Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Mitsubishi Eclipse Cross PHEV : hybridation salutaire

Mitsubishi Motors France vise 3 800 immatriculations pour l'Eclipse Cross PHEV en année pleine.

Mitsubishi Eclipse Cross PHEV : hybridation salutaire

Apparu en 2017, l’Eclipse Cross revient sur le marché en hybride rechargeable. Avec ce modèle techniquement proche de l’Outlander PHEV, un incontestable succès, Mitsubishi veut tirer le meilleur de la croissance annoncée du segment C-SUV.

 

L'éclipse a failli être totale. En ef­fet, le 27 juillet 2020, Mitsubishi Motors annonçait le gel des lancements en Europe. Heureusement pour l’importateur de la marque en France, Emil Frey, et son réseau, après plusieurs mois de négociations, le soleil s’est à nouveau levé sur les trois dia­mants. Mitsubishi va finalement rester en Europe et pourra compter sur l’appui de Renault pour renforcer sa gamme. En effet, à partir de 2023, des Clio et Captur, convertis au Ness design du ja­ponais, arriveront dans les showrooms.

 

En attendant, Mitsubishi compte sur l’Eclipse Cross hybride rechargeable pour se relancer. Après l’arrêt de l’Outlander, fin 2020, la marque tient son nouvel éten­dard et veut profiter du dynamisme du segment C. "Il s’agit d’un produit clé pour nous, explique Patrick Gourvennec, président de Mitsubishi Motors France. L’Eclipse Cross se positionne sur un mar­ché qui pèse 4 fois plus que celui du D‑SUV sur lequel était présent l’Outlander."

 

En chiffres, les C‑SUV ont représenté 241 857 immatriculations en France en 2020, sur les 648 232 SUV immatriculés au total. Une part de 37,3 % qui devrait encore progresser, puisque Mitsubishi estime que le segment C‑SUV atteindra 400 000 immatriculations (+ 65 %) en 2023 dans l’Hexagone. De plus, l’électri­fication de ces modèles va aller bon train et la marque maîtrise cette technologie.

 

Une base thermique connue et efficace

 

Dans ce contexte, Mitsubishi Mo­tors France ambitionne de livrer 2 500 Eclipse Cross en 2021, avant de trouver un rythme de 3 800 unités en année pleine. Ce modèle va ainsi rem­placer l’Outlander (2 642 véhicules en 2020, - 16,2 %) et permettre à la marque de viser 6 500 immatriculations VP‑VUL en 2021, après une année 2020 à 6 555 unités, avec 5 012 VP (- 30,5 %) et 1 543 VUL (- 12,2 %). En reposant sur la même base technique que son aîné, l’Eclipse Cross peut compter sur un système éprouvé et reconnu.

 

Le mo­dèle associe ici un bloc essence de 2,4 l de cylindrée, fonctionnant en cycle Atkinson, développant 98 ch et deux moteurs électriques disposant d’une puissance de 82 ch (60 kW) à l’avant et 95 ch (70 kW) à l’arrière. Ces deux derniers sont alimentés par une batterie d’une capacité de 13,8 kWh qui permet de parcourir 45 km en mode électrique selon le cycle mixte et même 55 km ex­clusivement en ville. Cela fait également de l’Eclipse Cross un véhicule quatre roues motrices.

 

46 g/km de CO2

 

La puissance totale du groupe mo­topropulseur peut ainsi grimper jusqu’à 188 ch, mais l’essentiel est ail­leurs et notamment dans l’efficience du système qui permet d’afficher une consommation mixte WLTP de 2 l et des émissions de CO2 de 46 g/km. Naturellement, à condi­tion de jouer le jeu de la recharge, comme pour tous les hybrides re­chargeables. L’Eclipse Cross de­mande 4 h pour faire le plein de watts avec une Wallbox et 25 min pour retrouver 80 % de l’autonomie électrique, avec un branchement en 50 kW. Sans surprise, une fois au volant, l’Eclipse Cross se conduit presque comme un véhicule élec­trique puisque, dans la majorité des cas, ce sont les deux moteurs élec­triques qui assurent la propulsion. Le moteur thermique sert souvent de générateur, mais peut aussi en­traîner les roues, sur l’autoroute entre autres.

 

Cette deuxième version de l’Eclipse Cross, arborant toujours un design fort mais moins clivant, notamment à l’arrière, ne manque pas d’atouts. La dotation en équipements a également progressé et va même jusqu'à offrir le V2X, c'est-à-dire que l'énergie de la batterie peut aller dans les deux sens et ainsi, par exemple, alimenter la maison lorsque le véhicule est branché à la borne du domicile. De quoi rallumer la lumière en cas d'éclipse.

 

 

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Vincent Cobée, Citroën :

Avec la C5X, Citroën signe son retour sur le segment des grandes berlines, quatre ans après l'avoir quitté. Produite en Chine, comme la DS9, la C5X sera commercialisée en Europe à l'automne 2021.

François Larher, Audi :

En charge de l'activité occasion chez Audi France depuis octobre 2020, François Larher fait le point sur les dernières évolutions du label Audi Occasion:Plus et sur les ambitions de la marque aux anneaux

Renault affiche une part de marché en baisse mais se dirige vers des ventes saines

Renault continue de réorienter sa stratégie commerciale avec une baisse des immatriculations tactiques, ce qui explique sa part de marché en retrait depuis le début de l'année 2021. Une phase difficile

Le réseau Opel n’accepte plus les objectifs inatteignables !

Pour la première fois, le réseau Opel a affiché, en 2020, une rentabilité négative qui s'est encore fortement détériorée depuis le début de l'année. Michel Maggi, président du GNCO, va réunir

La Cour suprême autrichienne juge illégaux les contrats de distribution Peugeot

En Autriche, Peugeot vient de perdre en dernière instance face à un concessionnaire qui accusait le constructeur d'abus de position dominante. La Cour suprême de Vienne donne trois mois à Peugeot pour

Seres, l'autre marque chinoise qui veut se déployer en France

Seres, la marque chinoise appartenant à Dongfeng, poursuit son développement en France. Deux modèles électriques seront proposés en 2021 pour un objectif de 80 distributeurs sur le territoire.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page