Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Porsche Taycan : propulsée au sommet

En 2020, Porsche a immatriculé 527 Taycan en France, dont le prix moyen était de 158 000 euros !

Porsche Taycan : propulsée au sommet

Avec un seul moteur, offrant jusqu’à 476 ch, mais pas moins de caractère, Porsche propose une Taycan propulsion qui pourrait bien devenir le best-seller de la gamme. Cette berline 100 % électrique conjugue plaisir, sportivité et électromobilité.

 

Avec la montée en puissance des véhicules électriques et de certaines start‑up qui sor­taient de leur chrysalide, à l’image de Tes­la, nombreux ont promis des lendemains difficiles aux constructeurs traditionnels. Allaient‑ils pouvoir relever le défi de l’électromobilité ? Au premier rang des­quels Porsche, chantre de la sportivité au­tomobile. Le concept Mission E, dévoilé au salon de Francfort 2015, puis le Tay­can, en 2019, avaient levé les doutes quant au style, avant que les craintes technolo­giques ne soient balayées par le modèle de série.

 

Finalement lancée en 2020, la première Porsche électrique contempo­raine est un succès avec 20 015 livraisons dans le monde, malgré une fermeture de 6 semaines de l’usine allemande de Zuf­fenhausen qui la produit. Même réussite dans l’Hexagone avec 527 immatricu­lations. La Taycan a représenté 12 % des ventes de Porsche France, à laquelle il faut ajouter 48 % d’hybrides rechargeables pour se convaincre que la marque a réussi son entrée dans l’électromobilité.

 

Jusqu’à 484 km d’autonomie

 

En attendant la Taycan Cross Turismo d’ici l’été, Porsche propose une ver­sion qui pourrait aussi être appelée "propulsion", car son seul moteur élec­trique est disposé sur le train arrière. Identique à celle de la 4S, cette machine électrique permet de développer une puissance comprise entre 326 et 476 ch selon la batterie choisie. En effet, avec la batterie Performance, d’une capacité de 79,2 kWh, la puissance s’échelonne de 326 à 408 ch avec le boost. L’autono­mie annoncée en cycle mixte WLTP est de 431 km.

 

Avec la batterie Performance Plus, d’une capacité de 93,4 kWh, la puis­sance disponible est de 380 à 476 ch, pour une autonomie de 484 km. Au passage, la Taycan perd 90 kg avec la disparition du moteur avant. La transmission conserve deux rapports, un pour la vivacité à basse vitesse et le second pour plus d’allonge à haute vitesse, sachant qu’elle est ici limitée à 230 km/h. Avec une architecture élec­trique en 800 V, la Taycan encaisse jusqu’à 270 kW en recharge rapide (225 kW pour la petite batterie), de quoi passer de 5 à 80 % en 22 min sur une borne Ionity. Avec une Wallbox de 22 kW à la maison, il faudra compter jusqu’à 4 h.

 

30 % des ventes de la Taycan

 

Si cette Taycan de près de 500 ch peut pa­raître un peu frêle face aux 761 ch de la version Turbo S, en réalité, cette "petite" propulsion est sans doute la déclinai­son qui va rencontrer le plus de succès. C’est même elle qui affiche la meilleure autonomie de la gamme avec 484 km, sans oublier de distiller un vrai plaisir au volant. De plus, les tarifs démarrent à 86 254 euros. Jusqu’ici, le prix moyen des Taycan vendues dans l’Hexagone était de 158 000 euros !

 

Bien qu’il soit difficile de faire des prévisions à l’heure actuelle, Porsche France pense qu’elle pourrait représenter 30 % des transactions du modèle cette année et ainsi encore aug­menter le poids, à 65 %, des véhicules électrifiés dans les ventes. La Taycan montre également que Porsche, même dans l’univers électrique, attire toujours. En effet, le taux de conquête du modèle est de 48 %, dont 43 % n’avaient même jamais détenu une Porsche. La moyenne d’âge des acheteurs est même plus basse de 5 ans, à 50,5 années.

 

La marque de Stuttgart a incontesta­blement réussi le début de sa transition énergétique. À l’échelle mondiale, après 17 % en 2020, la part des modèles élec­trifiés devrait grimper à 50 % en 2025 et à 80 % en 2030. Les 20 % manquants laissent la place à de futures 911 qui pourraient utiliser du carburant de syn­thèse, également neutre en CO2.

 


 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Robert Breschkow, Seat : Nous progressons deux fois plus vite que le marché

Depuis le début de l'année 2021, Seat surperforme avec une progression deux fois supérieure à celle du marché. Rencontre avec Robert Breschkow, le directeur de Seat France, à l’occasion du restylage

La vérité sur les marges de la distribution automobile

Le CNPA vient de réaliser une étude sur les coûts de la distribution en France. Loin des 30 % évoqués par certains constructeurs, cette analyse montre que la marge réalisée en moyenne par les réseaux

La Commission européenne signe la fin des moteurs thermiques en 2035

Bruxelles a publié son Pacte vert dans lequel la Commission européenne signe l'arrêt de la vente de véhicules à moteur thermique. Ce projet exclut donc les motorisations hybrides et hybrides rechargeables,

Hervé Miralles, Emil Frey France : Le modèle économique des groupes de distribution doit évoluer

La stratégie initiée par le groupe lui a permis d’amortir le choc subi par le secteur. Mais les règlementations dans l’industrie et la distribution obligent les distributeurs à revoir leur modèle.

Opel et son réseau en phase avec le plan de transformation de la marque

Retrouver la confiance du réseau et renouer avec la croissance, la mission confiée à Igor Dumas, nouveau directeur général d’Opel en France, n’est pas simple. Il confie au Journal de l'Automobile

Thomas Dubruel, Dacia :

Pour la deuxième fois en 2021, la Dacia Sandero a été la voiture la plus vendue dans l'Hexagone le mois dernier, devant la concurrence historique. A l’occasion de ces très bons résultats, rencontre

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page