Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Audi A3 : Jamais à bout de souffle

Audi A3 : Jamais à bout de souffle

Disparue du catalogue depuis 2003, la S3 fait un retour remarqué dans l'univers des compactes sportives premium. Fidèle à elle-même, la nouvelle S3 a une personnalité bien trempée notamment grâce à son quatre cylindres turbo de 265 chevaux. En septembre dernier, l'A3 a fêté...

...ses 10 ans. Une décennie de succès avec plus de 1,5 million d'unités produites. Mais c'est finalement le 14 décembre qu'Audi a mis la cerise sur le gâteau en lançant la S3. La lignée des S, créée en 1990 par le coupé S2, se renouvelle. En effet, en plus de la S3, l'année 2006 aura vu débarquer les nouvelles S6 (JA N°961) et S8 (voir encadré) avec leur fameux V10 de plus de 400 chevaux. Mais revenons à la petite de la famille S. La première génération de S3 est apparue sur le marché en 1999. A l'époque, elle était motorisée par un 1,8 turbo développant 210 chevaux, puis 225 à l'occasion du face-lift de 2001. Des formules qui ont séduit plus de 32 000 clients à travers le monde, entre 1999 et 2003, dont 3 414 en France, cette version a représenté jusqu'à 7 % des ventes annuelles d'A3. Un vrai succès, mais il convient toutefois de rappeler qu'à l'époque il n'y avait pas vraiment de concurrences sur ce segment des compactes sportives premium. Ce n'est plus le cas aujourd'hui avec notamment les BMW Série 1, Mercedes Coupé Sport ou encore la récente Volvo C30. Toutefois, la S3 conserve toujours des arguments de poids avec, entre autres, sa transmission Quattro, son design, sa présentation ainsi que sa qualité de finition.

Un profond travail sur le bloc

Absente du catalogue Audi depuis 2003, la S3 revient enfin. Mais comme pour mieux se différencier de la concurrence, elle est restée fidèle à une mécanique quatre cylindres. En effet, les ingénieurs d'Ingolstadt ont privilégié cette solution afin, notamment, de conserver un train avant "léger" au service de la maniabilité. Un bloc quatre cylindres déjà bien connu puisqu'il s'agit du 2 litres TFSi déjà commercialisé avec des puissances allant de 170 à 240 chevaux. Ici, il affiche 265 chevaux et un couple de 350 Nm de 2 500 à 5 000 tr/mn. Pour arriver à ce résultat, en plus d'un nouveau turbo soufflant plus fort, les pistons, segments, bielles, injecteurs ainsi que l'échangeur sont nouveaux. Si sous les 4 000 tr/mn ce bloc conserve les caractéristiques et l'agrément des "petits" 2.0 TFSi, au-delà de ce régime la différence est flagrante. Il est plus explosif et plus rageur. Une petite usine à sensations. D'autant que le châssis se montre à la hauteur. Seul bémol : sur les chaussées dégradées, la fermeté des suspensions nuit franchement au confort.
Y aura-t-il encore plus fou dans la gamme A3 ? Pourquoi pas une RS3 ? Ce n'est pas prévu pour l'heure, mais une chose est sûre, dès le mois de mars prochain, la nouvelle Audi A5 sera présentée au Salon de Genève dans sa version S. Une lettre qui a déjà séduit plus de 150 000 personnes et ce n'est donc pas fini.

Christophe Jaussaud

FOCUS

La S8 passe au V10

La S8 a également fait peau neuve. Commercialisée depuis le mois de juillet dernier la nouvelle S8 a troqué son V8 de 360 chevaux pour un V10 de 450 ! Cette nouvelle ambassadrice enregistre depuis son lancement des résultats supérieurs aux attentes, demandant même la réorganisation de la production. En effet, le mix de cette version atteint près de 20 %. En comparaison, chez Mercedes la part des Classe S AMG n'atteint que 14 % et chez Jaguar les versions R de la XJ se limitent à 5 %. Contrairement à la S3 qui offre un Haldex, la S8 s'appuie sur un Torsen C avec une répartition de 60/40 entre l'arrière et l'avant, comme sur la RS4. De plus, cette nouvelle génération de S8, comme l'A8 W12 d'ailleurs, peut bénéficier en option (9 800 €) de freins carbone/céramique, plus légers de 50 % et plus endurants. La marque affirme que les disques durent 300 000 km et les plaquettes +/- 80 000 km, soit environ deux fois plus longtemps. Audi France table sur 70 immatriculations cette année. Le pire, c'est qu'à "seulement" 110 700 €, elle est compétitive.

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Opel Corsa : honneur à l’électrique

La nouvelle génération de la citadine arrive sur le marché dotée d’une motorisation électrique de 136 ch affichant une autonomie de 330 kilomètres en cycle WLTP. Les versions thermiques arriveront

Essence et SUV rendent le malus plus lucratif que jamais

Jamais le malus n’avait autant rapporté depuis sa création. Les effets croisés d’un dispositif plus sévère et de la montée en puissance des véhicules essence, dont les SUV, ont boosté les recettes.

Kroely transforme sa concession Mercedes de Mulhouse

L'opérateur alsacien est le deuxième en France, après Como, à inaugurer les nouveaux standards Mercedes-Benz, dans sa concession de Mulhouse. Au programme : parcours client repensé et processus d'achat

Le groupe Dugardin se renforce avec Ford dans le Pas-de-Calais

Le distributeur vient de notifier à l’Autorité de la concurrence son intention de racheter le groupe Delesalle, ajoutant à son réseau Ford cinq concessions et une agence, principalement situées

Marc Lechantre, PSA :

Fin annoncée des multiples labels VO dans les points de vente. Le groupe PSA va progressivement s'appuyer sur deux références, à travers l'Europe, dont le nouveau Spoticar. Décryptage de la stratégie

Jean Lain s’investit dans le développement de l’hydrogène

Le distributeur, représentant notamment Toyota et Hyundai, s’est engagé dans le projet Zero Emission Valley. Son but : créer un réseau de stations hydrogène dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page