Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Skoda Enyaq : une nouvelle dimension

Skoda France compte livrer 3 000 Enyaq en 2021.

Skoda Enyaq : une nouvelle dimension

Avec l’Enyaq, Skoda fait une arrivée remarquée sur le marché des SUV 100 % électriques. Fort de toutes les dernières technologies du groupe VW, sans toutefois perdre son âme, ce modèle tchèque fait entrer la marque dans une nouvelle dimension.

 

L'année 2020 restera particulière à plus d’un titre pour Skoda. Comme les autres construc­teurs, la marque a souffert des effets de la pandémie avec des ventes mondiales en recul de 19,2 %. Même chose en France où elle a vu ses immatriculations baisser de 18,1 %. Bien que les volumes escomp­tés ne fussent pas au rendez‑vous, Skoda France a terminé l’exercice avec une part de marché de 1,81 %. Un record.

 

A lire aussi : Les ambitions 2021 de Skoda france

 

Et la ten­dance se confirme en 2021, avec 1,97 % de pénétration dans l’Hexagone, après quatre mois d’activité, correspondant à 11 489 immatriculations (+ 88,1 %). Mais 2020 restera aussi l’année de l’en­trée de plain‑pied de la marque tchèque dans l’électromobilité, avec le lancement de son label iV qui s’est concrétisé avec la Citigo e 100 % électrique, mais aussi les Superb et Octavia hybrides rechar­geables. Aujourd’hui, Skoda accélère en­core avec l’arrivée de l’Enyaq iV, un SUV 100 % électrique reposant sur la plate­forme MEB du groupe VW.

 

2021 : 3 000 immatriculations

 

Produit dans l’usine de Mladá Boleslav, en République tchèque, l’Enyaq est une pièce maîtresse de la stratégie de Skoda. Rappelons que la marque vise 25 % de ses ventes mondiales avec des modèles électrifiés en 2025. Depuis l’ouverture des commandes dans l’Hexagone, le 14 jan­vier, Skoda France en a déjà enregistré plus de 500 de la part de clients particu­liers. Gageons que les professionnels y trouveront leur place dans les mois à ve­nir. Le SUV électrique devrait ainsi totali­ser 3 000 immatriculations en 2021, avant de viser beaucoup plus haut les années suivantes, avec des volumes à 5 chiffres. Il faut dire que l’Enyaq ne manque pas d’atouts.

 

À une finition et des matériaux de qualité, s’ajoute une gamme très large débutant, hors bonus, à 36 050 euros pour culminer à 50 330 euros, en at­tendant les versions 80x et RS (quatre roues motrices à deux moteurs). Ainsi, l’entrée de gamme, l’Enyaq 50, cache un bloc électrique de 109 kW (150 ch et 220 Nm de couple) et une batterie à la capacité utile de 52 kWh (55 kWh bruts), offrant une autonomie de 355 km selon le cycle WLTP. De quoi chasser sur les plates‑bandes de modèles bien moins ha­bitables dans la même zone de prix.

 

Jusqu’à 537 km d’autonomie

 

Cela étant, le gros des ventes devrait être réalisé par les versions supérieures. L’Enyaq 60 dispose d’un moteur de 132 kW (180 ch et 310 Nm de couple) et d’une batterie de 58 kWh (62 kWh bruts), pour atteindre jusqu’à 413 km d’autonomie. Enfin, la version 80 peut compter sur un bloc électrique de 150 kW (204 ch et 310 Nm de couple) et une batterie de 77 kWh (82 kWh bruts), permettant jusqu’à 537 km. Fort de ses 4,65 m et d’une habitabilité au diapa­son des autres Skoda, l’Enyaq n’est pas avare en équipements. En plus d’une liste d’Adas complète, le modèle pro­pose notamment un écran central de 13’’ ou l’affichage tête haute avec réalité augmentée.

 

Au volant, la puissance et la disponibilité immédiate du couple, as­sociées à la douceur de fonctionnement d’un VE, font des merveilles. L’Enyaq est donc un excellent SUV électrique, à plus d’un titre. Il répondra sans trem­bler à la plupart des besoins d’un foyer. Mais aussi loin que le véhicule aille, il faudra inévitablement le recharger sur un long parcours. L’Enyaq est capable de passer de 5 à 80 % de charge en 38 min sur une borne rapide, car il encaisse (pour la version 80) une puissance de 125 kW. Il est plutôt un bon élève, à condition de trouver des points de ravi­taillement. Mais là, Skoda ne peut pas y faire grand‑chose.

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Robert Breschkow, Seat : Nous progressons deux fois plus vite que le marché

Depuis le début de l'année 2021, Seat surperforme avec une progression deux fois supérieure à celle du marché. Rencontre avec Robert Breschkow, le directeur de Seat France, à l’occasion du restylage

La vérité sur les marges de la distribution automobile

Le CNPA vient de réaliser une étude sur les coûts de la distribution en France. Loin des 30 % évoqués par certains constructeurs, cette analyse montre que la marge réalisée en moyenne par les réseaux

La Commission européenne signe la fin des moteurs thermiques en 2035

Bruxelles a publié son Pacte vert dans lequel la Commission européenne signe l'arrêt de la vente de véhicules à moteur thermique. Ce projet exclut donc les motorisations hybrides et hybrides rechargeables,

Hervé Miralles, Emil Frey France : Le modèle économique des groupes de distribution doit évoluer

La stratégie initiée par le groupe lui a permis d’amortir le choc subi par le secteur. Mais les règlementations dans l’industrie et la distribution obligent les distributeurs à revoir leur modèle.

Opel et son réseau en phase avec le plan de transformation de la marque

Retrouver la confiance du réseau et renouer avec la croissance, la mission confiée à Igor Dumas, nouveau directeur général d’Opel en France, n’est pas simple. Il confie au Journal de l'Automobile

Thomas Dubruel, Dacia :

Pour la deuxième fois en 2021, la Dacia Sandero a été la voiture la plus vendue dans l'Hexagone le mois dernier, devant la concurrence historique. A l’occasion de ces très bons résultats, rencontre

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page