l'ASF. Rappelons que, comme sur l'A8, si l'ensemble du réseau Audi est apte à réparer les petits chocs, en cas d'accident grave (touchant à la structure aluminium du véhicule) les réparations ne peuvent être effectuées que par l'un des neuf centres alu de la marque dans l'Hexagone.
    Toujours côté technologique, Audi a fait appel à Delphi (comme notamment Ferrari sur la 599) pour une nouvelle suspension : l'Audi Magnetic Ride (AMR, disponible en option). Le liquide hydraulique traditionnel qui circule dans les amortisseurs est ici remplacé par un fluide magneto-rhéologique composé d'huile de synthèse chargée de petites particules (3 à 10 microns) souples magnétisées. Grâce à ce mélange, un courant électrique modifie quasi instantanément (le temps de réaction se compte en milliseconde) l'orientation des particules et par conséquent le tarage des amortisseurs. Quant à l'Audi Dual Disc Brake, un système de freinage à double disque à l'avant, il faudra attendre fin 2006 (en option) pour tester son efficacité. Toutefois, avec deux disques pincés par un étrier flottant à trois plaquettes, le constructeur annonce une meilleure endurance alliée à des freinages plus courts.
    A l'intérieur, les trois buses d'aération au centre de la planche de bord marquent, comme pour le design extérieur, l'attachement à conserver ce qui a fait la spécificité du TT. Comme pour les dimensions extérieures, l'habitacle gagne quelques précieux centimètres.
    Le nouveau TT va donc tenter de retrouver le leadership du marché des coupés premium qui totalise peu ou prou 125 000 ventes annuelles dans le monde dont 12 000 en France. Une niche qui, depuis 2002 avec notamment le nouveau SLK, le Nissan 350Z ou le Mazda RX-8, ne connaît pas vraiment la crise. Et cela devrait durer car l'offre s'élargit toujours avec notamment l'arrivée ces jours derniers dans les concessions du Z4 Coupé. Une concurrence globale qui n'inquiète toutefois pas Audi puisque la marque espère que l'année 2006 sera une nouvelle année de croissance. La onzième consécutive peut être. Le TT (en Roadster dès janvier 2007) y jouera un rôle en venant épauler le Q7 qui monte en puissance avant que les R8, A5 et Q5 ne débarquent. On parle même d'une A1 pour aller chasser sur les terres de la Mini. A suivre.

    Christophe Jaussaud

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Vincent Cobée, Citroën :

    Avec la C5X, Citroën signe son retour sur le segment des grandes berlines, quatre ans après l'avoir quitté. Produite en Chine, comme la DS9, la C5X sera commercialisée en Europe à l'automne 2021.

    François Larher, Audi :

    En charge de l'activité occasion chez Audi France depuis octobre 2020, François Larher fait le point sur les dernières évolutions du label Audi Occasion:Plus et sur les ambitions de la marque aux anneaux

    Renault affiche une part de marché en baisse mais se dirige vers des ventes saines

    Renault continue de réorienter sa stratégie commerciale avec une baisse des immatriculations tactiques, ce qui explique sa part de marché en retrait depuis le début de l'année 2021. Une phase difficile

    Le réseau Opel n’accepte plus les objectifs inatteignables !

    Pour la première fois, le réseau Opel a affiché, en 2020, une rentabilité négative qui s'est encore fortement détériorée depuis le début de l'année. Michel Maggi, président du GNCO, va réunir

    La Cour suprême autrichienne juge illégaux les contrats de distribution Peugeot

    En Autriche, Peugeot vient de perdre en dernière instance face à un concessionnaire qui accusait le constructeur d'abus de position dominante. La Cour suprême de Vienne donne trois mois à Peugeot pour

    Seres, l'autre marque chinoise qui veut se déployer en France

    Seres, la marque chinoise appartenant à Dongfeng, poursuit son développement en France. Deux modèles électriques seront proposés en 2021 pour un objectif de 80 distributeurs sur le territoire.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page