Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Hyundai Tucson : Pour franchir un nouveau cap

Hyundai Tucson : Pour franchir un nouveau cap

Après une croissance presque insolente ces dernières années, Hyundai arrive aujourd'hui dans une phase de consolidation. Pour bien franchir ce cap, la marque propose une gamme 2005 revisitée dont le Tucson sera le fer de lance. Il est bien loin ce dernier trimestre de l'année 1992 où...

...Hyundai apparaissait sur le marché français. Les 1 189 véhicules alors vendus font presque sourire face aux 27 800 VP de l'année 2004. Hyundai n'est plus, aujourd'hui, une quantité négligeable en France et même dans le monde, avec un 7e rang dans la hiérarchie des constructeurs. Et la maison mère coréenne fait tout pour accéder au Top 5 d'ici 2010. L'implantation d'usines aux Etats-Unis et en Slovaquie, pouvant produire 300 000 unités chacune, renforce encore un peu plus cette volonté. Les produits également évoluent et séduisent, comme en témoignent les ventes de Hyundai France. Et pour fêter cette 7e année consécutive de croissance dans l'Hexagone (+ 20,3 % VP), Hyundai présente une gamme 2005 relookée pour consolider ses positions. Après des années de croissance et de conquête, le temps de la fidélisation et du renouvellement a sonné pour le constructeur coréen.

Remise à niveau du Santa Fe après 4 années de commercialisation

Si le réseau sera un élément majeur de cette stratégie (voir encadré), la gamme demeure l'autre clef du succès. Pour ce nouveau millésime, Hyundai a lifté, tout en douceur, ses best-sellers. Vendu à près de 20 000 unités depuis sa commercialisation en 2000, le Santa Fe voit le poids des années gommé par de nombreuses évolutions. A l'extérieur, il conserve bien évidemment sa personnalité, mais son design évolue légèrement avec une calandre plus marquée et une partie arrière redessinée. Pour cette dernière, les designers ont souhaité affiner le trait pour une meilleure cohérence de l'ensemble. Une démarche qui les a également conduits à redessiner le bas des portes arrière. En effet, selon le feed-back de la clientèle, cette partie creuse des ouvrants laissait penser à un accrochage. Pour les autres modifications, il faut rejoindre les chapitres "sécurité active" et "transmission" où le Santa Fe reprend des éléments du Tucson. Ainsi, le TCS (Traction System Control) fait son apparition dans la dotation du Santa Fe, comme la transmission TOD (Torque On Demand) qui permet de faire

ZOOM

Focus sur le réseau

Aujourd'hui, le réseau Hyundai, avec 150 contrats, compte 225 points de vente. Le maillage est déjà conséquent, mais le constructeur souhaite augmenter sa présence en 2005. En effet, 25 à 40 nouveaux points de vente devraient apparaître, faisant ainsi passer le nombre de contrats entre 175 et 185. Ce réseau plus large devrait assurer, selon Hyundai, l'essentiel de la croissance des ventes de l'année, que le constructeur considère d'ailleurs comme une année de consolidation et de fidélisation.
varier la répartition de la puissance et du couple en fonction de l'adhérence jusqu'à obtenir un équilibre de 50/50 entre l'avant et l'arrière. Une répartition 50/50 qui peut également être bloquée depuis le tableau de bord en deçà de 40 km/h. Côté mécanique, le Santa Fe dispose toujours du 2 l CRDi de 125 ch. Malgré cette remise à niveau, le Santa Fe ne représentera "que" 3 000 unités en 2005, après plus de 5 600 en 2004. La raison : la déferlante Tucson que le constructeur annonce : 7 500 unités.

