Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Dodge Nitro : l’Amérique compactée

Dodge Nitro : l’Amérique compactée

Dévoilé en 2005 au Salon de Chicago, le concept Nitro est devenu une réalité lors du dernier Mondial de Paris. Déjà commercialisé en Amérique du Nord, il s'apprête à débarquer en France. Retour sur un SUV pas comme les autres. En juin prochain, tout juste un an après l'arrivée...

...de la Caliber, Dodge va lancer le Nitro. Enfin, serait-on tenté de dire ! Cela fait maintenant deux ans que ce SUV Dodge se pavane sur tous les Salons du monde, depuis son revival en février 2005 au Salon de Chicago. A la décharge du groupe Chrysler, le lancement de 11 nouveaux modèles, pour ses trois marques, a fait naître des priorités. Pour ce qui concerne Dodge, le planning est déjà connu : la gamme va s'élargir de deux nouveautés par an jusqu'en 2009. Pour l'année en cours, il s'agira donc du Nitro puis de l'Avenger à l'automne, deux modèles présentés lors du dernier Mondial de Paris. Mais revenons sur le Nitro. Partageant la plate-forme du Cherokee, mais aussi la même usine de Toledo dans l'Ohio, le Nitro a fait de son style un véritable atout. "Il ne ressemble à aucun SUV compact actuellement commercialisé", affirme Trevor Creed, directeur du design du groupe. Une vraie gueule, pour résumer, qui colle parfaitement à l'ADN Dodge dont la calandre "Crosshair" est l'emblème ostentatoire. Une image de marque qui sera déterminante selon Jean Arcelin, directeur général du groupe Chrysler en France. Il y a une vraie résonance autour de Dodge, le lancement réussi de la Caliber en témoigne selon lui et ce sera un atout incontestable face aux constructeurs coréens notamment, qui jouent plus sur la rationalité de leurs offres.

Un 4 cylindres Diesel 2,8 litres de 175 ch

Mais si le design est l'un des premiers critères de choix dans la décision d'achat, le prix et la motorisation ne sont jamais loin derrière. Et pour tenter de séduire le plus grand nombre, Dodge annonce un prix d'entrée de gamme "largement" sous les 30 000 euros et une mécanique Diesel de 175 chevaux. Le Diesel, une condition sine qua non à l'implantation de la marque en Europe et plus particulièrement en France. Jacques Bousquet, en février 2005, alors directeur général du groupe en France, avait lancé : "S'il n'y a pas de Diesel, il n'y aura pas de Dodge en Europe !" Depuis, on connaît les mécaniques choisies. Pour la Caliber, l'Avenger mais aussi la Chrysler Sebring ou la Jeep Compass, la filiale américaine a choisi une mécanique d'origine Volkswagen. Sous le capot du Nitro, mais aussi de la Jeep Wrangler, le groupe a choisi un 4 cylindres 2,8 litres développant 175 chevaux qui a été développé par l'italien VM Motori. On attendra les essais pour savoir si cette mécanique est à son aise avec les 4,58 mètres et les 1 900 kg du modèle. Elle sera associée, par défaut, à une boîte mécanique 6 rapports et à une boîte automatique 5 rapports en option. Cette dernière sera en revanche de série sur le Nitro essence motorisé par un V6 4 litres disposant de 255 chevaux et d'un couple de 372 Nm. Ce Nitro V6 sera exclusivement disponible avec une transmission intégrale permanente (répartition 48/52) alors que la version Diesel bénéficiera d'un système non permanent. Au chapitre des suspensions, Dodge, qui annonce d'ores et déjà des réglages plus fermes pour l'Europe, a choisi d'offrir au train avant des suspensions indépendantes alors qu'à l'arrière, le constructeur a opté pour un essieu rigide à cinq bielles. Comme pour le 2,8 l Diesel, un essai sera nécessaire pour juger de ces choix. Quoi qu'il en soit, une chose est sûre, le Nitro ne va pas laisser indifférent. 
 
Christophe Jaussaud

 

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Malus au poids : l’amendement est paru

Le texte introduisant le malus au poids dans le projet de loi de finances 2021 vient d’être publié. Comme attendu, seront concernés, à partir de 2022, les véhicules de plus de 1 800 kg avec une pénalité

Renault a soigné son pricing au troisième trimestre 2020

En conjuguant les effets de la reprise des ventes en Europe et une politique commerciale plus vertueuse, le groupe Renault a redressé la barre au troisième trimestre 2020. Le chiffre d'affaires s'établit

PSA se dote d’une business unit dédiée aux utilitaires légers

En France, une nouvelle direction en charge des VUL voit le jour chez PSA. Dirigée par Fayçal Hemia, elle doit permettre à Peugeot, Citroën et Opel de gagner des parts de marché en mobilisant les réseaux,

Ascom Invest (BymyCar) reprend les VTC Marcel

Selon nos informations, les VTC Marcel sont repris par Ascom, la holding de Jean-Louis Mosca, aussi connu pour être le président de BymyCar. Les tractations entre Renault et l'acquéreur ont été bouclées

Les constructeurs vont-ils échapper aux amendes sur le CO2 ?

L’association T&E estime que les constructeurs sont en passe d’atteindre leurs objectifs CO2 de 2020. Pas question de saluer les efforts consentis : T&E accuse les constructeurs de "petits arrangements"

Le véhicule électrique d'occasion aura son bonus

Jean-Baptiste Djebbari, le ministre délégué aux Transports, a annoncé une prime de 1 000 euros pour l'achat d'un véhicule électrique d'occasion et confirmé que le territoire français serait jalonné

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page