Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Renault Arkana E-Tech : un choix évident

L'Arkana E-Tech est commercialisé à partir de 31 200 euros.

Renault Arkana E-Tech : un choix évident

Le SUV coupé de Renault arrive en version hybride E-Tech de 145 ch. Un dispositif technique emprunté à la Clio qui permet à l’Arkana de bénéficier d’une homologation avantageuse à 108 g/km de CO2. Cette solution apporte également un réel confort de conduite.

 

A défaut de motorisation diesel, un choix assumé par Renault dès l’origine du projet, l’Arkana mise sur l’hybride. Pas une proposition rechargeable, comme peut le faire le Captur, mais une version full hybride E-Tech de 145 ch empruntée à la Clio dernière génération – le Captur l’a également adoptée il y a peu. La base technique est la suivante : un bloc 1,6 l essence de 94 ch, un moteur électrique de 36 ch et un démarreur haute tension de 15 ch, un trio accompagné d’une batterie de 1,2 kWh. L’ensemble a fait l’objet du dépôt de 150 brevets de la part de la marque au losange.

 

Evidemment, la finalité de cette architecture est de réduire la consommation de carburant. Sur le papier l’objectif est atteint puisque le SUV coupé émarge dans cette configuration à 108 g/km de CO2 en cycle WLTP, soit une consommation de 4,8 l/100 km. A titre de comparaison, la motorisation TCe 140 EDC est mesurée à 130 g/km et 5,7 l/100 km. Un différentiel qui a son importance sur le plan fiscal, tant au niveau du malus que de la TVS pour les entreprises.

 

80 % en électrique en ville

 

Le choix est d’autant plus facile à faire entre les deux propositions qu’elles affichent peu ou prou les mêmes performances, la seule différence notable tenant à la vitesse de pointe ramenée à 172 km/h en version hybride, contre 205 km/h en version essence. Mais ce critère n’en est plus vraiment un pour la majorité des automobilistes. La proposition E-Tech est également un soupçon moins véloce dans les accélérations et les reprises, ce qui, de la même manière, échappera à la plupart des conducteurs.

 

La prise en main de la version hybride confirme les aptitudes aperçues sur la fiche technique. Sur un parcours de près de 100 km, certes dénué de portions très roulantes et d’autoroutes qui ne lui sont pas favorables, l’Arkana E-Tech a affiché une consommation de 5,2 l/100 km. Un appétit digne d’une motorisation diesel. La force de cette formule hybride est, selon Renault, qu’elle permet de rouler à 80 % du temps en mode électrique en ville. Un ratio difficile à vérifier mais force est de constater que le moteur thermique se manifeste rarement en milieu urbain, pour peu que le mode Eco soit activé et que la conduite soit apaisée. Un rendu des plus agréables.

 

L'Arkana E-Tech s'en tire également avec les honneurs en extra-urbain, quand bien même un léger ronronnement lié au système hybride se manifeste autour des 80 km/h. Soulignons par ailleurs que Renault a recalibré la direction du SUV, jugée trop souple à ses débuts. Le résultat est positif avec davantage de consistance.

 

Plus de 11 000 commandes

 

Les clients ne s’y trompent pas en se portant majoritairement sur cette version E-Tech, qui représente 65 % des 11 000 commandes enregistrées depuis le mois de mars en Europe. Le surcoût à l’achat de 1 500 euros par rapport au TCe 140 EDC n’est pas un handicap, ni le volume de coffre qui perd 33 litres, pour s’établir à 480 litres (la batterie est située au niveau de l’essieu arrière). La marque au losange se félicite également du fait que 50 % des commandes concernent la finition haut de gamme RS Line, facturée 36 200 euros en hybride. Ces chiffres sont jugés très satisfaisant dans la mesure où la campagne de communication autour du véhicule n’a débuté qu’au mois de juin.

 

Renault mise à présent sur l’entrée en lice des professionnels et du référencement dans les car policy pour accélérer la cadence. La finition Business tarifée 31 900 euros pour l’E-Tech a été conçue en ce sens. Notons enfin que la gamme a également été complétée avec le moteur essence 1,3 l de 160 ch associé à un système micro-hybride de 12 V. Une proposition annoncée à 130 g/km de CO2.

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Robert Breschkow, Seat : Nous progressons deux fois plus vite que le marché

Depuis le début de l'année 2021, Seat surperforme avec une progression deux fois supérieure à celle du marché. Rencontre avec Robert Breschkow, le directeur de Seat France, à l’occasion du restylage

La vérité sur les marges de la distribution automobile

Le CNPA vient de réaliser une étude sur les coûts de la distribution en France. Loin des 30 % évoqués par certains constructeurs, cette analyse montre que la marge réalisée en moyenne par les réseaux

La Commission européenne signe la fin des moteurs thermiques en 2035

Bruxelles a publié son Pacte vert dans lequel la Commission européenne signe l'arrêt de la vente de véhicules à moteur thermique. Ce projet exclut donc les motorisations hybrides et hybrides rechargeables,

Hervé Miralles, Emil Frey France : Le modèle économique des groupes de distribution doit évoluer

La stratégie initiée par le groupe lui a permis d’amortir le choc subi par le secteur. Mais les règlementations dans l’industrie et la distribution obligent les distributeurs à revoir leur modèle.

Opel et son réseau en phase avec le plan de transformation de la marque

Retrouver la confiance du réseau et renouer avec la croissance, la mission confiée à Igor Dumas, nouveau directeur général d’Opel en France, n’est pas simple. Il confie au Journal de l'Automobile

Thomas Dubruel, Dacia :

Pour la deuxième fois en 2021, la Dacia Sandero a été la voiture la plus vendue dans l'Hexagone le mois dernier, devant la concurrence historique. A l’occasion de ces très bons résultats, rencontre

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page