Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le PDG de Gefco placé sous statut de témoin assisté

35 chauffeurs non déclarés auraient été employés pour contourner le système de cotisations sociales.

Le PDG de Gefco placé sous statut de témoin assisté

Suspectée d'avoir bénéficié d'un système international de travail dissimulé, la direction de Gefco est dans le viseur de la justice. Le PDG lui-même, Luc Nadal, a été mis en examen dans cette affaire, avant de devenir témoin assisté.

 

Coup de tonnerre chez Gefco. Le PDG du groupe, Luc Nadal, a été mis en examen en fin de semaine dernière. En sa qualité de numéro un de l'entreprise de logistique, il a été entendu par la justice dans le cadre d'une affaire de suspicion de travail dissimulé, portant sur la période courant de 2015 à 2018. Il a finalement été placé sous le statut de témoin assisté après avoir fourni des documents attestant d'une délégation de responsabilité à l'époque des faits.

 

Plus précisément, Gefco est soupçonné d'avoir profité d'un système de "prêt de salarié" de la part de plusieurs entreprises polonaises et slovaques. Selon les éléments de l'enquête, celles-ci mettaient à disposition 35 chauffeurs qui "transitaient dans des conditions indignes" dans le seul but d'éviter à Gefco le versement de cotisations sociales. Le préjudice pour l'Urssaf est estimé à 800 000 euros, d'après le procureur de la République de Vesoul, Emmanuel Dupic.

 

FO se dit écoeuré

 

L’enquête a été lancée en 2017 après un contrôle de la Dreal (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) de Bourgogne-Franche-Comté. Elle a permis la découverte de cette filière présumée internationale de fraude à l’emploi de chauffeurs routiers. Depuis le début des investigations, une dizaine de personnes a été mise en examen. Un travail salué par Jean-Baptiste Djebbari, ministre des Transports.

 

Dans un communiqué, le syndicat FO-uncp du groupe de logistique s'est dit "écœuré par la situation très grave au sein de Gefco". Il demande à la direction de "s'engager à bannir l'esclavagisme de la société Gefco" et "d'agir rapidement pour que cessent de tels agissements". "Nous ne pensons pas qu’il s’agisse d’une magouille pour échapper au paiement des cotisations sociales en France, car cela voudrait dire que l’ensemble des équipes dirigeantes de Gefco est pourri", a défendu le syndicat.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Vincent Cobée, Citroën :

Avec la C5X, Citroën signe son retour sur le segment des grandes berlines, quatre ans après l'avoir quitté. Produite en Chine, comme la DS9, la C5X sera commercialisée en Europe à l'automne 2021.

François Larher, Audi :

En charge de l'activité occasion chez Audi France depuis octobre 2020, François Larher fait le point sur les dernières évolutions du label Audi Occasion:Plus et sur les ambitions de la marque aux anneaux

Renault affiche une part de marché en baisse mais se dirige vers des ventes saines

Renault continue de réorienter sa stratégie commerciale avec une baisse des immatriculations tactiques, ce qui explique sa part de marché en retrait depuis le début de l'année 2021. Une phase difficile

Le réseau Opel n’accepte plus les objectifs inatteignables !

Pour la première fois, le réseau Opel a affiché, en 2020, une rentabilité négative qui s'est encore fortement détériorée depuis le début de l'année. Michel Maggi, président du GNCO, va réunir

La Cour suprême autrichienne juge illégaux les contrats de distribution Peugeot

En Autriche, Peugeot vient de perdre en dernière instance face à un concessionnaire qui accusait le constructeur d'abus de position dominante. La Cour suprême de Vienne donne trois mois à Peugeot pour

Seres, l'autre marque chinoise qui veut se déployer en France

Seres, la marque chinoise appartenant à Dongfeng, poursuit son développement en France. Deux modèles électriques seront proposés en 2021 pour un objectif de 80 distributeurs sur le territoire.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page