Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Daewoo Lacetti : L’atout prix

Daewoo Lacetti : L’atout prix

En quête de croissance sur le marché européen, et hexagonal en particulier, Daewoo compte sur la Lacetti, nouveau modèle dans le secteur concurrentiel du segment C, pour développer ses ventes. La dernière-née coréenne part toutefois avec des atouts modestes. Daewoo avait mis la barre très...

...haut en 2003 en estimant atteindre les 12 600 immatriculations sur le marché français à la fin de l'année. Résultat ? Le constructeur sud-coréen n'a même pas dépassé les 5 000 unités (4 487 VP pour une part de marché à 0,22 %). Cependant, ces résultats hexagonaux sont singuliers, tant la progression fut plus significative chez certains de nos voisins européens : ainsi, le constructeur a vendu en Allemagne 13 000 voitures en 2003 (+ 158 %), 23 000 en Espagne (+ 33 %), 34 000 en Italie (+ 9 %). De tels résultats permettent au constructeur de rêver secrètement à un plus bel avenir sur le Vieux Continent et notamment en Europe occidentale. "Notre objectif reste les 200 000 ventes par an aussi rapidement que possible", a rappelé Hardy Spranger, président-directeur général de GM Daewoo Europe. Pour revenir à la France, Daewoo envisage la barre des 10 000 VN cette année. Pour y arriver, la marque compte sur la Lacetti, sa dernière-née.

Un objectif de vente modeste de 2 000 unités

Remplaçante de la Lanos, la nouvelle coréenne reprend la plate-forme de la Nubira lancée l'été dernier et viendra dès le 1er avril prochain ferrailler sur le segment C. Un segment qui occupe 17 %

ZOOM

  • 50 000
    C'est l'objectif de ventes totales en Europe pour les Nubira et Lacetti
  • 570 000
    Ce sont les ventes monde réalisées par Daewoo en 2003 contre 375 000 un an auparavant
  • 443 000
    Ce sont les ventes Daewoo à l'export sur l'année 2003
  • du marché total (356 000 unités) et dont les figures de proue ne sont autres que les Mégane, 307, Golf et Astra. La concurrence n'y manque donc pas et il faut jouer ses atouts dès le lancement pour espérer y occuper une place au soleil. Les ambitions de Daewoo restent toutefois modestes puisque les prévisions de ventes tablent sur 2 000 unités cette année. La Lacetti ne sera proposée qu'en version essence (trois motorisations), avec un Diesel qui n'apparaîtra qu'en 2006. Son atout principal : un prix d'entrée de 13 000 euros. Une petite performance pour une berline compacte. Trois motorisations essence seront donc disponibles dès la sortie du véhicule : le 1,6 l 109 ch et le 1,8 l 122 ch de la Nubira, et l'entrée de gamme, le 1,4 l 16 soupapes et 93 ch, qui avait déjà fait ses preuves sur la petite Kalos. Une motorisation qui pourrait séduire même si, convenons-en, ce manque de puissance pourrait être également un inconvénient. Les deux premières motorisations semblent mieux convenir à la voiture et à son poids (1,2 tonne). Ces dernières ont cependant des comportements différents : le 1,6 l se montre très homogène en comparaison du 1,8 l plus poussif et finalement moins agréable.

    Un design signé Giugiaro

    "Le fait qu'une voiture soit agréable à regarder est finalement le plus important", signalait Hardy Spranger. Voilà pourquoi le design a une nouvelle fois, après ceux de la Matiz et de la Kalos, été confié au bureau de style italien Italdesign fondé par Giorgetto Giugiaro. Si cette signature peut être une valeur ajoutée, la Lacetti ne possède, en revanche, rien de révolutionnaire dans ses formes. Bien que la proue du véhicule soit dénuée de personnalité, l'arrière possède par contre plus de caractère grâce à une forme arrondie, aux optiques surélevées et à la ceinture de caisse s'élevant qui lui confèrent un certain charme. Des rondeurs sensuelles qui pourraient sûrement en charmer certains.

    Tanguy Merrien

    Voir aussi :

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Luca de Meo promet la révolution chez Renault

    Le directeur général du groupe Renault a dévoilé son plan de relance, baptisé Renaulution. Des économies, moins de plateformes, une quasi-disparition du diesel mais 24 lancements de produits d'ici

    Jean Rouyer s'attaque au marché des flottes avec sa filiale Loc'oto

    Le distributeur a donné le top départ de Loc’oto, filiale proposant aux entreprises des formules de location moyenne et longue durées. 350 mises à la route sont visées pour cette première année

    Renault : des ventes sous la barre des 3 millions de véhicules en 2020

    Le groupe français a immatriculé 2,949 millions de véhicules dans le monde en 2020, un volume en baisse de 21,3 %. Sa forte exposition dans les pays les plus touchés par la pandémie explique ce recul.

    Laurent Thézée, Mazda France :

    Trois mois après sa nomination à la présidence de Mazda France, Laurent Thézée présente la feuille de route de la marque en France, dont la trajectoire vers le segment du premium se construit en partenariat

    Guillaume Couzy, Peugeot :

    Au coude à coude avec Renault sur les ventes aux particuliers, Peugeot réalise une belle année 2020 dans un contexte de marché inédit. La marque débute l'année 2021 avec un portefeuille de commandes

    La fusion PSA-FCA validée par les actionnaires

    A peine plus d'un an après l'annonce de la fusion entre PSA et FCA, les actionnaires des deux groupes ont donné leur aval, lundi 4 janvier 2021. Stellantis, le futur troisième groupe mondial en chiffre

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page