Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Clause d’essaimage : Travaux pratiques

Clause d’essaimage : Travaux pratiques

Alors que la clause d'essaimage n'entrera en vigueur qu'en octobre 2005, qu'est-ce qui empêche aujourd'hui un concessionnaire d'exposer des véhicules hors de sa zone, comme le font les revendeurs hors réseaux ? En pratique, pas grand-chose... Incroyable : ça bouge ! On savait que...

...la chasse aux contrats de concession disponibles était en cours depuis longtemps de la part des concessionnaires les plus dynamiques et les plus avisés. Parallèlement, on a vu certains concessionnaires ou groupes se désengager, pour des raisons diverses. Mais ce qui se passe à présent, en France et ailleurs, est la preuve que le message de la Commission européenne a été compris (et parfois interprété avec la volonté d'aller au-delà). Les constructeurs eux-mêmes, en tout cas certains d'entre eux, sortent peu à peu de leur immobilisme. S'agirait-il d'un embryon d'effet vertueux de la crise du marché européen, qui pousse vers une réduction rationnelle des coûts de distribution ? Peut-être, mais la contradiction reste évidente, pour la plupart des marques les plus affirmées, entre la nécessité de vendre moins cher et la volonté capricieuse de disposer de réseaux monomarques respectant des critères qualitatifs onéreux.

Bien joué, petit !

Comme nous le prévoyions il y a maintenant quelques années (c'était assez facile...), la belle unité des constructeurs n'a pas tenu longtemps, et les premiers à changer d'avis sont les "petits", à savoir ceux qui n'ont pas encore un réseau très développé. Ils n'ont pas tous viré leur cuti, mais certains l'ont fait et ont commencé à se fier à des concessions représentant déjà d'autres marques, dans les mêmes locaux. Intelligent, n'est-ce pas ? C'est la meilleure façon d'obtenir rapidement une visibilité jusque-là inespérée. A l'arrivée du nouvel entrant, la marque principale devra tout bonnement lui laisser un espace suffisant, même si le critère qualitatif "surfaces d'exposition" n'est plus respecté par le concessionnaire devenu multimarque. Le multimarquisme est donc en train de naître, bien avant l'abolition de la clause de localisation, prévue pour octobre 2005. C'était prévisible aussi. Ce qui l'était moins (et nous ne l'avions pas prévu...), c'est qu'un grand groupe européen aurait participé à cette opération par l'intermédiaire d'une de ses marques à faible volume. Jusque-là, chacune des marques avait tenté la voie du commerce strictement monomarque, accompagnée d'investissements exorbitants.

L'avenir naît comme il peut...

Le maintien de la fameuse clause de localisation rassure les constructeurs plus qu'il ne faudrait. D'accord : un distributeur n'a pas le droit "d'opérer à partir d'un lieu d'établissement non autorisé". Mais la vente active est permise partout où est en vigueur un système de distribution sélective. Peut-on, par conséquent, exposer des véhicules neufs où l'on veut, par exemple à l'occasion d'une quelconque manifestation locale ? Sans aucun doute. Et, par extension de ce concept, dans un magasin d'exposition n'appartenant pas, ou pas directement (encore que...) à la concession ? A notre avis, rien ne s'y oppose, comme rien ne s'oppose à ce qu'un vendeur aille démarcher des prospects là où il le souhaite. Il pourra, au passage, faire voir et essayer le véhicule exposé, au lieu d'utiliser des catalogues ou un ordinateur portable. Ce genre de choses est déjà en cours ici ou là, nous semble-t-il. Mais... la négociation aura-t-elle lieu dans la rue, dans la boue, sous la neige ? L'acte de vente sera-t-il signé ailleurs que dans le magasin d'exposition ? "Bien sûr, mon lapin, puisqu'il ne s'agit pas d'un lieu de vente autorisé." Mais même s'il en allait autrement, même si les premiers "coupables" étaient sanctionnés pour avoir voulu mieux servir les consommateurs, il faudrait tenir compte de deux faits : d'une part, le magasin d'exposition pourrait appartenir à un "intermédiaire" disposant d'un mandat qui l'autorise à "stocker un véhicule neuf" pour le compte d'un utilisateur final (considérant 14), ce qui réglerait la question dans la pratique ; d'autre part, combien de fonctionnaires faudrait-il déployer sur le territoire pour effectuer des contrôles qui, au demeurant, deviendraient rapidement impopulaires ? Personne n'a jamais gagné de bataille d'arrière-garde.

Vers une politique de distribution raisonnable ?

Le choix qui s'offre aux constructeurs est le suivant : soit ils acceptent (comme certains semblent le faire) l'idée d'une politique de distribution tournée vers l'avenir ; soit ils laissent leurs réseaux prendre tout seuls et dans le désordre des initiatives de survie, comme dans toute pétaudière digne de ce nom. A suivre...

Ernest Ferrari, consultant

ZOOM

A lire avant de signer !

En modifiant très sensiblement les règles du jeu de la distribution automobile, le nouveau règlement européen entend donner plus de libertés aux concessionnaires et agents. Encore faut-il savoir lesquelles. Après un premier ouvrage critique sur le système de distribution, Ernest Ferrari décortique dans ce deuxième livre, Réglementor, les conséquences concrètes du texte adopté par Bruxelles et qui entrera en vigueur le 1er octobre prochain. Une lecture fort utile avant de signer les contrats que préparent aujourd'hui les constructeurs.
Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le Peugeot 3008 reste le véhicule le plus produit en France

Pour la deuxième année consécutive, le SUV Peugeot est le véhicule le plus produit en France. Avec 245 932 exemplaires, il devance la Toyota Yaris et le Peugeot 2008.

Les comptes de Renault dans le rouge en 2019

Le groupe français a annoncé une perte de 141 millions d'euros au titre de l'année 2019. Pour la première fois depuis la crise de 2009, le constructeur perd de l'argent et doit mettre en place un vaste

Gilles Le Borgne, élu Homme de l'année automobile

Directeur de l'ingénierie du groupe Renault et membre du comité exécutif, Gilles Le Borgne a remporté l'élection de l'Homme de l'année, organisée par le Journal de l'Automobile. Les membres du jury

350 000 primes à la conversion accordées en 2019

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a tiré le bilan de la prime à la conversion en 2019. Résultat : un nombre record de dossiers, malgré le resserrement des conditions d'attribution,

Les usines automobiles bientôt en panne de pièces venant de Chine ?

L'épidémie de Coronavirus se fait également sentir dans les usines hors de Chine. Après que Hyundai, Toyota, Volkswagen et FCA ont suspendu la production de certains sites, les équipementiers de la Fiev

LS Group ouvre son showroom Bugatti

Le groupe Lamirault-Schumacher conforte son pôle luxe en ouvrant officiellement, à Neuilly-sur-Seine, les portes de la seule et unique concession française Bugatti. La marque de luxe revient dans la capitale

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page