Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Chevrolet Captiva : L’espoir version Diesel

Chevrolet Captiva : L’espoir version Diesel

Après un exercice 2006 difficile, Chevrolet espère trouver un nouveau souffle cette année en misant sur une offre Diesel enfin disponible pour les modèles Epica et Captiva. Si la berline semble condamnée à l'anonymat, le SUV a un réel rôle d'entraînement à jouer. Année noire...

...pour Chevrolet dans l'Hexagone en 2006… Les ventes de la marque ont régressé de 4,1 % par rapport à 2005, avec à peine plus de 7 600 immatriculations soit un résultat inférieur à la dernière année de l'ère Daewoo. Chevrolet a surtout totalement manqué son objectif ambitieux de 12 000 ventes. Rien n'a fonctionné comme prévu et le planning des lancements, nouveaux modèles comme motorisations, a accumulé les retards. Ajoutez à cela un flottement de la législation sur le GPL, qui représente 25 % des ventes de la marque, et vous prendrez aisément l'ampleur du dérapage. L'équipe d'Eric Wepierre a donc une revanche à prendre cette année.

Le vrai lancement de l'Epica

Pour repartir de l'avant, en attendant les blocs Diesel sur Lacetti, Nubira et Nubira SW au printemps, Chevrolet peut d'ores et déjà s'appuyer sur une offre de motorisations diesel pour les Captiva et Epica. Pour ce qui concerne la berline, un produit affichant un bon rapport qualité-prix même si sa revente tient du miracle et que l'exercice de style est sans relief, on peut tout simplement parler de naissance du modèle. En effet, le taux de diésélisation du segment avoisine les 90 %. Toutefois, face à l'âpre concurrence qui sévit en France sur ce marché, notamment celle des constructeurs

LA CAPTIVA EN BREF

  • Date de lancement :
    Disponible
  • Segment de marché :
    SUV compacts : 54 000 unités en France
  • Principaux concurrents (Diesel) :
    - Kia Sportage : de 24 310 à 28 310 € ;
    - Hyundai Santa Fe : à partir de 33 590 € ;
    - Opel Antara : de 30 440 à 33 790 €
  • Objectifs de vente :
    2 100 en France (36 000 ventes en Europe)
  • Prix de… à :
    26 150 € 2.0 VCDI 16V LS
    34 150 € 2.0 VCDI 16V LT Pack
  • domestiques, l'Epica restera sans nul doute confidentielle. En revanche, dans d'autres contrées, le modèle devrait se révéler précieux pour que Chevrolet Europe respecte son business-plan.

    Le Captiva, un SUV très abouti

    En fait, l'espoir repose principalement sur le Captiva. Au premier chef parce que ce SUV, produit en Corée sur la même plate-forme que l'Opel Antara, présente un design abouti avec une calandre vraiment distinctive et un subtil jeu de volumes qui lui permet d'éviter l'écueil de la balourdise. Par ailleurs, il est disponible en 5 et 7 places (les deux places supplémentaires ne sont pas inaccessibles et peuvent aisément accueillir deux enfants, voire des adultes pour un usage d'appoint) et peut donc faire valoir cet atout vis-à-vis de ses concurrents et se mesurer frontalement au Santa Fe de Huyndai. A défaut d'être impressionnant, son comportement routier est de fort bon aloi, déclinant une partition fluide aux champs comme à la ville. En configuration autoroutière, le faible niveau sonore de ce SUV mérite même d'être salué, ainsi que sa consommation, parfaitement maîtrisée. Dans l'habitacle, l'espace est savamment géométrisé et les finitions correspondent aux standards du segment. Quelles que soient les versions, le Captiva parvient surtout à se distinguer par un niveau d'équipements très riche, d'autant que l'option du GPS à écran tactile reste abordable. Enfin, au chapitre de la sécurité, le Captiva a atteint ses objectifs aux tests Euro NCAP en décrochant quatre étoiles.

    Le succès du Captiva pourrait se répercuter sur l'ensemble de la gamme

    En somme, grâce à ce Captiva bien né et bon marché (de 25 900 à 33 900 euros en diesel et à 36 900 euros pour l'improbable 3.2 V6), Chevrolet peut retrouver le sourire. D'ailleurs, le modèle a connu un bon lancement, avec 441 ventes fin 2006, un résultat bridé par le nombre de véhicules disponibles et les délais de livraison. Evoluant sur le segment des SUV compacts promis à une forte croissance d'ici 2010, le Captiva pourrait, en outre, se muer en porte-drapeau de la marque, drainant de la notoriété et créant de l'attrait pour une gamme de modèles moins glamour. Depuis le début de l'année, Chevrolet relève d'ailleurs un peu la tête dans l'Hexagone, même si ses temps intermédiaires (1 251 immatriculations sur janvier-février) ne sont pas en adéquation avec les objectifs annuels.

     Alexandre Guillet

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Le groupe Volkswagen manque son objectif CO2 de 0,5 g

    Malgré des ventes de modèles électrifiés multipliées par plus de quatre, le groupe Volkswagen n'a pas atteint son objectif CO2 en 2020. Il rate, avec le pool qu'il avait constitué, la cible de 0,5 g en affichant

    Volvo France vise 20 000 livraisons en 2021

    Porté par ses modèles hybrides rechargeables, Volvo Car France veut renouer avec la croissance en 2021. Il vise 20 000 livraisons, dont 55 % de PHEV. L'année sera aussi synonyme d'un engagement encore

    Qui sont les nouveaux cadres du groupe Stellantis ?

    Jean-Philippe Imparato chez Alfa Romeo, Linda Jackson chez Peugeot, Thierry Koskas à la vente et au marketing du groupe… Retrouvez l'organigramme complet de Stellantis par marque, région et fonction

    Luca de Meo promet la révolution chez Renault

    Le directeur général du groupe Renault a dévoilé son plan de relance, baptisé Renaulution. Des économies, moins de plateformes, une quasi-disparition du diesel mais 24 lancements de produits d'ici

    Jean Rouyer s'attaque au marché des flottes avec sa filiale Loc'oto

    Le distributeur a donné le top départ de Loc’oto, filiale proposant aux entreprises des formules de location moyenne et longue durées. 350 mises à la route sont visées pour cette première année

    Renault : des ventes sous la barre des 3 millions de véhicules en 2020

    Le groupe français a immatriculé 2,949 millions de véhicules dans le monde en 2020, un volume en baisse de 21,3 %. Sa forte exposition dans les pays les plus touchés par la pandémie explique ce recul.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page