Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page

Opel Astra : Astranomique

Après la berline en avril 2004 et le break à l'automne, Opel vient de lancer l'Astra GTC. Disponible depuis le 15 mars, cette nouvelle version n'est pas une simple Astra qui aurait perdu deux portes. Cette Astra gagne en caractère mais surtout un superbe toit panoramique. Depuis le...

...Salon de Genève 2003 et le concept Genève GTC, le design de la future Astra 3 portes était connu. Les concepts Astra Panoramique et High Performance du dernier Mondial de Paris ont continué à nous renseigner. Cette fois, finies les bêtes de salons, l'Astra GTC OPC et ses 240 ch étaient à Genève et l'Astra GTC, Grand Tourismo Compact, est en concessions. En effet, après la berline commercialisée en avril dernier (JA n° 868 du 19 mars 2004) puis le break à l'automne, Opel a lancé la troisième (mais pas la dernière) carrosserie de la famille Astra. Une gamme GTC qui va prendre, selon le constructeur, une place importante dans le mix. En effet, selon lui, ce segment des berlines compactes a évolué, transformant la 3 portes en un modèle à part entière, alors qu'avant ce type de carrosserie était bien souvent considéré comme une "5 portes moins deux" positionnée en entrée de gamme. D'ailleurs, ce constat se traduit dans les chiffres puisqu'en Europe le taux de pénétration de ces 3 portes modernes sur le segment des berlines compactes est passé de 28 % en 1999 à 43 % en 2003. De ce fait, dans le cas de la GTC, Opel compte sur une production de 60 000 unités cette année, ce qui devrait représenter entre 13 % et 16 % des ventes totales d'Astra. A l'échelle française, avec 6 000 GTC attendues, la part de ce modèle devrait monter à 25 %.

Un toit panoramique de 1,8 m2

Si, techniquement, la GTC est très proche de la berline, esthétiquement le changement est plus net. Le design de ce nouveau membre de la famille Astra est l'un de ses points forts. Plus ramassée, notamment grâce à une assiette abaissée de 15 mm, la GTC est une nouvelle interprétation, poussée, du design initié par la berline. Si la face avant conserve clairement les caractéristiques de la famille, la partie arrière et le pavillon qui y conduit sont entièrement nouveaux. Abaissé de 32 mm, ce nouveau pavillon confère à la GTC un esprit "coupé" même si, à l'utilisation, l'espace intérieur n'a pas été sacrifié. A l'instar d'autres concurrentes comme la C4 notamment, cette variante 3 portes conserve l'habitabilité de la berline. Ici, par exemple, le coffre a toujours une contenance de 380 litres et la garde au toit a quasiment été préservée grâce à l'assise arrière abaissée. Pour revenir au style, au coup de crayon de cette partie arrière, l'autre élément clé de cette réussite esthétique est, pour Friedhelm Engler, chef du design de l'Astra, "les blocs optiques arrière". Pour le designer, "ils sont un élément capital, avec leur construction en trois dimensions. Ils sont le point d'aboutissement des formes et des lignes des montants de custode, du pavillon et de l'épaulement de la ceinture de caisse". Si incontestablement la ligne de la GTC est réussie, l'autre fait marquant (du moins qui va bientôt l'être) est son pare-brise panoramique. En effet, avec une surface vitrée de 1,50 m de long, remontant jusqu'au pied milieu, le pavillon prend une autre dimension. Quand on s'assoie au volant de ce modèle, qui sera disponible d'ici quelques semaines et pour 1 400 euros supplémentaires, la sensation est bluffante et très agréable. Plus rien, quasiment, ne vient gêner la vision des passagers avant. Fabriqué au Pérou, par une société spécialisée dans les vitrages blindés, ce pare-brise de 1,8 m2, en verre feuilleté de 6 mm, suscite naturellement des interrogations quant à la sécurité des occupants en cas d'accident, voire de retournement. Le constructeur affirme, après de multiples simulations de collisions et de tests grandeur nature, que la GTC Panoramique est tout aussi sûre qu'une version avec un pavillon classique.