Le Tucson devrait représenter plus de 25 % des ventes de Hyundai France

Bien que présent en France depuis Val d'Isère, le Tucson devrait prendre son véritable envol commercial en 2005. Cela ne veut pas dire que les 1 800 immatriculations de l'année 2004 ne soient pas significatives, mais elles semblent bien peu de chose face aux 7 500 annoncées pour cette année. Un volume qui représenterait plus de 25 % des ventes de la marque puisque l'objectif global est d'environ 29 000 unités. Ce SUV, basé sur la plate-forme de la berline Elentra, vient parfaitement s'intégrer sur un marché où la croissance est une deuxième nature. Le faisant passer de 35 000 unités en 2001 à plus de 50 000 l'année dernière. Normal donc que le Tucson veuille une part du gâteau jusqu'ici gloutonné par le Rav4 et l'X-Trail, les deux stars de ce segment des SUV compacts. Et pour ce faire, Hyundai France a choisi de rationaliser sa gamme pour une meilleure efficacité avec tout simplement une seule motorisation Diesel de 112 ch et deux finitions, Confort et Luxe. Un choix facilement justifié par Franck Pichot, responsable marketing produits de la marque : "Aujourd'hui, 82 % des ventes de SUV s'effectuent avec des motorisations Diesel." Une logique que l'on retrouve également dans la déclinaison de carrosserie : "Le Tucson demeurera un 5 portes car ce type de carrosserie représente 76 % et tend à augmenter." Présenté comme un cross-over, le Tucson a toutefois un positionnement précis. S'il devait être classé, il pencherait vers la catégorie des SUV plus urbains, tel le Rav4, laissant ainsi au Santa Fe un rôle plus familial, plus haut de gamme, notamment face au X-Trail. Mais la concurrence ne se limite pas à ces deux modèles cités, il faudra également compter avec Suzuki, Honda ou… Kia. En effet, l'autre marque coréenne, propriété de Hyundai, vient de lancer son nouveau Sportage qui repose tout simplement sur les mêmes bases techniques que le Tucson, moteur CRDi compris ! Cependant, ce mimétisme n'handicape en rien des deux cousins car, sur un marché français des SUV certes concurrentiel, mais où les constructeurs hexagonaux ne jouent encore aucun rôle, il y a encore des places au soleil à prendre. La gamme des SUV Hyundai a donc fière allure, mais ce n'est pas tout. Même le Coupé et le monospace Satellite cachent de petites nouveautés pour 2005, avant que le Matrix ne profite à son tour d'une cure de jouvence avec l'arrivée au printemps d'un tout nouveau 4 cylindres essence de 100 ch.

Christophe Jaussaud

Voir aussi :

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Hyundai : le pari payant de l'électrification

Le constructeur a connu depuis le déconfinement un volume d'activité qualifié d’extraordinaire. La conséquence d'une stratégie décidée pendant la crise : miser plus que jamais sur ses modèles

Carlos Gomes à la direction générale de BYmyCAR

Le groupe BYmyCAR ouvre pour la première fois de son histoire son capital au management et accueille à cette occasion un nouvel homme fort, Carlos Gomes, qui en devient directeur général.

Daimler souhaite vendre l'usine d'Hambach

Le groupe allemand, qui fabrique des Smart depuis 1998 en Moselle, vient d'annoncer son intention de vendre le site d'Hambach. Cette usine devait pourtant produire des modèles électriques de Mercedes.

Ivan Segal, Renault :

En juin 2020, le groupe Renault a gagné 1,5 point de part de marché avec 71 612 immatriculations, en hausse de 6,5 %. Les marques Renault et Dacia profitent pleinement de la prime à la conversion qui pèse

PSA Retail ferme 11 sites sur sa plaque parisienne

La filiale de distribution du groupe PSA annonce une réorganisation de sa présence en région parisienne. 11 sites seront fermés et les salariés redéployés dans les 25 succursales en périphérie

Peugeot condamné en Autriche pour abus de position dominante

Le tribunal des ententes de Vienne a condamné Peugeot pour abus de position dominante et restriction de la liberté de prix, face à un concessionnaire de la marque. Le constructeur devrait faire appel

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page