Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Saab renforce sa gamme BioPower

Saab renforce sa gamme BioPower

Leader des ventes de véhicules flex-fuel sur son marché domestique, le constructeur suédois apporte aujourd'hui une nouvelle motorisation à son offre française. Après une version 2.0T lancée en décembre 2005, un bloc 2.3T 210 ch arrivera dès le début d'année sur la Saab 9.5 BioPower. Pour...

...l'heure, les plus volontaires des écologistes convaincus cherchent encore les rares pompes distribuant le précieux E 85. Pourtant, n'attendant pas cette éclosion, certains constructeurs avaient devancé l'appel dès la fin 2005 en intégrant dans leur gamme des véhicules flex-fuel. Saab était de ceux-là. Aujourd'hui, le constructeur suédois renchérit en apportant une alternative plus musclée à son offre bioéthanol. Un peu avant le printemps, un nouveau bloc 2.3T 210 ch viendra en effet seconder le pionnier 2.0T 180 ch présent sur la 9.5 depuis plus d'un an.
Plus puissant et plus coupleux que les blocs essence traditionnels… les consommateurs commencent à assimiler l'aspect vigoureux des moteurs flex-fuel. Ici, le bloc 2.3T BioPower affiche 210 ch contre 185 ch dans sa version essence, pour un couple renforcé de 11 %. En revanche, côté CO2, comme côté portefeuille, les différents débats empêchent toujours d'asseoir la notoriété du produit.

La BioPower au prix de l'essence

En effet, le constructeur vient d'annoncer la suppression du surcoût de 1 000 euros jusqu'ici appliqué sur les modèles BioPower, par rapport aux versions essence classiques. Un témoin fort de la volonté

LA SAAB 9.5 EN BREF

  • Date de lancement :
    Début 2007
  • Segment de marché :
    Berline haut de gamme
  • Objectifs 2007 :
    200 (Berline + Estate)
  • Les principales concurrentes de la Saab 9.5 2.3T 210 ch :
    - Audi A6 2.4 V6 Ambition Luxe 177 ch (45 590€),
    - Mercedes Classe E 200 K Avantgarde 184 ch (42 700€),
    - Peugeot 607 V6 Executive pack 211 ch (45 100€)
  • Prix :
    36 200 € 9.5 2.3T 210ch
    37 950 € 9.5 Estate 2.3T 210 ch
  • de la marque à mettre sa technologie en avant, sans tenir compte de contraintes économiques. Car pour l'heure, il est toujours délicat d'annoncer une valeur en ce qui concerne l'utilisation. Cela dépend, évidemment du prix qui s'affichera prochainement à la pompe. Certains estiment que les 80 centimes annoncés couvriraient à peine les 30 % de surconsommation des véhicules flex-fuel par rapport aux blocs essence. Quant au CO2, si certains clament son évolution à la baisse, d'autres fustigent le bilan d'autres particules nocives. Un atout, pourtant, à faire valoir auprès des entreprises (taxées précisément sur les émissions de CO2 de leur flotte). Une cible toute désignée pour la marque, qui jouissait déjà d'une certaine aura auprès d'elles avec le modèle 9.5. Aujourd'hui en Suède, 65 % des clients de ce véhicule sont des entreprises. "C'est en effet une cible privilégiée", confirme Fabrice Recoque, directeur des ventes France.

    40 % des immatriculations

    En 2006, 15 % des Saab 9.5 vendues dans l'Hexagone, l'étaient en version BioPower. Soit une quarantaine de véhicules. A titre de comparaison, en Suède, ce sont 80 % des ventes de 9.5 qui sont réalisées par des versions flex-fuel. Le réseau peut donc voir d'un bon œil l'arrivée dans ses showrooms d'un nouveau porte étendard "écologique". Un réseau d'autant plus optimiste que durant le seul mois d'octobre, les ventes BioPower ont représenté 40 % des immatriculations de 9.5. L'effet Mondial, sans doute. Pour autant, la marque entend tout de même préserver cette proportion en 2007, en réalisant 200 ventes flex-fuel sur les 500 prévues sur le modèle 9.5.
    Si, le succès de cette gamme alternative est davantage suspendu à l'avenir fiscal de l'E 85 et au maillage des pompes délivrant ce carburant qu'au renforcement de l'offre constructeur, la marque suédoise franchit toutefois un nouveau palier dans la course au bioéthanol. Saab devient en effet le premier constructeur à posséder deux motorisations flex-fuel dans sa gamme.

    David Paques

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Luca de Meo promet la révolution chez Renault

    Le directeur général du groupe Renault a dévoilé son plan de relance, baptisé Renaulution. Des économies, moins de plateformes, une quasi-disparition du diesel mais 24 lancements de produits d'ici

    Jean Rouyer s'attaque au marché des flottes avec sa filiale Loc'oto

    Le distributeur a donné le top départ de Loc’oto, filiale proposant aux entreprises des formules de location moyenne et longue durées. 350 mises à la route sont visées pour cette première année

    Renault : des ventes sous la barre des 3 millions de véhicules en 2020

    Le groupe français a immatriculé 2,949 millions de véhicules dans le monde en 2020, un volume en baisse de 21,3 %. Sa forte exposition dans les pays les plus touchés par la pandémie explique ce recul.

    Laurent Thézée, Mazda France :

    Trois mois après sa nomination à la présidence de Mazda France, Laurent Thézée présente la feuille de route de la marque en France, dont la trajectoire vers le segment du premium se construit en partenariat

    Guillaume Couzy, Peugeot :

    Au coude à coude avec Renault sur les ventes aux particuliers, Peugeot réalise une belle année 2020 dans un contexte de marché inédit. La marque débute l'année 2021 avec un portefeuille de commandes

    La fusion PSA-FCA validée par les actionnaires

    A peine plus d'un an après l'annonce de la fusion entre PSA et FCA, les actionnaires des deux groupes ont donné leur aval, lundi 4 janvier 2021. Stellantis, le futur troisième groupe mondial en chiffre

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page