Une diminution des coûts de garantie de 47 %

Si l'apparence de cette Astra GTC est donc franchement différente, pour ce qui est caché, il y a peu de changement. La principale modification est intervenue sur les suspensions qui bénéficient maintenant d'un tarage un peu plus ferme et de ressorts plus courts (- 15 mm). Pour le reste, la GTC reprend le châssis IDS, l'ESP Plus et l'antipatinage TC Plus (en série sur les motorisations de 100 ch et plus), l'ABS et une direction à assistance électrique. En revanche, l'IDS Plus, avec notamment la suspension pilotée (CDC), reste en option sauf sur la version 2,0 l Turbo de 200 ch. Côté mécaniques, une fois encore la gamme GTC reprend l'ensemble de celles déjà disponibles sur la berline. Au chapitre essence, cela s'étend du 1,4 Twinport de 90 ch au 2,0 l Turbo de 200 ch. Le choix est aussi large dans les motorisations Diesel avec le 1,3 l CDTI 90 ch, le 1,7 CDTI 100 ch et le 1,9 l CDTI en version 120 et 150 ch. Opel a donc mis les petits plats dans les grands pour sa Grand Tourismo Compact. Un souci du détail qui se retrouve même dans la partie industrielle. "Nous avons investi plus d'un milliard d'euros dans la modernisation des unités de production de l'Astra, indique Reinald Hoben, directeur exécutif de la fabrication pour Opel et GM Europe, pour améliorer encore la gestion de la qualité et pour la formation du personnel." Et selon un représentant de la marque présent lors de cette présentation, l'ensemble de ces efforts, notamment sur la qualité, touche la totalité des produits, entraînant ainsi une diminution des coûts de garantie de 47 %. L'Astra GTC a donc fait de la qualité, de la sportivité, de la technologie et de l'innovation, avec ce pare-brise panoramique notamment, ses points forts. Des thèmes qu'Opel devrait encore décliner d'ici peu pour le quatrième dérivé de la famille Astra (si l'on exclut le Zafira). En effet, l'Astra Coupé-cabriolet devrait être le premier modèle du genre à proposer un toit rétractable en trois parties.

Christophe Jaussaud

Voir aussi :

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Opel Corsa : honneur à l’électrique

La nouvelle génération de la citadine arrive sur le marché dotée d’une motorisation électrique de 136 ch affichant une autonomie de 330 kilomètres en cycle WLTP. Les versions thermiques arriveront

Essence et SUV rendent le malus plus lucratif que jamais

Jamais le malus n’avait autant rapporté depuis sa création. Les effets croisés d’un dispositif plus sévère et de la montée en puissance des véhicules essence, dont les SUV, ont boosté les recettes.

Kroely transforme sa concession Mercedes de Mulhouse

L'opérateur alsacien est le deuxième en France, après Como, à inaugurer les nouveaux standards Mercedes-Benz, dans sa concession de Mulhouse. Au programme : parcours client repensé et processus d'achat

Le groupe Dugardin se renforce avec Ford dans le Pas-de-Calais

Le distributeur vient de notifier à l’Autorité de la concurrence son intention de racheter le groupe Delesalle, ajoutant à son réseau Ford cinq concessions et une agence, principalement situées

Marc Lechantre, PSA :

Fin annoncée des multiples labels VO dans les points de vente. Le groupe PSA va progressivement s'appuyer sur deux références, à travers l'Europe, dont le nouveau Spoticar. Décryptage de la stratégie

Jean Lain s’investit dans le développement de l’hydrogène

Le distributeur, représentant notamment Toyota et Hyundai, s’est engagé dans le projet Zero Emission Valley. Son but : créer un réseau de stations hydrogène dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page