Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Audi e-tron GT : la force de l'électron

En encaissant une charge jusqu’à 270 kW, sur les bornes Ionity, l'Audi e‑tron GT retrouve 80 % de son autonomie en 22 min environ.

Audi e-tron GT : la force de l'électron

En plus d’un style marquant, Audi a offert à son e-tron GT Quattro des performances hors norme. Avec ce coupé 4 portes, ambassadeur d’une nouvelle ère, la marque livre sa vision du grand tourisme 100 % électrique.

 

Le coupé Quattro, dévoilé au salon de Genève 1980, a pro­fondément changé l’image d’Audi. Quarante et un ans plus tard, l’e‑tron GT Quattro, un coupé 4 portes, pourrait en faire de même, à l’heure où la marque bascule dans l’électromobili­té. Le style, que l’on avait découvert au salon de Los Angeles en 2018, est tout aussi marquant. Les arêtes du coupé des années 80 ont laissé place à des galbes dictés par l’efficience aérodynamique. Le leitmotiv de Marc Lichte, directeur du style d’Audi : "L’esthétique découle de l’efficacité." Ces courbes, mais aussi les soubassements permettent d’afficher un Cx de 0,24 au service de l’autonomie. Quant au 5 cylindres turbo de l’époque, avec ses 200 ch, il a laissé la place à deux moteurs électriques pouvant délivrer jusqu’à 646 ch (475 kW) !

 

Jusqu’à 646 chevaux !

 

En attendant la PPE, la Plateforme Pre­mium Électrique, qui sera inaugurée par la future A6 e‑tron, l’e‑tron GT, produit dans l’usine de Böllinger Höfe avec la R8, partage sa base technique avec la Porsche Taycan. Baptisée J1, cette plateforme permet à l’Audi d’embarquer une bat­terie de 93,4 kWh, dont 83,7 sont utiles. De quoi offrir une autonomie comprise entre 452 et 488 km, avec des consom­mations théoriques qui oscillent entre 19,9 et 21,6 kWh/100 km selon le cycle mixte WLTP. Des valeurs atteignables en conduisant normalement.

 

Après, comme avec des sportives thermiques, l’utilisation de la puissance disponible – enfin d’une partie – peut les faire largement grimper. Il faut dire que l’e‑tron GT Quattro, l’en­trée de gamme pour l’heure, offre une puissance de 350 kW (476 ch) et même 390 kW (530 ch) en pic. Le couple dispo­nible varie alors de 630 à 640 Nm. Le 0 à 100 km est abattu en 4,1 s. Bluffant pour une voiture de 5 m et de 2 276 kg. Mais il y a encore plus impressionnant avec la version RS de l’e‑tron GT (2 347 kg). Ici, la puissance grimpe à 440 kW (598 ch) et même à 475 kW (646 ch) avec le boost. Le couple culmine alors à 830 Nm et la barre des 100 km/h est franchie en 3,3 s.

 

A lire aussi : Audi en ordre de marche pour 2021

 

Pour atteindre de tels chronos, ce coupé cache une machine électrique de 175 kW (238 ch) sur le train avant et le moteur à l’arrière affiche 320 kW (435 ch) pour l’e‑tron GT et 335 kW (456 ch) pour la RS. En travaillant de concert, ces deux machines permettent de proposer une transmission intégrale e-Quattro capable de transformer la voiture en traction ou en propulsion au besoin. Pour stopper ces catapultes, Audi a mon­té des disques en acier traités au carbure de tungstène de 360 ou 410 mm selon la version. Une option carbone céramique est également disponible. Ajoutez à cela une répartition des masses à 50/50 et un centre de gravité plus bas qu’une R8 et les sensations au volant sont à la hauteur de la fiche technique. Les quatre roues directrices viennent renforcer l’agilité, bien servie par une suspension pneu­matique (en option).

 

300 unités en France en 2021

 

À l’heure où Audi va entrer de plain‑pied sur le marché de l’électrique avec le Q4 e‑tron, la marque s’est trouvé un superbe ambassadeur avec l’e‑tron GT. En effet, ce coupé n’a pas vocation à inonder le marché. Audi France ne dispose d’ail­leurs que de 300 unités pour 2021. Il n’y en aura donc pas pour tout le monde. Même à plus de 100 000 euros.

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Robert Breschkow, Seat : Nous progressons deux fois plus vite que le marché

Depuis le début de l'année 2021, Seat surperforme avec une progression deux fois supérieure à celle du marché. Rencontre avec Robert Breschkow, le directeur de Seat France, à l’occasion du restylage

La vérité sur les marges de la distribution automobile

Le CNPA vient de réaliser une étude sur les coûts de la distribution en France. Loin des 30 % évoqués par certains constructeurs, cette analyse montre que la marge réalisée en moyenne par les réseaux

La Commission européenne signe la fin des moteurs thermiques en 2035

Bruxelles a publié son Pacte vert dans lequel la Commission européenne signe l'arrêt de la vente de véhicules à moteur thermique. Ce projet exclut donc les motorisations hybrides et hybrides rechargeables,

Hervé Miralles, Emil Frey France : Le modèle économique des groupes de distribution doit évoluer

La stratégie initiée par le groupe lui a permis d’amortir le choc subi par le secteur. Mais les règlementations dans l’industrie et la distribution obligent les distributeurs à revoir leur modèle.

Opel et son réseau en phase avec le plan de transformation de la marque

Retrouver la confiance du réseau et renouer avec la croissance, la mission confiée à Igor Dumas, nouveau directeur général d’Opel en France, n’est pas simple. Il confie au Journal de l'Automobile

Thomas Dubruel, Dacia :

Pour la deuxième fois en 2021, la Dacia Sandero a été la voiture la plus vendue dans l'Hexagone le mois dernier, devant la concurrence historique. A l’occasion de ces très bons résultats, rencontre

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page